Alliances Peyrelongue

 

 

 

Les CASTLLON du PERRON

 

 

Cette famille a tenu pendant trois quarts de siècles une des premières places dans le commerce bordelais.

En 1801, Magloire Castillon, fils d’Abraham Castillon du Perron, guillotiné à Bordeaux le 18 prairial 1793, et gendre de Pierre Capdefer, succédait à son beau-père dans la maison de commerce et spiritueux fondée à Bordeaux par ce dernier vers 1770.

En 1830, il associait à sa maison de commerce ses deux fils, Pierre-Edouard et Pierre-Armand.

Cette maison brûlait les vins du pays et sa marque était la première sur les places de Calcutta et de la Nouvelle-Orléans. Elle jouissait en France de la plus parfaite considération ; aussi ses chefs, Magloire et Edouard Castillon, furent-ils longtemps appelés à faire partie du tribunal et de la chambre de commerce de Bordeaux, et leur nom figure sur les plaques de marbre du hall de la Bourse.

Magloire Castillon mourut à Bordeaux en 1855. Son fils aîné, Pierre-Edouard, abandonna le commerce, à la tête d’une belle fortune, en 1866, et mourut trois ans après. Pierre-Armand, resté seul, ne poursuivit que peu de temps encore les affaires. Il est mort en 1882. Ses sœurs avaient épousé : l’une M. Pierre-Henry de Choisy, elle est morte à Bordeaux en 1887 ; l’autre, morte en 1884, était veuve du docteur Henri Philippe, ancien chirurgien en chef de l’hôpital militaire, commandeur de la Légion d’honneur.

Edouard FERET, "Statistique générale de la Gironde", Bordeaux, 1889.

 

ALLIANCES : Castaigne, Bailloud, Guinier, de Brunaud, Tastet, Segrestaa, Capdefer, Ollivier, Rosier, Danglade, Souffron, Négrié, Choisy, Beylard, Promis, Bouvet, etc.

Pierre MELLER, "Les Anciennes familles de la Gironde", Bordeaux, 1896.