Alliances Fort

 

 

 

Chronique familiale des SANCHON

 

 

Elle a été établie sur 13 générations.

 

 

 

Génération 1

 

 

Sosa : 529

 

Jeanne SANCHON est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de parents que nous n'avons pas retrouvés.

 

Elle s'unit avec Daniel FORT.

Ce couple aura cinq enfants :

-Pierre né en 1651.

-Jacques.

-Suzanne.

-Marc.

-Jean.

 

 

Génération 2

 

 

1 - Sosa : 264

 

Pierre FORT voit le jour en 1651 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Il est le fils légitime de Daniel FORT et de Jeanne SANCHON.

 

Pierre sera En 1711 - ménager. En 1728 - cultivateur.

 

Il s'unit avec Marie LAURANS, la fille légitime de Pierre LAURANS et de Marguerite DUPONT.

Ce couple aura neuf enfants :

-Joseph né en 1687.

-Marie née en 1689.

-Marguerite née en 1692.

-Anne née en 1694.

-Jacques né en 1699.

-Joseph né en 1703.

-Félix né en 1706.

-Suzanne née en 1709.

-Anne-Dorothée.

 

 Ils se marient  le dimanche 30 mai 1683 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

 

 

En 1687 naît son fils Joseph. Pierre est âgé de 36 ans.

 

Vers 1687 son fils Joseph meurt, Pierre est âgé de 36 ans environ.

 

Le 10 mai 1689 naît sa fille Marie. Pierre est âgé de 38 ans.

 

Le 26 mai 1692 naît sa fille Marguerite. Pierre est âgé de 41 ans.

 

En 1694 naît sa fille Anne. Pierre est âgé de 43 ans.

 

Le 26 mars 1699 naît son fils Jacques. Pierre est âgé de 48 ans.

 

Le 25 mai 1703 naît son fils Joseph. Pierre est âgé de 52 ans.

 

Le 25 mai 1703 son fils Joseph meurt, Pierre est âgé de 52 ans.

 

Le 7 mars 1706 naît son fils Félix. Pierre est âgé de 55 ans.

 

Le 24 avril 1709 naît sa fille Suzanne. Pierre est âgé de 58 ans.

 

Pierre FORT est décédé le mercredi 21 avril 1728, à l'âge de 77 ans, à Berlin.

 

Il est inhumé le 23 avril 1728 à Berlin - cimetière de la Friedrischstadt.

 

Note : Il semble qu'il soit parti de Saint-Auban dans les années qui suivirent le départ de Marc Fort. En 1703, peu après la naissance (et le décès) de son fils Joseph II.

Avec sa femme et leurs quatre aînés, dont le plus jeune, Jacques, marche à peine, il se dirige directe­ment vers la pro­vince de Brandebourg, demandeuse de main-d'œuvre.

Malgré la distance des lieux, il y va sans hésiter car par un effet de la sagesse de ses souve­rains, ce pays était depuis longtemps reconnu comme l'asile de la tolérance bannie de tant d'autres.

 

A partir de 1701, l'Electeur de Brandebourg a droit au titre de roi de Prusse, récompense de son rôle dans la coalition antifrançaise. Les territoires du roi de Prusse dépassent ceux qui sont compris dans le margraviat de Brandebourg, mais, comme par le passé, ces différences n'affectent en rien la continuité de la politique appli­quée à l'égard des réfugiés.

Le Grand Electeur, dont la première épouse était l'arrière-petite-fille de Coligny, est un admi­rateur sincère de la civilisa­tion française et fut pen­dant longtemps un allié de Louis XIV. C'est aussi un bâtisseur d'Etats et c'est en tant que tel qu'il pense attirer dans son pays le plus grand nombre possible de réfugiés huguenots.

L'organisation de la colonie française de Berlin commence en 1672 avec un culte en langue française pour les quelques cent familles déjà établies dans la ville. Berlin, avec ses quatre mille réfugiés, est le joyau et le noyau dur de l'entreprise de colonisation commencée par le Grand Electeur. Au début du XVIIIe siècle, un Berlinois sur trois sera d'origine hugue­note.

Sans illusion en ce qui concerne le pouvoir d'attrait de ses Etats, le Grand Electeur opte pour une politique d'accueil radicale­ment différente de celle des autres pays de refuge. C'est lui qui prend l'initiative de faire venir au Brandebourg les réfugiés, à l'encontre de la Hollande, de l'Angleterre ou de la Suisse qui tout simplement "acceptent" les réfugiés qui leur échoient. Si l'on veut dans ces pays attirer telle ou telle catégorie de réfu­giés, c'est toujours au niveau des initiati­ves locales ou municipales, mais ces activités débordent rarement les frontières. On puise, si l'on peut dire, dans le stock qui se trouve sur place.

Le Grand Electeur publie le 29 octobre 1685, en réponse à l'édit de Fontainebleau, l'édit de Postdam par lequel il offre "aux dits François une retraite sure et libre dans toutes les terres et provinces de notre domination". L'édit, diffusé clan­destinement en France, énumère tous les avantages qui seront octroyés à ceux qui choisiront de s'établir en Brandebourg. Dans les en­droits où ils se trouvent après avoir quitté la France, ils peuvent déjà jouir de l'accueil des re­présentants de Frédéric Guillaume et de sa protection.

Ces représentants se trouvent en chaque endroit où il y a d'importantes concentrations de ré­fugiés, comme à Francfort-sur-le-Main ou à La Haye. Ils prennent en charge les réfugiés qui veulent continuer leur route vers les Etats du Grand Electeur et les aident à arriver à l'endroit choisi. L'édit de Potsdam promet aux réfugiés le droit de bourgeoisie dans les villes où ils se fixeront. Leur admission dans les corporations de métiers est également assurée. Des facilités sont accor­dées à ceux qui voudraient établir des manufactures. On donne aux réfugiés des mai­sons et des terres abandonnées, ou des terres à défricher, dans des régions particulièrement éprouvées par la guerre de Trente Ans. Des charges et des postes sont offerts aux nobles et aux militaires.

Mais, au-delà de tous ces avantages matériels, il y a encore quelque chose de remarquable et c'est là que gît la grande originalité du refuge brandebourgeois : la possibilité de rester Fran­çais et de vivre en des communautés françaises, pres­que hermétiquement renfermées sur elles-mêmes, au moins en théorie. En chaque endroit où leur nombre le justifierait, les calvinistes réfugiés auront un pasteur pour célébrer le culte en français. Ils auront un juge français, choisi par eux, pour décider des différends qui pourront s'éveiller entre eux, ou conjointement avec un juge allemand, pour décider des différends éventuels entre Français et Allemands. Un commissaire spécial veillera sur leurs intérêts. C'est lui qui leur distribuera de l'argent, des matériaux de construction et des outils. Cette politique d'accueil sera complétée par un vérita­ble réseau d'écoles françaises dont les plus célèbres seront le fameux collège français de Berlin et l'école des Cadets.

Avantages matériels et avantages d'ordre national ne suffisent pourtant pas à attirer à Berlin et dans les autres villes proposées à l'intention des réfugiés la foule, ni un très grand nombre d'intellectuels et d'érudits de premier rang.

L'intégration des réfugiés commence aussi d'en haut : nominations aux postes de conseillers d'ambassade des nobles et des avocats, nominations aux postes d'officiers, organisation des corps d'armées spéciaux pour les réfugiés. Les officiers trop âgés pour servir reçoivent des traitements proportionnels à leur rang. Les sommes d'argent apportées par les réfugiés sont acceptées dans le trésor du souverain qui leur paye des intérêts.

Les manufacturiers, les artisans, les ouvriers sont dirigés plutôt sur d'autres villes que Berlin. Ainsi plusieurs commer­çants et manufacturiers de drap vont à Magdebourg, des manufacturiers de moquette, de Bergame à Halle. D'autres cen­tres manufacturiers seront formés à Francfort-sur-l'Oder, à Prenzlau, à Königsberg et à Stettin. Même en dehors de ces villes, il y aura des verreries, des fabriques de papier, d'huile et d'autres indus­tries. Le commerce de luxe et de mode reçoit aussi un essor grâce aux Français. Le catalogue de l'apport français à l'agriculture prussienne n'est pas moins impressionnant : défrichement des terres, jardinage, culture de tabac, etc.

Cette politique d'accueil et d'intégration comporte des avantages aussi bien que des désavanta­ges. L'avantage essentiel est qu'elle met le Brandebourg - pays éloigné et inconnu aux yeux des réfugiés - presque à pied d'égalité avec l'Angleterre et la Hollande hautement développées. Bien plus, le Brandebourg, puis la Prusse, seront toujours le dernier ressort pour les réfugiés que personne ne voudra accueillir, et une sorte d'Eden pour les plus désavantagés qu'ils rêve­ront d'atteindre.

D'autre part, le maintien artificiel d'une civilisation française en terre allemande, avec des îlots français, aura comme conséquence directe une assimilation des réfugiés beaucoup plus lente qu'ailleurs, surtout à Berlin. Difficultés qui n'iront pas sans quelques démonstrations de xéno­phobie, encore, vers le milieu du XVIIIe siècle.

Dès le début de son règne, Frédéric II confirmait l'existence du Directoire supérieur français, lui donnait une meilleure constitution et une instruction spéciale. Le chef du Directoire était toujours le ministre des Affaires françaises et les mem­bres avaient le titre de conseiller secret. L'expéditive se passait dans la chancellerie d'Etat.

Le roi confirmait le 24 septembre 1740 tous les privilèges de la colonie française, en y ajou­tant l'assurance de sa protec­tion et de sa bienveillance.

Quand le roi introduisit, par une grande réforme de la justice, le code Fredericianus, il gardât pour ces commu­nautés, leurs an­ciennes règles de justice.

En 1744, le roi avait renouvelé l'Académie des Sciences et des Arts, en y engageant peu à peu beaucoup de professeurs de la colonie française, Jourdan étant président adjoint et de Jos­siges secrétaire général, le pasteur Famrey étant le suppléant de ce dernier. D'autres aca­démi­ciens restant à nommer.

 

LE BRANDEBOURG

 

Le Brandebourg, province du Nord, une des plus tristes de cette contrée aussi bien dans sa partie sud, le pla­teau de Flaeming (ou Flemming), que dans la plaine de sable plus septentrio­nale et dans le pays de petites collines qui forme au nord-est "la Suisse de la Marche". Elle est arrosée par le Havel et par la Sprée, et est, dans la plaine, très marécageuse.

Naguère stérile, elle est devenue un pays de pâturage et de cultures industrielles (betteraves, tabac) ou alimen­taire (pom­mes de terre, seigle), et doit à l'initiative de ses anciens souverains et au labeur des protestants de Berlin, les fabriques d'armes de Spandau et de Postdam, les fabriques de toile de Spremberg, de Krossemm et de Soldin. D'autre part, grâce à ses rivières et à ses canaux, à ses nombreuses voies ferrées, dont Berlin est le nœud, le Brandebourg est une des régions passantes la mieux desservie de Prusse.

La Marche de Brandebourg a formé, pour la plus grande partie, la province actuelle du même nom ; peuplée de 2 445 000 habitants sur 39 000 km2 ; capitale Berlin. La province est sub­divisée en deux régences : Postdam et Francfort.

C'est par les Suèves que fut d'abord habitée, au début de l'ère chrétienne, la contrée qui porta plus tard le nom de Brandebourg. Au temps des invasions, elle fut occupée par des Slaves, puis par les Wiltzes. Pour arrêter les incursions de ces barbares sur les terres de son empire, Char­lemagne établit, sur les bords de l'Elbe, une série de marches, qui furent réorganisées en 927 par l'empereur Henri Ier. Alors commença la conquête du pays compris entre l'Elbe et l'Oder, et le margrave Gero, au temps de l'empereur Othon Ier, poursuivit à la fois la con­quête et l'évangélisation de la contrée.

Après l'avènement du comte ascanien, Albert l'Ours, au margraviat de Brandebourg (1134), commença l'évolu­tion histori­que du pays. Sous la dynastie ascanienne, la marche de Brande­bourg s'éleva au-dessus des autres petits états de l'Elbe, dès le XIIIe, et commença à s'étendre vers la mer et vers la montagne ; elle atteignit, dans les premières années du IX-Xe siècle, le quadrilatère de Bohême, et s'apprêtait à annexer la Poméranie. Après l'extinction des Ascaniens (1319), elle fut sur le point de se dissocier, et la décomposition gagnait de plus en plus quand le burgrave franconien de Nuremberg, Frédéric Hohenzollern, fut investi du margraviat de Brandebourg par l'empereur Sigismond (1417).

Cette date marque le début de la patiente extension du Brandebourg sous les Hohenzollern. Ces margraves administrent bien leur patrimoine et ne perdent aucune occasion de l'accroître. La fortune se présenta pour eux, au début du XVIIe siècle, quand l'électeur de Brandebourg réunit à son margraviat la Prusse et une partie de la succession de Clèves et de Juliers. Le Brande­bourg souffrit cruellement de la guerre de Trente Ans ; à plusieurs reprises, il fut ra­vagé par les troupes belligérantes, et sa population tomba de 330 000 à 140 000 âmes. Ce fut une mai­gre compensation à ce dépeuplement que l'acquisition, lors des traités de Wesphalie, de quel­ques villes de la Poméranie et des évêchés sécularisés de Camin, de Halberstadt, de Mag­de­bourg et de Minden ; mais ces acquisitions rejetèrent les électeurs margraves de Brande­bourg sur le centre de l'Allemagne et tracèrent leur politique future : réunir les divers tronçons de leur domination. C'est ce qu'ils commencèrent à faire au milieu du XVIIIe siècle, tout en co­lonisant sans relâche leurs territoires et le Brandebourg en particulier ; Frédéric-Guillaume (le Grand Electeur) et son fils Frédéric (qui fut le roi de Prusse Frédéric Ier) y travaillè­rent d'une ma­nière très inégale, mais continue.

Aussi, dès le règne de ces souverains, le Brandebourg, bien qu'il renfermât la capitale de l'Etat prussien, avait-il cessé d'être une individualité distincte : son histoire se confond dès lors avec celle de la Prusse.

*

Le groupe des fugitifs, auquel s'était joint notre ancêtre, se vit affecter à Magdebourg des terres (y com­pris forêts, friches et étangs) restées incultes depuis 70 ans.

Aux dires du bailli, les parties boisées comprenaient beaucoup de hêtres et de vieux chênes ; de l'avis des fugi­tifs, ce n'étaient là ni bois ni forêts, mais d'anciens champs envahis par les ar­bres ou des terres redevenues à l'état sauvage.

Les voisins allemands "ne nous virent pas arriver, nous pauvres réfugiés, avec plaisir, mais ils nous tolérèrent auprès d'eux".

*

"Le 29 dito (21 avril 1728) à huit heures du soir est mort d'une colique Pierre Fort laboureur, agé de septante sept ans, natif de St Auban en Dauphiné, a été enterré le vingt trois au cimetière de la Frieddrischstadt."

Französische Kirche zu Berlin.

 

 

 

2

 

 

Jacques FORT voit le jour à une date inconnue.

Il est le fils légitime de Daniel FORT et de Jeanne SANCHON.

 

Il s'unit avec Isabeau CROZ.

Ce couple aura un enfant :

-Gabriel né en 1703.

 

Note : Pour lequel nous n'avons pas retrouvés les actes.

 

 

 

3

 

 

Suzanne FORT est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Daniel FORT et de Jeanne SANCHON.

 

Elle s'unit avec Pierre LAURANS.

Ce couple aura deux enfants :

-Thomas né en 1672.

-Jean-Louis né en 1689.

 

 

4

 

 

Marc FORT voit le jour à une date inconnue à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Il est le fils légitime de Daniel FORT et de Jeanne SANCHON.

 

Il s'unit avec Olympe GAUTIER.

Ce couple aura un enfant :

-Jean-Louis né en 1686.

 

Marc FORT est décédé vers 1711, à Auerbach.

 

Note : L'ODYSSEE DE MARC FORT

 

Notre génération a connu, sur une grande échelle, la guerre, la détresse, la misère, l'espoir, les déplacements de population, mais aussi les tours de force des reconstructions. Par là, l'étude et la compréhension du destin de nos ancêtres prennent un nouvel intérêt.

Lorsqu'on s'entretient aujourd'hui avec des descendants de Huguenots, on entend souvent ce jugement qui n'est pas une condamnation : "Comment nos aïeux ont-ils pu quitter patrie et famille à cause de leur foi ? Je ne comprends pas !". Cette opinion largement répandue peut s'expliquer surtout par le fait que nous vivons en un temps où la liberté de croire et la tolé­rance - même s'il s'agit souvent de mots vides de sens - sont des idées admises qui ren­dent difficile, surtout pour les jeunes, de se replacer à l'ère de l'absolutisme. L'époque du "Refuge" est loin derrière nous ; pour comprendre la conduite de nos aïeux, il était nécessaire de connaî­tre, au moins en gros, les événements politiques, voire politico-religieux, les cir­constances économiques propres à ce temps-là, les conditions d'existence en France, dans la province et dans le lieu d'origine lui-même, enfin la vie et l'entourage des dirigeants de l'époque.

Qui furent les plus fidèles : ces Réformés français qui, pour leur foi et par conviction reli­gieuse, confiant dans la Divine Providence, eurent la périlleuse audace de fuir une patrie en­soleillée pour une terre lointaine et brumeuse ? Il ne nous est pas possible, aujourd'hui, d'en juger. Le parti que prit chaque individu ou chaque famille, dépendit souvent de circonstances locales, de considérations personnelles. La cohésion à l'intérieur des groupes familiaux - ce mot étant pris dans son sens le plus large - était alors beaucoup plus solide, plus naturelle qu'à notre époque où le rythme de vie s'est considérablement accéléré.

Qui devait rester, qui allait partir, certainement la décision intervint souvent, mais pas tou­jours, d'un commun accord. Il en fut de même à Saint-Auban, dont nos ancêtres constituent - pas exclusivement il est vrai - notre sujet.

Buis-les-Baronnies, dont dépend Saint-Auban, est situé au centre d'un bassin agricole fertile. Ce vieux bourg est renommé pour son marché du tilleul, le plus important d'Europe. Il est souvent éprouvé pendant l'été par la sécheresse et rendu dangereux, au printemps et à l'automne, par les crues de l'Ouvèze. A l'époque, la région était surpeuplée de façon dramati­que. Il serait déraison­nable de nier que dans ces conditions l'espoir de trouver ailleurs une existence plus sûre et mieux considérée a joué un rôle. Les incitations lancées par les princes réformés d'Allemagne s'infil­traient en France par des voies secrètes, et étaient certainement connues. Elles favorisè­rent l'or­ganisation de mouvements d'émigration d'une assez grande am­pleur. Même dans les fa­milles à la foi la plus rigoureuse, un membre au moins resta sur place afin de conserver, dans toute la mesure du possible, le patrimoine. Aucune de ces vieilles fa­milles protestantes ne dis­parut alors totalement du village. Mais devenues ou non "nouvelles-catholiques", elles perdi­rent leur rang. Bon nombre tombèrent dans une misère complète. Res­tèrent en arrière les plus âgés ; ils ne voulurent pas abandonner une patrie où ils avaient de solides racines. Demeurèrent sur place également des opportunistes, des sceptiques, entre au­tres ceux qui, appartenant initia­lement à la religion réformée, intervinrent comme témoins lors de l'abjuration générale ; enfin des femmes et des hommes plus libéraux en matière de croyance religieuse.

Se résolurent à la fuite des adultes et des jeunes gens à qui leur foi, leur sentiment de l'hon­neur, leur tempérament ne permettaient pas de vivre en citoyens de deuxième ou troi­sième or­dre, ou tout au moins d'être dans l'obligation de ne pas vivre conformément à leur conscience. C'étaient les caractères les plus solides. A quelques très rares exceptions près, nos ancêtres réfugiés donnaient l'exemple d'une fidélité à toute épreuve, non seulement en matière de foi religieuse, mais également dans la vie quotidienne. Ils connurent et surmontèrent un exode douloureux et périlleux à travers les Alpes, des pillages répétés dans le Palatinat, la mi­sère dans une Suisse appauvrie, l'incertitude sur leur avenir, l'exil, des marches très longues, la détresse entraînée par la guerre sur le territoire d'un prince versatile, les fatigues de toutes sortes consécutives à l'établissement dans un pays étranger, au climat inhabituel, au milieu d'un entourage rarement bien disposé au début, de race et de langue étrangère.

C'étaient des hommes avec leurs faiblesses, entêtés, pointilleux, s'emballant, se rebiffant ; mais aussi, dans leur grande majorité, c'étaient des hommes sachant ce qu'ils voulaient, prêts à se sacrifier, d'une profonde religiosité, travailleurs. Ennemis de tout faste, menant une vie simple, même dans une position élevée ou dans des circonstances heureuses, ils s'attirèrent la consi­dération générale. Ils n'étaient ni des débiles ni des sots, et ils représentèrent, pour les pays où ils trouvèrent asile, un apport apprécié.

Honorons leur mémoire !

 

Marc Fort, sa femme Olympe et leur fils Jean-Louis seront les premiers Fort de Saint-Au­ban à aller se réfugier en Suisse. Nous le savons par le dénombrement de 1693.

Comme, avant eux, un certain Jacques Fort, origi­naire de Silhac, mandement de Chalen­con-en-Vivarais.

Mais le 29 septembre 1691, ce dernier sera arrêté sur les frontières de la Savoie. Condamné pour "assemblée" à la galère, il ramera sur la "Superbe". Il sera libéré le 16 mars 1701.

Le livre de Gaston Tournier donne un autre Fort condamné aux galères. Il s'agit de Fran­çois Fort, de Valleraugue, Gard, matricule 12.137. Son signalement est identique à celui de Jacques. Taille moyenne, cheveux châtains, visage rond. Sont-ils parents ? Nous ne pensons pas en tout cas qu'ils soient parents de ceux de Saint-Auban. Mais sait-on jamais.

 

LES CAILLOUX BLANCS

 

Aujourd'hui nous n'avons pas la possibilité matérielle d'indiquer avec précision le trajet suivi par Marc Fort et la communauté partis en éclaireurs de Saint-Auban, pour gagner le chemin de Genève, des Suisse et du Brandebourg.

Ce n'est qu'une question de temps.

Les fugitifs étaient munis de sauf-conduits et tout au long de leur route ont été secourus. Ils signaient des reconnaissances en échange d'une assiette de soupe ou d'un toit pour la nuit. Les centres qui les ont accueilli conservent dans leurs archives ces reçus. Ils sont actuellement sai­sis sur ordinateur. C'est un travail considérable car il représente plusieurs centaines de milliers d'écritures, et si le Pays de Vaud, la République de Genève, Bâle et Zurich sont enregistrés, beaucoup d'autres lieux restent à traiter. Il n'est pas encore possible de dire quand le travail sera exploitable.

Ce fichier informatique sur le Refuge huguenot est conservé quelque part en France. Il n'a pas encore trouvé son établissement définitif ni son mode d'exploitation.

En attendant, nous relatons la deuxième partie de leur voyage tel qu'il est le plus souvent écrit dans les livres.

 

DISPERSES A TOUS LES VENTS

 

Une fois franchie la frontière entre la France et la Savoie, les fugitifs laissaient derrière eux la partie la plus dangereuse du chemin. Abstraction faite d'arrestations éventuelles, d'extraditions effectuées sous la pression politique de la France, ou de difficultés causées par les autorités locales, le voyage pouvait se poursuivre, à pied ou en chariot, sans autre trouble.

Sur le lac Léman, le passage de la frontière vers la république de Genève ou le pays de Vaud, soumis alors à Berne, s'exécutait sans danger, sauf en cas de tensions politiques momentanées s'accompagnant de mouvements de troupes. Il n'était pas question, à cette époque, d'un con­trôle à la frontière tel qu'il se pratique aujourd'hui. En outre, le traité de Lausanne stipulait expressément le libre passage entre la rive nord du lac restée bernoise et la rive gauche deve­nue définitivement savoyarde en 1564.

Une fois les fugitifs arrivés dans la Confédération, les délégués de la Commission des exilés, créée à la fin de 1683, assuraient le contrôle et le ravitaillement de ceux qui demandaient assis­tance ainsi que la poursuite de leur voyage. L'argent pour celui-ci était fourni par le fond dit "Bourse française" : les frais d'entretien étaient à la charge de chaque canton.

N'étaient traités en mendiants que ceux qui après avoir traversé Genève ou le premier canton de la Confédération, ne pouvaient produire aucune attestation. Les autres jouissaient de la pro­tection des cantons réformés. La liberté de circulation, mais non le libre choix de la résidence, existait sur le territoire de l'ancienne Confédération. Les voyageurs isolés recevaient automati­quement un sauf-conduit. Néanmoins, les convois de réfugiés contournaient autant que le per­mettait leur itinéraire, les cantons catholiques, afin d'éviter les incidents désagréables, dus à des têtes chaudes de l'un ou de l'autre côté. Ainsi que nous l'avions dit plus haut, il n'a pas encore été possible de déterminer avec précision l'itinéraire suivi par nos ancêtres venant de Saint-Auban, mais le plus fréquemment utilisé fut par la route allant de Lau­sanne à Yverdon à travers le pays de Vaud. Là se trouvait le territoire d'Orbe-Echallens, pro­priété commune de Berne et de Fribourg. Le traver­ser avec un sauf-conduit bernois ne posait pas de problème. A partir d'Yverdon, toujours avec un sauf-conduit bernois, le trajet se pour­suivait par le lac de Neuchâtel, le Zihl et le lac de Brienne jusqu'à Nidau, généralement en grosse barque. Puis on descendait la rivière Aar. Même à Soleure, qui vivait des importations de grains français et qui était la résidence de l'ambassadeur de France auprès de la Confédéra­tion, mais qui défendait farouchement sa liberté de décision en matière politique, le passage était libre. En outre, les cantons catholiques avaient intérêt à ne pas faire obstacle au passage des hérétiques venant de l'étranger. De Brugg sur l'Aar, on poursuivait soit en direction du Haut-Rhin jusqu'à Bâle, soit vers Schaffhouse en abandonnant les bateaux.

Si l'on choisissait la marche à pied, surtout à la saison froide, on utilisait à partir de Lausanne, où la plupart arrivaient par Ouchy, la vieille route de la Broye en direction du nord ; seule une petite fraction était en territoire commun, devenu en 1688 territoire fribourgeois. Après Morat dépendant alors de Berne et Fribourg, on arrive vite à Berne par Gümmenen.

De là, en contournant le territoire de Lucerne, strictement catholique, on pouvait continuer sur Lenzburg par Burgdorf, les bailliages d'Aarwangen et Aarburg ; puis par le comté (catholique) de Baden qui dépendait en partie du canton de Zurich. On obtenait ainsi un sauf-conduit. En­fin, les fugitifs, par Eglisau, fréquemment cité dans les textes, atteignaient Schaffhouse.

Mais à l'époque règnent à Schaffhouse des circonstances très difficiles. Y arrivent constam­ment en foule : des Piémontais, qui veulent ou ont voulu s'installer dans l'empire, des réfugiés français ou piémontais venant du Palatinat, de Bade-Durlach ou du duché de Wurtemberg. La ville héberge à ce moment plus de fugitifs qu'elle ne compte d'habitants ; elle doit mettre à ses frontières des postes de garde avec ordre de ne laisser pénétrer personne. Mais tout cela en vain.

Henri Arnaud se dépense auprès du conseil municipal pour l'accueil des Français et Piémontais refluant du Palatinat. A la fin de l'hiver 1689, ils sont des milliers à "camper en plein air avec femmes et enfants, quémandant à genoux un morceau de pain pour la miséricorde de Dieu et l'amour du Christ". Ils sont traités de pire façon qu'en pays catholique, à peine mieux qu'en prison. C'est à faire pitié !

En 1699, les cantons suisses, saturés, ont organisé des départs massifs pour diriger les réfu­giés, dont ils ne pouvaient supporter la charge, vers les états d'Allemagne demandeurs de main-d'œuvre.

Aux réfugiés qui voulaient gagner les régions de Stuttgart, Heidelberg, Francfort, où ils espé­raient trouver un asile, trois voies s'offraient : la voie fluviale, la grand-route (ou route pos­tale) parcourue par les voitures, les petits chemins et les sentiers suivis péniblement à pied. Le choix était dicté essentiellement par des considérations financières.

1- Le voyage en bateau était coûteux, sauf arrangement particulier en cas de transport d'une certaine importance. Sur un bateau ne transportant que des voyageurs, le trajet Bâle-Strasbourg coûtait sept reichstaler par personne. Par temps favorable, bonne visibilité, et à la saison où le soleil se lève tôt et se couche tard, le voyage pouvait s'effectuer dans la journée. Si l'on em­pruntait une péniche de marchandises, le prix dépendait du chargement emporté, du nombre des voyageurs et aussi de l'importance du pourboire dû au pilote et aux membres de l'équi­page.

De toutes façon, le voyage était aussi bien moins onéreux que sur les bateaux réservés aux par­ticuliers. Mais souvent il fallait compter avec des arrêts ou d'autres incommodités, et il était douteux que l'on arrivât plus vite qu'en allant à pied, surtout si le temps était mauvais, ou pen­dant l'hiver, ou en période de basses eaux.

Les personnes âgées incapables de faire des étapes à pied, les mères et les enfants, ont certai­nement choisi, en partie, la voie fluviale. En effet, sur les listes de Francfort figurent des per­sonnes qui n'ont pas reçu d'argent pour le voyage, ni à Schaffhouse, ni à Zurich, et donc ont vraisemblablement embarqué à Yverdon, évidemment pas isolément, et sûrement sur des bar­ques transportant des marchandises les moins coûteuses.

De Bâle, les réfugiés pouvaient gagner Francfort et même remonter le Main au moins jusqu'à Kitzingen.

2- Ceux des fugitifs qui avaient du bien ou occupaient une situation élevée pouvaient payer leur place à bord des voitures publiques qui desservaient le pays à un rythme des plus irréguliers, et ils le faisaient volontiers. De même, les personnes âgées ou malades étaient transportées sur des charrettes, de Schaffhouse jusqu'à Tuttlingen ou Tübingen, souvent aux frais de la caisse des réfugiés. Ces véhicules empruntaient les routes postales, les grands-routes, dont la sécurité incombait aux seigneurs du territoire traversé. La circulation y était gratuite, sans considéra­tion de confession. Il existait des droits de douane ou d'escorte pour les marchandises de toute nature ainsi que pour le bétail. Les convois recevaient une escorte armée.

Les pataches de Wurtemberg existaient depuis 1683. En raison de l'étroitesse des routes, les chevaux étaient attelés en flèche, le dernier seul se trouvant entre les brancards. Ces routes couraient par monts et par vaux ; souvent transformées en fondrières au printemps et à l'au­tomne, elles étaient creusées en leur milieu de profondes rigoles ; elles n'étaient consolidées tout au plus que dans les passages escarpés. Des relais étaient organisés, parfois avec des bœufs.

La vieille route postale de Schaffhouse ne fut à peu près remise en état qu'après 1750. Par En­gen, elle atteignait Tuttlingen, territoire würtembourgeois enclavé dans les possessions des Habsbourg. De Tuttlingen à Balingen, autre ville würtembourgeoise, la route était encore en très mauvais état. Elle continuait ensuite sur Tübingen, où elle franchissait le Neckar, et attei­gnait en fin Stuttgart par Waldenbuch.

Ce fut cette grand-route que suivit le pasteur d'Olympie, de Schaffhouse, qui, à la demande du sénat de Zurich, devait enquêter sur le sort des réfugiés et régler sur place les problèmes les concernant. Parti le 23 octobre 1687, il arriva à Stuttgart quatre jours plus tard. Personne de qualité, il paya deux livres par jour rien que pour les locations de chevaux aux relais ; aux voyageurs plus modestes, il était moins demandé.

De Stuttgart à Heidelberg, la route postale, par Bretten, était déjà utilisée par la poste montée de Thurn et Taxis, mais elle n'était que rarement choisie par les réfugiés, car elle aboutissait aux territoires dépendant du Grand chapitre de Spire.

3- Les réfugiés n'étaient autorisés qu'à traverser les territoires dépendant des Habsbourg, du Wurtemberg ou du Palatinat. l'itinéraire choisi devait éviter les terres catholiques, en particu­lier la ville de Rottweil.

Or, la région que traversaient les fugitifs était caractérisée par un morcellement extraordinaire sur le plan de la souveraineté territoriale. D'autre part, elle était d'un relief accidenté. C'était le Jura souabe, avec sa succession de côtes abruptes, de montées et de descentes imposant des fatigues répétées aux piétons. Car c'était à pied que la plus grande partie des réfugiés ga­gnaient, depuis la Suisse, leurs nouveaux lieux d'accueil en Allemagne du sud.

Il va de soi qu'ils se groupaient presque toujours pour traverser ces pays étrangers, restant en route environ une semaine jusqu'à Stuttgart, et cinq à six jours de plus jusqu'à Heidelberg. Le guide de chaque groupe recevait une fiche portant les noms et le nombre des participants, leur lieu de départ en Suisse et leur lieu d'arrivée. Chaque père de famille ou adulte voyageant iso­lément devait en outre être pourvu d'une attestation établie par une église de la Confédération ; il la conservait avec grand soin et était tenu de la présenter à l'arrivée dans toute communauté réformée. Cette attestation était une sorte de passeport, et de justification du voyage. Pour ces voyageurs, il ne fallait pas songer à un service de patrouilles régulièrement organisé, d'autant moins que souvent ils s'écartaient des grands-routes. Ils furent sans doute très fréquemment abandonnés à eux-mêmes.

Les archives locales ou municipales ne gardent, malheureusement guère de traces du passage de ces groupes plus ou moins nombreux. Il est possible néanmoins, si l'on dispose de cartes anciennes, de reconstituer l'itinéraire que la plupart ont dû utiliser.

Dans les listes de réfugiés établies par Speissegger se trouve calligraphiée de sa main, la note ci-après :

 

"De Schaffhouse à Heidelberg, route pour aller à Francfort sur le Mein : Herblingue, Schlat am Randen, Biningue, Veleschingue, Engue, Biesendorf, Doutelingue, Be­tigue, Vehingue, Telchhofen, Taillingue, Dotenhause, Nendingen, Balingue, Engeschlat, Wuestmuehle, Bolzhouse, Ofterdingue, Duslingue, Tubingue, Lusnau, Dotenhause, Valten­bouch, Mahingue, Stusgart, Naschberg, Bietlingue, Buningue, Braknam.

De Heidelberg, il faut aller le long de la Bergstras à Darmstradt et de là à Francfort sur le Mein".

 

Les noms des localités sont visiblement écrits de façon que, prononcés par un Français non familiarisé avec la langue, ils puissent être à peu près compris par une oreille allemande.

Ainsi cheminait-on, à travers champs et bois, par des sentiers ou petits chemins, parfois plus court que la grand-route, mais de parcours plus difficile. Il fallait trouver, bien que ne connais­sant pas le pays, les gués, les ponts.

Il est probable que, lors des péages, comme sur le célèbre pont de pierre de Bietigheim, sur l'Enz, long de 422 pieds, on ne réclamait rien aux réfugiés voyageant à pied et ne transportant avec eux que le strict nécessaire.

Dans les bourgs ou petites villes, ils trouvaient aide et asile. A Tuttlingen, les hospices étaient presque inexistants, les personnes tombées malades en route devaient donc chercher une au­berge acceptant de les recevoir à un prix raisonnable. Les réfugiés qui se présentaient au pas­teur luthérien pour solliciter un secours obtenaient de lui de trois à six kreutzer.

A Balingen, les malades pouvaient être accueillis à l'hospice ou dans une auberge, les dons reçus étaient notés sur l'attestation délivrée par l'église. A Tübingen, petite ville universitaire, le pasteur luthérien avait la charge de ses frères en religion, dont chacun recevait, s'il se pré­sentait, un batzen. Les malades étaient transportés à Stuttgart à cheval ou en voiture.

Depuis que l'on foulait le sol du Wurtemberg, il n'y avait plus lieu de s'attendre à des diffi­cultés sérieuses, car Friedrich-Karl zu Winnenthal, qui administrait le duché au nom du duc Eberhard-Ludwig encore mineur, était rallié à la cause des princes d'Orange et bien disposé à l'égard des fugitifs pour fait de religion.

Toutefois, à Stuttgart même, les étrangers n'avaient pas été toujours - surtout en l'absence du Régent - traités avec beaucoup d'humanité. Que les voyageurs aient été logés dans des cou­loirs, des écuries, des granges, cela s'explique. Mais d'Olympie se plaint auprès du Président du Consistoire luthérien que des réfugiés se soient vu parfois refuser un toit.

A partir de Stuttgart, les réfugiés continuaient parfois sur Heidelberg, Francfort, Cassel, Mag­debourg et Berlin, ou bien, ayant atteint le Rhin à Mannheim, non loin de Heidelberg, cer­tains se dirigeaient vers les Pays-Bas, généralement par la voie fluviale. Il y avait aussi ceux qui, sans passer par Stuttgart, suivaient la vallée du Danube jusqu'à Ulm, puis remontant vers le Nord, par Nördlingen, Gunzzenhausen, Schwabach, Bayreuth, poursuivaient leur périple la­borieux jusqu'à Leipzig et Berlin.

 

C'est dans le margraviat de Bade-Durlach que Marc Fort, sa femme et ses deux enfants nés à Saint-Auban, arriveront au terme de cette épuisante fuite en avant.

Leur bonheur était grand d'avoir trouvé enfin le repos - du moins le croyaient-ils - et une nouvelle patrie.

 

DANS LE MARGRAVIAT DE BADE-DURLACH

 

Le margrave luthérien, Frédéric VII, leur assura la liberté de conscience et de culte.

En 1699, les villages de Friedrichstal et Welchneureut furent fondés par des réfugiés français ; d'autres, comme les Fort, s'établirent à Auerbach. D'autres encore, à Fleinsteinbach, Langen­steinbach, Pforzhein, Mühlburg, Graben, Staffort et Spoeck. Dans le duché voisin, en Wür­ttemberg, des groupes se fixèrent à Dürrmenz, Schönenberg, Corres, Pinache, Pérouse, Groß­villars, Kleinvillars, et à Palmbach annexé en 1806 à Bade.

A Welschneureut s'établirent des Vaudois des hautes vallées du Piémont et de la Savoie, arrivés par la Suisse. D'autres réfugiés étaient des Wallons de Liège et du Brabant, d'abord établis pendant trente ans à Billigheim et Marllenheim près de Landau dans le Palatinat ; ils remontè­rent plus haut dans la vallée du Rhin lorsque leur sécurité fut menacée dans leur premier re­fuge.Outre Friedrichstal, qu'ils fondèrent, ils s'établirent dans presque toutes les autres localités du margraviat.

Les réfugiés de Bade et du Württemberg furent groupés sous l'autorité d'un même synode ré­formé. Des luthériens vivaient au milieu d'eux. A partir de l'"Union", en 1821, il n'y eu plus de différence entre luthériens et réformés badois.

Marc Fort et sa famille habitent encore, en 1711, Auerbach, pourtant, en 1707, les colons de ce petit village des avancées de la Forêt Noire souffrirent de l'invasion française. Ils durent s'enfuir dans les bois et leurs biens furent pillés.

Alors, à Auerbach et à Welschensteinbach tout proche, de même que dans l'enclave würtem­bergoise d'Untermutschelbach, une partie d'entre eux décidèrent après l'expiration des années de franchise, de reprendre une fois encore leur bâton de pèlerin. C'est en Prusse Orientale, dans de larges zones dépeuplées par la peste, qu'ils espéraient trouver un avenir meilleur.

Ils ont dû quitter le pays de Bade avant le 19 juillet 1709. Dans leur migration vers le nord, ils n'ont pas demandé d'aide au diaconat de la communauté de Francfort, ce qui se conçoit ai­sé­ment. Ils n'étaient plus alors sur les chemins "à cause de religion" ; ils avaient quitté leurs peti­tes exploitations de leur propre volonté, après l'invasion française, et sept ans après la con­clu­sion de la paix, afin de s'établir en un lieu qui leur paraissait plus propice et pour bé­néfi­cier de nouvelles années de franchise, lesquelles, il ne faut pas l'oublier, de­vaient être payées par un dur travail de défrichage.

C'était alors un va-et-vient de célibataires ou de familles, souvent à la suite de mariages, entre colonies voisines ou vers un village allemand ; néanmoins les descendants des immigrés se sont presque toujours fixés à demeure et lentement acclimatés dans leur nouvelle patrie, mais à vrai dire réduits par les décès de façon extraordinaire au cours des deux générations suivantes.

A partir de la deuxième ou troisième génération, la connaissance du français se perdit. Peu de noms français subsistent encore. Les familles ont disparu, ou émigré, ou ont germanisé leur nom (Horne est devenu Hornung, Roux Ruh, etc.). Par contre, des scribes français ont souvent francisé les noms allemands (par exemple, en 1713, à Friedrichstal, on écrit Chendaler pour Schoentaler).

Extrait du n°27 1er et 2ème trim. 1998 de la revue "Patrimoine Histoire et Culture des Baronnies".

.

 

 

 

5

 

 

Jean FORT voit le jour à une date inconnue.

Il est le fils légitime de Daniel FORT et de Jeanne SANCHON.

 

Il s'unit avec Marie TOURNIAYRE.

Ce couple aura un enfant :

-Antoine né en 1686.

 

 

Génération 3

 

 

1.1

 

 

Joseph FORT voit le jour en 1687 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Il est le fils légitime de Pierre FORT, En 1711 - ménager. En 1728 - cultivateur, âgé de 36 ans et de Marie LAURANS, âgée de 20 ans.

 

Joseph FORT est décédé vers 1687, à l'âge de moins d'un an environ, à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

 

Il est baptisé à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 26 mai 1687, à l'âge de moins d'un an.

 

Note : "Du vintinquiesme may et mesme anée (1687) Joseph Fort, fils à Pierre et à Marie Laurens a été baptisé. Le parrain a esté Joseph Ripert et la marraine Marie Seyma".

Archives municipales de Saint-Auban

 

Joseph est mort à la naissance ou en bas âge. Nous n'avons pas retrouvé son décès dans les registres de Saint-Auban mais nous le savons car le 25 mai 1703 naissait un autre enfant à qui Pierre et Marie Laurans ont donné le même prénom.

 

 

 

1.2

 

 

Marie FORT est née le mardi 10 mai 1689 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Elle est la fille légitime de Pierre FORT, En 1711 - ménager. En 1728 - cultivateur, âgé de 38 ans et de Marie LAURANS, âgée de 22 ans.

 

Elle est baptisée à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 1 mai 1689, elle a moins d'un an.

 

Elle s'unit avec Jean-Louis FORT, peigneur de laine, le fils légitime de Marc FORT et d'Olympe GAUTIER.

Ce couple aura sept enfants :

-Pierre né en 1713.

-Jean-Louis né en 1716.

-Marthe née en 1717.

-Jacques né en 1719.

-Elisabeth Dorothée née en 1722.

-David né en 1725.

-Marguerite née en 1728.

 

Leur mariage religieux est célébré  le dimanche 11 octobre 1711 à Magdebourg.

 

Le 18 avril 1713 naît son fils Pierre. Marie est âgée de 23 ans.

 

Le 17 février 1716 naît son fils Jean-Louis. Marie est âgée de 26 ans.

 

Le 12 décembre 1717 naît sa fille Marthe. Marie est âgée de 28 ans.

 

Le 15 octobre 1719 naît son fils Jacques. Marie est âgée de 30 ans.

 

Le 19 juillet 1721 son fils Jean-Louis meurt, Marie est âgée de 32 ans.

 

Le 25 janvier 1722 naît sa fille Elisabeth. Marie est âgée de 32 ans.

 

Le 12 juin 1725 naît son fils David. Marie est âgée de 36 ans.

 

Son père Pierre meurt le 21 avril 1728, Marie est âgée de 38 ans.

 

Le 2 juin 1728 naît sa fille Marguerite. Marie est âgée de 39 ans.

 

Le 21 novembre 1728 son fils David meurt, Marie est âgée de 39 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 19 août 1737, Marie est âgée de 48 ans.

 

Le 6 décembre 1751 son époux Jean-Louis meurt, Marie est âgée de 62 ans.

 

Marie FORT est décédée le dimanche 3 février 1771, à l'âge de 81 ans, à Magdebourg.

 

Note : "Du dixième may, année que dessus (1689), Marie Fort, fille de Pierre Fort et de Marie Laurans, a été baptisée dans l'église paroissiale de ce lieu. Les parrains ont esté Joseph Seyma et Isabeau Dupont de ce lieu, le susdit Fort, père, a signé.

Archives municipales de Saint-Auban.

 

 

 

1.3

 

 

Marguerite FORT est née le lundi 26 mai 1692 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Elle est la fille légitime de Pierre FORT, En 1711 - ménager. En 1728 - cultivateur, âgé de 41 ans et de Marie LAURANS, âgée de 25 ans. A sa naissance, elle a une soeur Marie (née en 1689).

 

Elle est baptisée à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 26 mai 1692, elle a moins d'un an.

 

Elle s'unit avec Jean GARDIOL, peigneur de laine, le fils légitime de Pierre GARDIOL et de Louise POUEY.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Leur mariage religieux est célébré  le vendredi 2 janvier 1722 à Berlin.

 

Son père Pierre meurt le 21 avril 1728, Marguerite est âgée de 35 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 19 août 1737, Marguerite est âgée de 45 ans.

 

Marguerite FORT est décédée le jeudi 24 novembre 1740, à l'âge de 48 ans, à Berlin.

 

Elle est inhumée le 26 novembre 1740 à Berlin.

 

Note : "Du vingt six may et mesme année (1692) Marguerite Fort, fille naturelle et légitime à Pierre et Marie Laurans a été baptisée, les parrains ont été Antoine Maurel et Claude Bordel". Pierre Fort a signé.

Archives municipales de Saint-Auban

 

"Le jeudi 24 novembre 1740 à 11 heures du soir est mort d'estisie Marguerite Fort, femme de Jean Gardiol, peigneur de laine, âgée de 47 ans, native de St Auban, en Dauphiné, a été enterrée le 26 dito au cimetière de la Friedrichstadt."

Französische Kirche zu Berlin

.

 

 

 

1.4

 

 

Anne FORT est née en 1694 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Elle est la fille légitime de Pierre FORT, En 1711 - ménager. En 1728 - cultivateur, âgé de 43 ans et de Marie LAURANS, âgée de 27 ans. A sa naissance, elle a plusieurs soeurs : Marie (née en 1689), Marguerite (née en 1692).

 

Elle est baptisée à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 4 avril 1694, elle a moins d'un an.

 

Elle s'unit avec Daniel GILOIN, Peigneur de laine, le fils légitime de Jean GILOIN et d'Anne RABET.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Leur mariage religieux est célébré  le mardi 30 avril 1715 à Magdebourg.

 

Le 13 mars 1726 son époux Daniel meurt, Anne est âgée de 32 ans.

 

Elle s'unit avec Martin LAGNAC, peigneur de laine, le fils légitime de Jean David LAGNAC et de Jeanne GIRAUD.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 Ils se marient  le mardi 14 octobre 1727 à Magdebourg.

 

Son père Pierre meurt le 21 avril 1728, Anne est âgée de 34 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 19 août 1737, Anne est âgée de 43 ans.

 

Le 18 février 1740 son époux Martin meurt, Anne est âgée de 46 ans.

 

Anne FORT est décédée le lundi 22 mai 1741, à l'âge de 47 ans, à Magdebourg.

 

Note : "Du quatre d'avril annee que dessus (1694) anne fort fille naturelle légitime à pierre et marie laurans mariés de ce lieu a été baptisée dans leglise parroissialle, a l'issue de la messe de Saint Auban, parrain autorisé Jacques Laurans et Isabeau Crozet, du dit lieu." Pierre Fort a signé.

Archives municipales de Saint-Auban.

 

 

 

1.5 - Sosa : 132

 

 

Jacques FORT voit le jour le jeudi 26 mars 1699 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Il est le fils légitime de Pierre FORT, En 1711 - ménager. En 1728 - cultivateur, âgé de 48 ans et de Marie LAURANS, âgée de 32 ans. A sa naissance, il a plusieurs soeurs : Marie (née en 1689), Marguerite (née en 1692), Anne (née en 1694).

 

Jacques sera Français.

 

Il est baptisé à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 26 mars 1699, à l'âge de moins d'un an.

 

Il s'unit avec Rachel REQUIGNY, la fille légitime d'Abraham REQUIGNY et de Suzanne AUBRY.

Ce couple aura six enfants :

-Esther née en 1721.

-Suzanne-Rachel née en 1723.

-Anne née en 1723.

-Jean-Jacques né en 1725.

-Jean né en 1727.

-Marie-Claudine née en 1729.

 

Leur mariage religieux est célébré  le jeudi 16 janvier 1721 à Berlin.

 

Le 12 décembre 1721 naît sa fille Esther. Jacques est âgé de 22 ans.

 

Le 5 octobre 1723 naît sa fille Suzanne-Rachel. Jacques est âgé de 24 ans.

 

Le 5 octobre 1723 naît sa fille Anne. Jacques est âgé de 24 ans.

 

Le 8 septembre 1724 sa fille Anne meurt, Jacques est âgé de 25 ans.

 

Le 9 novembre 1725 naît son fils Jean-Jacques. Jacques est âgé de 26 ans.

 

Le 3 décembre 1727 naît son fils Jean. Jacques est âgé de 28 ans.

 

Le 22 février 1728 son fils Jean meurt, Jacques est âgé de 28 ans.

 

Son père Pierre meurt le 21 avril 1728, Jacques est âgé de 29 ans.

 

Le 16 février 1729 naît sa fille Marie-Claudine. Jacques est âgé de 29 ans.

 

Le 2 juin 1732 sa fille Suzanne-Rachel meurt, Jacques est âgé de 33 ans.

 

Le 26 septembre 1732 son épouse Rachel meurt, Jacques est âgé de 33 ans.

 

Le 1 novembre 1732 sa fille Marie-Claudine meurt, Jacques est âgé de 33 ans.

 

Il s'unit avec Jeanne dite Anne JACQUET, Française, la fille légitime de Pierre JACQUET et d'Antoinette PALLIS.

Ce couple aura deux enfants :

-Daniel né en 1734.

-Anne née en 1738.

 

 Ils se marient  le jeudi 3 septembre 1733 à Berlin.

 

Le 22 juillet 1734 naît son fils Daniel. Jacques est âgé de 35 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 19 août 1737, Jacques est âgé de 38 ans.

 

Le 27 octobre 1738 naît sa fille Anne. Jacques est âgé de 39 ans.

 

Le 27 novembre 1740 sa fille Anne meurt, Jacques est âgé de 41 ans.

 

Jacques FORT est décédé le mercredi 28 février 1753, à l'âge de 53 ans, à Berlin.

 

Il est inhumé le 2 mars 1753 à - Cimetière de la Friedrischstadt.

 

Note : "Du vingt sixième mars Jacques Fort, fils naturel et légitime à Pierre Fort et Marie Laurans a esté baptisé dans l'église paroissiale de ce lieu et les parrains ont été Daniel Rabel et Isabeau Laurans, année que dessus 1699."

Archives municipales de Saint-Auban

 

Il est qualifié, selon les actes de : Peigneur de laine, ouvrier de laine, meneur de pain (c'est encore un petit métier. Il s'agit de l'homme qui allait, avec son charretin tiré par des chiens, livrer le pain de ferme en ferme) et aussi de blancher (blanchisseur).

 

"Le jeudi 16 (janvier 1721), Mr Vincent, pasteur faisant la prière dans le temple de la Friedrischtadt a béni le mariage de Jacques Fore, peigneur de laine, natif de St Auban en Dauphiné, fils de Pierre Fore et de Marie Laurent sa femme, avec Rachel Requigni, native de Berlin, fille de feu Abraham Requigny et de Suzanne Aubry, sa femme."

Französische Kirche zu Berlin

 

Tombé veuf, il se remarie :

 

"Le jeudi 9 septembre Monsieur Achard faisant la prière dans le temple de la Friedrichstadt a béni le mariage de Jacques Fort natif de Saint Auban en Dauphiné, homme veuf, avec Jeanne Jacquet, native d'Epense en Champagne."

Französische Kirch zu Berlin

.

 

 

 

1.6

 

 

Joseph FORT voit le jour le vendredi 25 mai 1703 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Il est le fils légitime de Pierre FORT, En 1711 - ménager. En 1728 - cultivateur, âgé de 52 ans et de Marie LAURANS, âgée de 36 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Marie (née en 1689), Marguerite (née en 1692), Anne (née en 1694), Jacques (né en 1699).

 

Il est baptisé à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 25 mai 1703, à l'âge de moins d'un an.

 

Joseph FORT est décédé le vendredi 25 mai 1703, à l'âge de moins d'un an, à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

 

Note : L'acte de baptême est moisi, tâché et illisible.

 

Le 25 mai, naissance d'autre Joseph Fort, fils de Pierre et Marie Laurans. Il semble que lui aussi n'ait pas vécu, car il n'est pas mentionné dans les enfants qui les ont accompagnés en Brandebourg-Prusse.

 

 

 

1.7

 

 

Félix FORT voit le jour le dimanche 7 mars 1706 à Burg.

Il est le fils légitime de Pierre FORT, En 1711 - ménager. En 1728 - cultivateur, âgé de 55 ans et de Marie LAURANS, âgée de 39 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Marie (née en 1689), Marguerite (née en 1692), Anne (née en 1694), Jacques (né en 1699).

 

Son père Pierre meurt le 21 avril 1728, Félix est âgé de 22 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 19 août 1737, Félix est âgé de 31 ans.

 

 

1.8

 

 

Suzanne FORT est née le mercredi 24 avril 1709 à Burg.

Elle est la fille légitime de Pierre FORT, En 1711 - ménager. En 1728 - cultivateur, âgé de 58 ans et de Marie LAURANS, âgée de 42 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Marie (née en 1689), Marguerite (née en 1692), Anne (née en 1694), Jacques (né en 1699), Félix (né en 1706).

 

Son père Pierre meurt le 21 avril 1728, Suzanne est âgée de 18 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 19 août 1737, Suzanne est âgée de 28 ans.

 

 

1.9

 

 

Anne-Dorothée FORT est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Pierre FORT, En 1711 - ménager. En 1728 - cultivateur et de Marie LAURANS.

 

Anne-Dorothée FORT est décédée le dimanche 26 avril 1733, à Magdebourg.

 

 

2.1

 

 

Gabriel FORT voit le jour en 1703 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Il est le fils légitime de Jacques FORT et d'Isabeau CROZ.

 

Il est baptisé à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 24 avril 1703, à l'âge de moins d'un an.

 

Note : "Du vingt quatre avril mil sept cent trois Gabriel Fort fils naturel et légitime à Jacques et a Isabeau Croz esté baptisé dans leglise parroissialle de ce lieu et ses parrains ont esté Soudier Seyma? et Anne Veynaud." Jacques Fort a signé.

Archives municipales de Saint-Auban.

 

 

 

3.1

 

 

Thomas LAURANS voit le jour à une date inconnue.

Il est le fils légitime de Pierre LAURANS et de Suzanne FORT.

 

Il est baptisé à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 15 mai 1672, à l'âge de moins d'un an.

 

Note : "Du quinzième may et susdite année Thomas Laurans fils à Pierre et Suzanne Fort légitimes mariés a été babtisé. Les parrains sont François Ripert et Magdelène Galand."

Archives municipales de Saint-Auban.

 

 

 

3.2

 

 

Jean-Louis LAURANS voit le jour en 1689 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Il est le fils légitime de Pierre LAURANS et de Suzanne FORT. A sa naissance, il a une soeur Marie (née en 1667).

 

Il est baptisé à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 25 janvier 1669, à l'âge de moins d'un an.

 

Note : "Du vingt cinq desdits mois et an (1669) Jean Laurans fils à Pierre et Suzanne Fort a esté baptisé dans leglise parroissialle de ce lieu les parrains ont esté Jean Soiran Catherine Arnoud". Signé E. Demeausses (peut-être le prêtre?).

Archives municipales de Saint-Auban.

 

 

 

4.1

 

 

Jean-Louis FORT voit le jour le dimanche 16 juin 1686 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Il est le fils légitime de Marc FORT et d'Olympe GAUTIER.

 

Jean-Louis sera peigneur de laine.

 

Il est baptisé à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 16 juin 1686, à l'âge de moins d'un an.

 

Son père Marc meurt vers 1711, Jean-Louis est âgé de 24 ans environ.

 

Sa mère Olympe meurt avant 1711, Jean-Louis est âgé de moins de 24 ans.

 

Il s'unit avec Marie FORT, la fille légitime de Pierre FORT et de Marie LAURANS.

Ce couple aura sept enfants :

-Pierre né en 1713.

-Jean-Louis né en 1716.

-Marthe née en 1717.

-Jacques né en 1719.

-Elisabeth Dorothée née en 1722.

-David né en 1725.

-Marguerite née en 1728.

 

Leur mariage religieux est célébré  le dimanche 11 octobre 1711 à Magdebourg.

 

Le 18 avril 1713 naît son fils Pierre. Jean-Louis est âgé de 26 ans.

 

Le 17 février 1716 naît son fils Jean-Louis. Jean-Louis est âgé de 29 ans.

 

Le 12 décembre 1717 naît sa fille Marthe. Jean-Louis est âgé de 31 ans.

 

Le 15 octobre 1719 naît son fils Jacques. Jean-Louis est âgé de 33 ans.

 

Le 19 juillet 1721 son fils Jean-Louis meurt, Jean-Louis est âgé de 35 ans.

 

Le 25 janvier 1722 naît sa fille Elisabeth. Jean-Louis est âgé de 35 ans.

 

Le 12 juin 1725 naît son fils David. Jean-Louis est âgé de 38 ans.

 

Le 2 juin 1728 naît sa fille Marguerite. Jean-Louis est âgé de 41 ans.

 

Le 21 novembre 1728 son fils David meurt, Jean-Louis est âgé de 42 ans.

 

Jean-Louis FORT est décédé le lundi 6 décembre 1751, à l'âge de 65 ans, à Magdebourg.

 

Note : "Jean Louis Fort fils a Marc et Olympe Gautier a este baptisé ce seize juin, sus dite année (1686). le parrain a este Monsieur Jean Boudet lieutenant des dragons du roy natif du lieu de David* en Querci et la marraine Louise Serre."

Archives municipales de Saint-Auban

 

* David est un hameau dépendant de la commune de Bouyssou, dans le Haut-Quercy (aujourd'hui département du Lot).

 

 

 

5.1

 

 

Antoine FORT voit le jour en 1686 à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze.

Il est le fils légitime de Jean FORT et de Marie TOURNIAYRE.

 

Il est baptisé à Saint-Auban-sur-L'Ouvèze, le 30 août 1686, à l'âge de moins d'un an.

 

Note : "Du trentiesme août et sus dite année (1686) Antoine Fort fils à Jean et Marie Tornière (lire Tourniayre) a esté baptisé les parrains ont esté Antoine Brunel et Rose Clémens? du lieu de La Rochete."

Archives municipales de Saint-Auban.

 

 

 

Génération 4

 

 

+1.2.1

 

 

Pierre FORT voit le jour le mardi 18 avril 1713 à Magdebourg.

Il est le fils légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 26 ans et de Marie FORT, âgée de 23 ans.

 

Son père Jean-Louis meurt le 6 décembre 1751, Pierre est âgé de 38 ans.

 

Il s'unit avec Anne-Catherine BECK.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 Ils se marient  en 1753 à Hanan.

 

Sa mère Marie meurt le 3 février 1771, Pierre est âgé de 57 ans.

 

 

+1.2.2

 

 

Jean-Louis FORT voit le jour le lundi 17 février 1716 à Magdebourg.

Il est le fils légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 29 ans et de Marie FORT, âgée de 26 ans. A sa naissance, il a un frère Pierre (né en 1713).

 

Jean-Louis FORT est décédé le samedi 19 juillet 1721, à l'âge de 5 ans, à Magdebourg.

 

 

+1.2.3

 

 

Marthe FORT est née le dimanche 12 décembre 1717 à Magdebourg.

Elle est la fille légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 31 ans et de Marie FORT, âgée de 28 ans. A sa naissance, elle a plusieurs frères: Pierre (né en 1713), Jean-Louis (né en 1716).

 

Son père Jean-Louis meurt le 6 décembre 1751, Marthe est âgée de 33 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 3 février 1771, Marthe est âgée de 53 ans.

 

 

+1.2.4

 

 

Jacques FORT voit le jour le dimanche 15 octobre 1719 à Magdebourg.

Il est le fils légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 33 ans et de Marie FORT, âgée de 30 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Pierre (né en 1713), Jean-Louis (né en 1716), Marthe (née en 1717).

 

Son père Jean-Louis meurt le 6 décembre 1751, Jacques est âgé de 32 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 3 février 1771, Jacques est âgé de 51 ans.

 

 

+1.2.5

 

 

Elisabeth Dorothée FORT est née le dimanche 25 janvier 1722 à Magdebourg.

Elle est la fille légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 35 ans et de Marie FORT, âgée de 32 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Pierre (né en 1713), Marthe (née en 1717), Jacques (né en 1719).

 

Son père Jean-Louis meurt le 6 décembre 1751, Elisabeth est âgée de 29 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 3 février 1771, Elisabeth est âgée de 49 ans.

 

Elle s'unit avec N... KNAST (ou KNUST).

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Elisabeth D. FORT est décédée le lundi 14 avril 1788, à l'âge de 66 ans, à Magdebourg.

 

 

+1.2.6

 

 

David FORT voit le jour le mardi 12 juin 1725 à Magdebourg.

Il est le fils légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 38 ans et de Marie FORT, âgée de 36 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Pierre (né en 1713), Marthe (née en 1717), Jacques (né en 1719), Elisabeth Dorothée (née en 1722).

 

David FORT est décédé le dimanche 21 novembre 1728, à l'âge de 3 ans, à Magdebourg.

 

 

+1.2.7

 

 

Marguerite FORT est née le mercredi 2 juin 1728 à Magdebourg.

Elle est la fille légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 41 ans et de Marie FORT, âgée de 39 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Pierre (né en 1713), Marthe (née en 1717), Jacques (né en 1719), Elisabeth Dorothée (née en 1722), David (né en 1725).

 

Son père Jean-Louis meurt le 6 décembre 1751, Marguerite est âgée de 23 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 3 février 1771, Marguerite est âgée de 42 ans.

 

Elle s'unit avec N... GARERECKE.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Marguerite FORT est décédée le mardi 28 février 1792, à l'âge de 63 ans, à Magdebourg.

 

 

1.5.1a

 

 

Esther FORT est née le vendredi 12 décembre 1721 à Berlin.

Elle est la fille légitime de Jacques FORT, Français, âgé de 22 ans et de Rachel REQUIGNY, âgée de 22 ans.

 

Sa mère Rachel meurt le 26 septembre 1732, Esther est âgée de 10 ans.

 

Elle s'unit avec Jean Thomas Frederic DRÈGE, Gantier, le fils légitime de François DRÈGE et de Blanche Ida Susanne GAY.

Ce couple aura sept enfants :

-Jacques Frederic né en 1745.

-Jeanne Louise née en 1747.

-Suzanne Charlotte née en 1750.

-Isaac né en 1751.

-Suzanne Catharina née en 1755.

-Suzanne Judith née en 1757.

-Abel né en 1762.

 

Leur mariage religieux est célébré  le mardi 2 février 1745 à Berlin.

 

Le 20 novembre 1745 naît son fils Jacques. Esther est âgée de 23 ans.

 

Le 1 janvier 1747 naît sa fille Jeanne. Esther est âgée de 25 ans.

 

Le 12 février 1750 sa fille Jeanne meurt, Esther est âgée de 28 ans.

 

Le 28 juin 1750 naît sa fille Suzanne. Esther est âgée de 28 ans.

 

Le 28 août 1751 naît son fils Isaac. Esther est âgée de 29 ans.

 

Le 2 mai 1752 sa fille Suzanne meurt, Esther est âgée de 30 ans.

 

Son père Jacques meurt le 28 février 1753, Esther est âgée de 31 ans.

 

Le 24 octobre 1755 naît sa fille Suzanne. Esther est âgée de 33 ans.

 

Le 10 décembre 1757 naît sa fille Suzanne. Esther est âgée de 35 ans.

 

Le 11 décembre 1759 sa fille Suzanne meurt, Esther est âgée de 37 ans.

 

Le 30 janvier 1762 naît son fils Abel. Esther est âgée de 40 ans.

 

Le 19 juin 1762 son fils Abel meurt, Esther est âgée de 40 ans.

 

Le 18 février 1776 son époux Jean meurt, Esther est âgée de 54 ans.

 

Esther FORT est décédée le dimanche 30 décembre 1781, à l'âge de 60 ans, à Berlin.

 

Elle est inhumée le 2 janvier 1782 à Berlin - Cimetière du fg de Spandow.

 

Note : "Plus (Mr Vincent, pasteur, faisant la prière dans le temple de la Friedrischstadt) a baptisé Esther née à 7 heures du soir, fille de Jacques Fort, peigneur de laine natif de St Auban et de Rachel Requigny, sa femme native de Berlin et présentée aux fonds baptismaux par Jean-Pierre Simon et Esther Laurent."

Französische Kirche zu Berlin

 

"Le 30 décembre 1781 à une heure après midi est morte de la poitrine Esther Fort, veuve de Jean Thomas Frederic Drège, âgée de 64 ans, native de Berlin, fille du défunt Jacques Fort et de Rachel Requigny sa femme. Elle a été enterrée le 2 janvier 1782 au cimetière du faubourg de Spandow."

Französische Kirche zu Berlin

 

.

 

 

 

1.5.2a

 

 

Suzanne-Rachel FORT est née le mardi 5 octobre 1723 à Berlin.

Elle est la fille légitime de Jacques FORT, Français, âgé de 24 ans et de Rachel REQUIGNY, âgée de 23 ans. A sa naissance, elle a une soeur Esther (née en 1721).

 

Elle est baptisée à Berlin, le 10 octobre 1723, elle a moins d'un an.

 

Suzanne-Rachel FORT est décédée le lundi 2 juin 1732, à l'âge de 8 ans, à Berlin.

 

Elle est inhumée le 3 juin 1732 à - Cimetière de l'Hôpital.

 

Note : "Le dimanche 10 ème, Monsieur Ancillon pasteur prêchant l'après midi dans le temple du Werder a batisé Suzanne Rachel et Anne, soeurs jumelles nées le 5 ème à 4 heures du matin, filles de Jacques Fort, paigneur de laine, natif de Saint Auban en Dauphiné, et de Rachel Requigny sa femme, native de Berlin, présentées au St batème sçavoir, Suzanne Rachel, par Jean louis Bourgnete, son parain, et par Suzane Faton sa maraine, et Anne, par Nathanaele Colin, son parain et par Anne Thouht? sa maraine."

Französische Kirche zu Berlin

 

"A 5 heures est morte d'hydropisie la jeune Rachel Fort, âgée de 9 ans, fille de Jacques Fort, peigneur de laine, et de Rachel Requigny, a été enterrée le 3 ème dito au cimetière de l'hôpital."

Französische Kirche zu Berlin.

 

 

 

1.5.3a

 

 

Anne FORT est née le mardi 5 octobre 1723 à Berlin.

Elle est la fille légitime de Jacques FORT, Français, âgé de 24 ans et de Rachel REQUIGNY, âgée de 23 ans. A sa naissance, elle a une soeur Esther (née en 1721).

 

Anne FORT est décédée le vendredi 8 septembre 1724, à l'âge de moins d'un an, à Berlin.

 

Elle est inhumée le 9 septembre 1724 à Berlin - Cimetière de Friedrischstadt.

 

Note : "Le dimanche 10 ème, Monsieur Ancillon pasteur prêchant l'après midi dans le temple du Werder a batisé Susanne Rachel et Anne, soeurs jumelles nées le 5 ème à 4 heures du matin, filles de Jacques Fort, paigneur de laine, natif de St Auban en Dauphiné et de Rachel Requigny sa femme, native de Berlin, présentées au St batème sçavoir Susanne Rachel, par Jean Louis Bourgnete, son parain, et par Suzanne Faton sa maraine, et Anne, par Nathanaele Colin, son parain, et par Anne Touht? sa maraine".

Französische Kirche zu Berlin

 

"Le vendredi huit (septembre 1724) à huit heures du matin est morte de convulsions Anne Fort âgée douze mois, fille de Jacques Fort, peigneur de laine, et de Rachel Requigny sa femme, enterrée le jour suivant au mesme cimettierre (cimetière de la Friedrischstadt)."

Französische Kirche zu Berlin.

 

 

 

1.5.4a

 

 

Jean-Jacques FORT voit le jour le vendredi 9 novembre 1725 à Berlin.

Il est le fils légitime de Jacques FORT, Français, âgé de 26 ans et de Rachel REQUIGNY, âgée de 26 ans. A sa naissance, il a plusieurs soeurs : Esther (née en 1721), Suzanne-Rachel (née en 1723).

 

Il est baptisé, le 13 novembre 1725, à l'âge de moins d'un an.

 

Sa mère Rachel meurt le 26 septembre 1732, Jean-Jacques est âgé de 6 ans.

 

Son père Jacques meurt le 28 février 1753, Jean-Jacques est âgé de 27 ans.

 

Note : "Le mardi : treize (novembre 1725) Monsieur Forneret pasteur ayant fait le catechisme au Temple de la Friedrischstadt a baptisé Jean Jacques né le vendredi neuf à dix heures du soir, fils de Jacques Fort ouvrier de laine, natif de St Auban en Dauphiné et de Rachel Requigny sa femme native de Berlin a été présenté au Saint Batesme par Jean Roume, pour son parrain et par Lucresse Hupay sa marraine."

Französische Kirche zu Berlin.

 

 

 

1.5.5a

 

 

Jean FORT voit le jour le mercredi 3 décembre 1727 à Berlin.

Il est le fils légitime de Jacques FORT, Français, âgé de 28 ans et de Rachel REQUIGNY, âgée de 28 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Esther (née en 1721), Suzanne-Rachel (née en 1723), Jean-Jacques (né en 1725).

 

Il est baptisé, le 7 décembre 1727, à l'âge de moins d'un an.

 

Jean FORT est décédé le dimanche 22 février 1728, à l'âge de moins d'un an, à Berlin.

 

Il est inhumé le 23 février 1728 à Berlin - Cimetière de l'hôpital.

 

Note : "Le dito (dimanche 7 décembre 1727) Mr de Beausabre le pere ayant preché le matin au temple de la Dorothéestadt, a batisé Jean, n° trois dito a huit heures et demi en matin, fils de Jacques Fort, meneur de pain, natif de St Auban et de Rachel Requigny sa femme native de Berlin, a été présenté au St Batesme par Jean Bonnifoy, son parrain et par Madelaine Gaves sa marraine."

Französische Kirche zu Berlin

 

"Le dimanche 22 février (1728) a cinq heures du matin est mort de convulsions Jean Fort agé de trois mois fils de Jacques Fort meneur de pain, et de Rachel Requigny sa femme, a été enterré le jour suivant à ce mesme cimetière (cimetière de l'hôpital)."

Französische Kirche zu Berlin.

 

 

 

1.5.6a

 

 

Marie-Claudine FORT est née le mercredi 16 février 1729 à Berlin.

Elle est la fille légitime de Jacques FORT, Français, âgé de 29 ans et de Rachel REQUIGNY, âgée de 29 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Esther (née en 1721), Suzanne-Rachel (née en 1723), Jean-Jacques (né en 1725).

 

Elle est baptisée à Berlin, le 20 février 1729, elle a moins d'un an.

 

Sa mère Rachel meurt le 26 septembre 1732, Marie-Claudine est âgée de 3 ans.

 

Marie-Claudine FORT est décédée le samedi 1 novembre 1732, à l'âge de 3 ans.

 

Elle est inhumée le 2 novembre 1732 à - Cimetière de la Friedrichstadt.

 

Note : "Dimanche vingtieme février (1729) Mr. Dumont prechant le soir dans le Temple de la Frederichstadt a batisé Marie Claudine Fort née le seizième février à deux heures après midy fille de Jacques Fort meneur de pain natif de St Auban en Dauphiné et de Rachel Requignit sa femme, native de Berlin, a été présenté par Jean Deboulliane materialiste et par Marie Claudine Rebattie femme de Bernard ses parrain et marraine."

Französische Kirche zu Berlin

 

"A 6 heures du soir est morte de la petite verole Marie Claudine Faure agée de 3 1/2 ans, fille de Jacques Faure, blancher et de défunte Rachel Requigni, a été enterrée le 2 ème dito (le dimanche 2 novembre) au cimetière de la Friedrichstadt."

Französische Kirche zu Berlin.

 

 

 

1.5.7b - Sosa : 66

 

 

Daniel FORT voit le jour le jeudi 22 juillet 1734 à Berlin.

Il est le fils légitime de Jacques FORT, Français, âgé de 35 ans et de Jeanne dite Anne JACQUET, Française, âgée de 32 ans environ. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Esther (née en 1721), Jean-Jacques (né en 1725).

 

Daniel sera Russe.

 

Son père Jacques meurt le 28 février 1753, Daniel est âgé de 18 ans.

 

Il s'unit avec Jeanne-Amélie GUITARD, Française, la fille légitime d'Abraham André GUITARD et d'Anne GODARD.

Ce couple aura neuf enfants :

-Jeanne-Amélie née en 1760.

-Marianne Albertine née en 1761.

-Suzanne-Marianne née en 1763.

-Suzanne-Catherine Elisabeth née en 1764.

-Jean-Claude-Daniel né en 1765.

-Jean-Pierre-Jérémie né en 1765.

-Jean-Charles-Henri né en 1768.

-Sophie-Charlotte-Pauline née en 1770.

-Jean-Chrétien-Frédéric né en 1775.

 

 Ils se marient  le mardi 5 juin 1759 à Berlin - Eglise réformée de Berlin.

 

Le 24 mars 1760 naît sa fille Jeanne-Amélie. Daniel est âgé de 25 ans.

 

Le 25 août 1761 naît sa fille Marianne. Daniel est âgé de 27 ans.

 

Le 12 janvier 1763 naît sa fille Suzanne-Marianne. Daniel est âgé de 28 ans.

 

Le 24 mai 1764 naît sa fille Suzanne-Catherine. Daniel est âgé de 29 ans.

 

Le 18 août 1765 naît son fils Jean-Claude-Daniel. Daniel est âgé de 31 ans.

 

Le 18 octobre 1765 naît son fils Jean-Pierre-Jérémie. Daniel est âgé de 31 ans.

 

Le 20 février 1768 naît son fils Jean-Charles-Henri. Daniel est âgé de 33 ans.

 

Le 7 mai 1770 naît sa fille Sophie-Charlotte-Pauline. Daniel est âgé de 35 ans.

 

Sa mère Jeanne meurt le 24 février 1774, Daniel est âgé de 39 ans.

 

Le 12 novembre 1775 naît son fils Jean-Chrétien-Frédéric. Daniel est âgé de 41 ans.

 

Le 1 février 1803 sa fille Marianne meurt, Daniel est âgé de 68 ans.

 

Daniel FORT est décédé le mardi 27 mars 1804, à l'âge de 69 ans, à Königsberg.

 

Note : Les Fort étaient de condition modeste. Ils n'avaient rien à lui offrir, pas d'avenir. Un huguenot illettré n'a pas de futur, sinon celui qui perpétue dans l'anonymat le passé. Il sera vraisemblable à la longue lignée muette et souffreteuse de ses ancêtres. Mais Daniel se veut, se sent d'une autre engeance. Il est fait pour réussir. Il sera pasteur.

Nous ne savons pas comment et où Daniel Fort est parvenu à faire des études et pourquoi il s'est rattaché à l'Eglise luthérienne alors que toute sa famille était Calviniste.

*

Fin 1754, il est nommé ministre catéchiste à Berlin. A ce titre, il devra transmettre l'instruction religieuse aux élèves du Collège françois (aujourd'hui on dirait : du Collège français) et à l'orphelinat ; célébrer l'office pour les catéchistes. Il remplira cette fonction de 1751 à 1760.

Courant 1760, durant la guerre de Sept Ans - en pleine occupation russe - Daniel Fort est arrivé à Königsberg pour assumer la tâche de pasteur de l'église réformée française à la place de Jacques Duplan qui, le 27 novembre 1759, avait été assassiné par les Russes.

Le gouverneur russe, Nikolaus v. Korff l'a autorisé à s'y fixer bien qu'il provînt de Berlin, la capitale de l'ennemi.

Il devint ainsi sujet et fonctionnaire russe, mais il dût au préalable jurer fidélité à l'impératrice Elisabeth.

C'est en 1766 que commence dans la colonie française la polémique au sujet de l'emploi de la langue maternelle française, alors que presque tous ses membres sont nés en Allemagne et ont grandi en milieu allemand. Daniel Fort, qui lui-même n'écrit plus le français sans fautes, fait partie des farouches défenseurs de notre langue et s'indigne de l'attitude du maître de chapelle qui, au lieux de "mieux" et "Dieu", chante "mio" et "Dio". En 1787, il fondera une école pour garçons et filles afin d'entretenir spécialement l'enseignement de la langue française.

Le 27 mars 1804, Daniel Fort, âgé de 74 ans, décède. "Geschichte der Franzöhlchen Kolonie in Brandebourg-Preussen" précise qu'il est mort en chaire, pendant l'office qu'il célébrait. C'est inexact, en réalité, il a eu le 25 mars 1804, en chaire, une attaque d'apoplexie, et il s'est éteint le 27 à 19 heures.

 

*

Il appartenait déjà à la troisième génération des Fort nés en Allemagne, pour lesquels la France n'était plus la patrie ennemie qui les avait contraints à l'exil, mais le pays auquel ils s'intéressaient avec une grande ouverture d'esprit. Il souffrit sans cesse de ce dilemme, désormais il était russe aux yeux de la loi, mais il se sentait français et dans ces deux pays il passait pour un étranger.

 

 

"Daniel, né le 22 ème dito (juillet 1734) à 2 heures apres midi ; Fils de Jacques Fort, meneur de pain, natif de Saint Auban en Dauphiné, et de Jeane Jacquet sa femme, native d'Epance en Champagne, a été présenté par Daniel Meaure et par Magdeleine Rudes née Alby."

Französische Kirche zu Berlin

 

Il se marie en l'église réformée française de Berlin :

"Le 5 juin 1759, M. le Past. d'Asnières a béni en chambre le mariage de M. Daniel Fort, Ministre du St Evangile, natif de Berlin, fils de feu Jacques Fort, et de Jeanne Jacquet. Avec Jeanne Amelie Guitard native de Stettin, fille d'André Guitard et d'Anne Godard."

Sächsisches Staatsarchiv Leipzig

 

.

 

 

 

1.5.8b

 

 

Anne FORT est née le lundi 27 octobre 1738 à Berlin.

Elle est la fille légitime de Jacques FORT, Français, âgé de 39 ans et de Jeanne dite Anne JACQUET, Française, âgée de 36 ans environ. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Esther (née en 1721), Jean-Jacques (né en 1725), Daniel (né en 1734).

 

Elle est baptisée à - Temple de Werdre, le 3 novembre 1738, elle a moins d'un an.

 

Elle est inhumée le 6 octobre 1740 à Berlin - Cimetière de la Friedrichstadt.

 

Anne FORT est décédée le dimanche 27 novembre 1740, à l'âge de 2 ans, à Berlin.

 

Note : "Le 3 dito (3 novembre 1738) Monsieur Lorent, pasteur du temple, au temple du Werdere, à batisé Anne née le 27 octobre dernier à 10 heures du soir, fille de Jacques Fort, blancher, natif de St Auban en Dauphiné et de Jeanne Jacquet sa femme, native d'Espense en Champagne, à été presente par Henry Tirien et par Anne Jacquet."

Französische Kirche zu Berlin

 

"Le mardy 27 septembre 1740 à 10 heures du matin est morte de la petite verole Anne Fort, agée de 22 mois, fille de Jacques Fort, blancher et de Jeanne Jacquet sa femme, a été enterrée le 26 au cimetière de la Frieddrichstadt."

Französische Kirche zu Berlin.

 

 

 

4.1.1 (1.2.1)

 

 

Pierre FORT voit le jour le mardi 18 avril 1713 à Magdebourg.

Il est le fils légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 26 ans et de Marie FORT, âgée de 23 ans.

 

Son père Jean-Louis meurt le 6 décembre 1751, Pierre est âgé de 38 ans.

 

Il s'unit avec Anne-Catherine BECK.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 Ils se marient  en 1753 à Hanan.

 

Sa mère Marie meurt le 3 février 1771, Pierre est âgé de 57 ans.

 

 

4.1.2 (1.2.2)

 

 

Jean-Louis FORT voit le jour le lundi 17 février 1716 à Magdebourg.

Il est le fils légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 29 ans et de Marie FORT, âgée de 26 ans. A sa naissance, il a un frère Pierre (né en 1713).

 

Jean-Louis FORT est décédé le samedi 19 juillet 1721, à l'âge de 5 ans, à Magdebourg.

 

 

4.1.3 (1.2.3)

 

 

Marthe FORT est née le dimanche 12 décembre 1717 à Magdebourg.

Elle est la fille légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 31 ans et de Marie FORT, âgée de 28 ans. A sa naissance, elle a plusieurs frères: Pierre (né en 1713), Jean-Louis (né en 1716).

 

Son père Jean-Louis meurt le 6 décembre 1751, Marthe est âgée de 33 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 3 février 1771, Marthe est âgée de 53 ans.

 

 

4.1.4 (1.2.4)

 

 

Jacques FORT voit le jour le dimanche 15 octobre 1719 à Magdebourg.

Il est le fils légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 33 ans et de Marie FORT, âgée de 30 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Pierre (né en 1713), Jean-Louis (né en 1716), Marthe (née en 1717).

 

Son père Jean-Louis meurt le 6 décembre 1751, Jacques est âgé de 32 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 3 février 1771, Jacques est âgé de 51 ans.

 

 

4.1.5 (1.2.5)

 

 

Elisabeth Dorothée FORT est née le dimanche 25 janvier 1722 à Magdebourg.

Elle est la fille légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 35 ans et de Marie FORT, âgée de 32 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Pierre (né en 1713), Marthe (née en 1717), Jacques (né en 1719).

 

Son père Jean-Louis meurt le 6 décembre 1751, Elisabeth est âgée de 29 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 3 février 1771, Elisabeth est âgée de 49 ans.

 

Elle s'unit avec N... KNAST (ou KNUST).

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Elisabeth D. FORT est décédée le lundi 14 avril 1788, à l'âge de 66 ans, à Magdebourg.

 

 

4.1.6 (1.2.6)

 

 

David FORT voit le jour le mardi 12 juin 1725 à Magdebourg.

Il est le fils légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 38 ans et de Marie FORT, âgée de 36 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Pierre (né en 1713), Marthe (née en 1717), Jacques (né en 1719), Elisabeth Dorothée (née en 1722).

 

David FORT est décédé le dimanche 21 novembre 1728, à l'âge de 3 ans, à Magdebourg.

 

 

4.1.7 (1.2.7)

 

 

Marguerite FORT est née le mercredi 2 juin 1728 à Magdebourg.

Elle est la fille légitime de Jean-Louis FORT, peigneur de laine, âgé de 41 ans et de Marie FORT, âgée de 39 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Pierre (né en 1713), Marthe (née en 1717), Jacques (né en 1719), Elisabeth Dorothée (née en 1722), David (né en 1725).

 

Son père Jean-Louis meurt le 6 décembre 1751, Marguerite est âgée de 23 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 3 février 1771, Marguerite est âgée de 42 ans.

 

Elle s'unit avec N... GARERECKE.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Marguerite FORT est décédée le mardi 28 février 1792, à l'âge de 63 ans, à Magdebourg.

 

 

Génération 5

 

 

1.5.1a.1

 

 

Jacques Frederic DRÈGE voit le jour le samedi 20 novembre 1745.

Il est le fils légitime de Jean Thomas Frederic DRÈGE, Gantier, âgé de 36 ans et d'Esther FORT, âgée de 23 ans.

 

Il est baptisé, le 28 novembre 1745, à l'âge de moins d'un an.

 

Son père Jean meurt le 18 février 1776, Jacques est âgé de 30 ans.

 

Sa mère Esther meurt le 30 décembre 1781, Jacques est âgé de 36 ans.

 

Note : Parrain, Jacques Fort ; marraine, Judith Veras, épouse d'Antoine Laurent.

 

 

 

1.5.1a.2

 

 

Jeanne Louise DRÈGE est née le dimanche 1 janvier 1747.

Elle est la fille légitime de Jean Thomas Frederic DRÈGE, Gantier, âgé de 37 ans et d'Esther FORT, âgée de 25 ans. A sa naissance, elle a un frère Jacques Frederic (né en 1745).

 

Elle est baptisée, le 18 janvier 1747, elle a moins d'un an.

 

Jeanne L. DRÈGE est décédée le jeudi 12 février 1750, à l'âge de 3 ans.

 

Note : Parrain, Pierre Gay, gantier ; marraine, Jeanne Jacquet, épouse de Jacques Fort.

 

 

 

1.5.1a.3

 

 

Suzanne Charlotte DRÈGE est née le dimanche 28 juin 1750 à Berlin.

Elle est la fille légitime de Jean Thomas Frederic DRÈGE, Gantier, âgé de 41 ans et d'Esther FORT, âgée de 28 ans. A sa naissance, elle a un frère Jacques Frederic (né en 1745).

 

Elle est baptisée, le 5 juillet 1750, elle a moins d'un an.

 

Suzanne C. DRÈGE est décédée le mardi 2 mai 1752, à l'âge de un an, à Berlin.

 

Elle est inhumée le 3 mai 1752 à Berlin - Cimetière de la Friedrischstadt.

 

Note : Parrain, Pierre Drère, mégissier ; marraine, Jeanne Charlotte Voilette.

 

"Le 2 ème de mai 1752, à deux heures du matin est morte de langeur Charlotte Suzanne, âgée de 22 mois, native de Berlin, fille de Thomas Drège, gantier et d'Esther Fort sa femme. Elle a été enterrée le 3 ème au cimetière de la Friedrischstadt."

Französische Kirche zu Berlin.

 

 

 

1.5.1a.4

 

 

Isaac DRÈGE voit le jour le samedi 28 août 1751.

Il est le fils légitime de Jean Thomas Frederic DRÈGE, Gantier, âgé de 42 ans et d'Esther FORT, âgée de 29 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jacques Frederic (né en 1745), Suzanne Charlotte (née en 1750).

 

Il est baptisé, le 1 septembre 1751, à l'âge de moins d'un an.

 

Son père Jean meurt le 18 février 1776, Isaac est âgé de 24 ans.

 

Sa mère Esther meurt le 30 décembre 1781, Isaac est âgé de 30 ans.

 

Note : En 1751, ou 1752 ? Les actes divèrgent.

Parrain, Isaac Drège, fileur d'or ; marraine Catharina Bartholtz.

.

 

 

 

1.5.1a.5

 

 

Suzanne Catharina DRÈGE est née le vendredi 24 octobre 1755.

Elle est la fille légitime de Jean Thomas Frederic DRÈGE, Gantier, âgé de 46 ans et d'Esther FORT, âgée de 33 ans. A sa naissance, elle a plusieurs frères: Jacques Frederic (né en 1745), Isaac (né en 1751).

 

Elle est baptisée, le 2 novembre 1755, elle a moins d'un an.

 

Suzanne C. DRÈGE est décédée le mardi 11 décembre 1759, à l'âge de 4 ans.

 

Note : Parrain, Etienne Donsin, orfèvre ; marraine, Suzanne Catharine Michaud.

 

 

 

1.5.1a.6

 

 

Suzanne Judith DRÈGE est née le samedi 10 décembre 1757.

Elle est la fille légitime de Jean Thomas Frederic DRÈGE, Gantier, âgé de 48 ans et d'Esther FORT, âgée de 35 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Jacques Frederic (né en 1745), Isaac (né en 1751), Suzanne Catharina (née en 1755).

 

Elle est baptisée, le 16 décembre 1757, elle a moins d'un an.

 

Son père Jean meurt le 18 février 1776, Suzanne est âgée de 18 ans.

 

Sa mère Esther meurt le 30 décembre 1781, Suzanne est âgée de 24 ans.

 

Suzanne J. DRÈGE est décédée le vendredi 27 juillet 1810, à l'âge de 52 ans.

 

 

1.5.1a.7

 

 

Abel DRÈGE voit le jour le samedi 30 janvier 1762.

Il est le fils légitime de Jean Thomas Frederic DRÈGE, Gantier, âgé de 52 ans et d'Esther FORT, âgée de 40 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jacques Frederic (né en 1745), Isaac (né en 1751), Suzanne Judith (née en 1757).

 

Il est baptisé, le 7 février 1762, à l'âge de moins d'un an.

 

Abel DRÈGE est décédé le samedi 19 juin 1762, à l'âge de moins d'un an.

 

Note : Parrain, Abel Pignol ; marraine, Maria Magdalena Moncorps.

 

 

 

1.5.7b.1

 

 

Jeanne-Amélie FORT est née le lundi 24 mars 1760 à Berlin.

Elle est la fille légitime de Daniel FORT, Russe, âgé de 25 ans et de Jeanne-Amélie GUITARD, Française.

 

Jeanne-Amélie sera Française.

 

Elle est baptisée à Berlin - Temple du Verder, le 28 mars 1760, elle a moins d'un an.

 

Son père Daniel meurt le 27 mars 1804, Jeanne-Amélie est âgée de 44 ans.

 

Note : "Le vingthuitième de mars 1760 Mr Daniel Fort à batisé dans le temple du Verder Jeanne Amelie née le vingtquatrième à cinq heures du soir, fille du susdit Mr Daniel Fort, Ministre Catechiste, natif de Berlin et de Jeanne Amelie Guitard, sa femme native de Stettin. Elle a été présentée par Jean Buisson, à la place d'André Guitard, grand pere maternel, absent, et par Jeanne Jacquet, veuve Fort, sa grand mere paternelle, ici parain et maraine."

Sächsisches Staatsarchiv Leipzig.

 

 

 

1.5.7b.2 - Sosa : 33

 

 

Marianne Albertine FORT est née le mardi 25 août 1761 à Königsberg.

Elle est la fille légitime de Daniel FORT, Russe, âgé de 27 ans et de Jeanne-Amélie GUITARD, Française. A sa naissance, elle a une soeur Jeanne-Amélie (née en 1760).

 

Marianne sera Prussienne.

 

Elle est baptisée à Königsberg - Eglise française, le 6 septembre 1761, elle a moins d'un an.

 

Elle s'unit avec Friedrich Ulrich David AUSCHITZKY, Russe, le fils légitime de Samuel AUSCHITZKY.

Ce couple aura six enfants :

-Carl Ulrich Heinrich Ewald (A Bordeaux, Il Deviendra Charles). né en 1797.

-Pauline Jeannette Catharina née en 1798.

-August Ludwig Friedrich né en 1799.

-Otto-Karl né en 1800.

-Dorothée Gottlieb Catherine Hedwing Zhanna née en 1801.

-Marianne Suzanne née en 1803.

 

Leur mariage religieux est célébré  en 1796 à Königsberg.

 

Le 21 juin 1797 naît son fils Carl. Marianne est âgée de 35 ans.

 

Le 27 mai 1798 naît sa fille Pauline. Marianne est âgée de 36 ans.

 

Le 14 mai 1799 naît son fils August. Marianne est âgée de 37 ans.

 

Le 5 juillet 1800 naît son fils Otto-Karl. Marianne est âgée de 38 ans.

 

Le 23 octobre 1801 naît sa fille Dorothée. Marianne est âgée de 40 ans.

 

Marianne A. FORT est décédée le mardi 1 février 1803, à l'âge de 41 ans, à Hasenpoth.

 

Le 1 février 1803 naît sa fille Marianne. Marianne est âgée de 41 ans.

 

Note : Comme ses frères et soeurs, elle est de nationalité prussienne.

Pour mieux comprendre, nous pourrions mettre en parallèle les Auschitzky venus de Courlande, en Russie.

Evidemment ceux de la même génération, la quatrième : Marie-Thérèse Trabut-Cussac, par exemple, mon père ou encore leur cousin Max Auschitzky. Etaient-ils encore imprégnés de la culture balte de leurs ancêtres ? Ressentaient-ils la nostalgie d'un pays qu'ils n'avaient aucune raison de connaître un jour ? Des souvenirs du temps jadis à ressasser ?

Entre le statut (assez inconfortable) d'immigrés ou la nationalté française, qu'auraient-ils fait s'ils avaient dû opter ?

 

"Dimanche 6e de septembre 1761 a été bâtisée dans l'Eglise française de Coenigsbergen Prusse par Mr le Pasteur Fort, Marianne Albertine, Fille du dit Pasteur, natif de Berlin et de Made Jeanne Amélie Guitard, son Epouse, native de Stettin ; a été presentée au Bâtème par Mr le Pasteur Samuel Lafont, son Parain, et par Mdes la Conseillere de commerce Albertine Toussaint, née Götz, et Mariane Espanhiac, née Cabrit, ses Maraines ; Née le mardi 25e d'Août de la même année à 11 1/4 du soir."

SPachsisches Staatsarchiv Liepzig

 

Elle s'est mariée en 1796 avec Friedrich Auschitzky.

 

Elle décède à Hasenpoth le 1er février 1803

 

 

.

 

 

 

1.5.7b.3

 

 

Suzanne-Marianne FORT est née le mercredi 12 janvier 1763 à Königsberg.

Elle est la fille légitime de Daniel FORT, Russe, âgé de 28 ans et de Jeanne-Amélie GUITARD, Française. A sa naissance, elle a plusieurs soeurs : Jeanne-Amélie (née en 1760), Marianne Albertine (née en 1761).

 

Elle est baptisée à Königsberg - Temple de l'église française, le 23 janvier 1763, elle a moins d'un an.

 

Son père Daniel meurt le 27 mars 1804, Suzanne-Marianne est âgée de 41 ans.

 

Note : Elle a été baptisée par le pasteur Fort, son père, après le serment du soir.

Elle a eu pour parrains Messieurs les Conseillers du commerce Jean Vernerobre, représenté par M. David Vernerobre, négociant à Dantzig et Georges Fothergill, marchand à Königsberg et pour marraine, Mesdames la Conseillère Suzanne Jorck, née Hinde, et Marianne Cruse, née Vernerobre.

Sächsisches Staatsarchiv Leipzig.

 

 

 

1.5.7b.4

 

 

Suzanne-Catherine Elisabeth FORT est née le jeudi 24 mai 1764 à Königsberg.

Elle est la fille légitime de Daniel FORT, Russe, âgé de 29 ans et de Jeanne-Amélie GUITARD, Française. A sa naissance, elle a plusieurs soeurs : Jeanne-Amélie (née en 1760), Marianne Albertine (née en 1761), Suzanne-Marianne (née en 1763).

 

Elle est baptisée à Königsberg - Temple de l'église française, le 3 juin 1764, elle a moins d'un an.

 

Son père Daniel meurt le 27 mars 1804, Suzanne-Catherine est âgée de 39 ans.

 

Note : Elle a été baptisée après le sermon du soir par son père, le pasteur Daniel Fort.

Ses parrains ont été M. Jean Binet, marchand à Königsberg, ancien de l'Eglise et Jean Vernerobre, négociant, et pour marraines, Mme la Vve Susanne Coustan, née Bisaubé, et Melle Catherine-Elisabeth Le Coq, accordée du susdit Mr Vermerobre, et représentée par Mme la Conseillère du commerce, Marianne Cruse, née Vernerobre.

Sächsisches Staatsarchiv Leipzig.

 

 

 

1.5.7b.5

 

 

Jean-Claude-Daniel FORT voit le jour le dimanche 18 août 1765 à Königsberg - Temple de l'église française.

Il est le fils légitime de Daniel FORT, Russe, âgé de 31 ans et de Jeanne-Amélie GUITARD, Française. A sa naissance, il a plusieurs soeurs : Jeanne-Amélie (née en 1760), Marianne Albertine (née en 1761), Suzanne-Marianne (née en 1763), Suzanne-Catherine Elisabeth (née en 1764).

 

Jean-Claude-Daniel sera Secrétaire et justicier du Grand Hôpital de Konigsberg.

 

Il est baptisé à Königsberg, le 18 août 1766, à l'âge de un an.

 

Il s'unit avec Anne-Louise ALBRECHT, la fille légitime d'Antoine ALBRECHT et de Marie HENNING.

Ce couple aura un enfant :

-Jean Charles Daniel né en 1795.

 

Leur mariage religieux est célébré  le lundi 29 septembre 1794 à Königsberg.

 

Le 19 juillet 1795 naît son fils Jean. Jean-Claude-Daniel est âgé de 29 ans.

 

Son père Daniel meurt le 27 mars 1804, Jean-Claude-Daniel est âgé de 38 ans.

 

Note : Il a été baptisé par son père, le pasteur Daniel Fort.

Il a été présenté par MM Daniel de Cuiry, marchand à Königsberg, ancien de l'Eglise et Jean-Claude Laval, marchand, ses parrains, et par Mmes Marie-Henriette Cabrit, née Robert, et Christine-Sophie de La Garde, née Bellon, ses marraines.

Sächsisches Staatsarchiv Leipzig

 

Le jeudi 29 septembre 1794, M. Prossins, l'un des pasteurs de l'église du grand hôpital, a béni dans la dite église, le mariage de M. Jean-Claude-Daniel Fort (âgé de 28 ans), secrétaire au collège dudit hôpital, fils de M. Daniel Fort, pasteur de l'église française de cette ville, et de son épouse, Jeanne-Amélie Guitard, avec Anne-Louise Albrecht (âgée de 20 ans), fille d'Antoine Albrecht et Marie Hennig, sa femme.

Sächsisches Staatsarchiv Leipzig.

 

 

 

1.5.7b.6

 

 

Jean-Pierre-Jérémie FORT voit le jour le vendredi 18 octobre 1765 à Königsberg.

Il est le fils légitime de Daniel FORT, Russe, âgé de 31 ans et de Jeanne-Amélie GUITARD, Française. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jeanne-Amélie (née en 1760), Marianne Albertine (née en 1761), Suzanne-Marianne (née en 1763), Suzanne-Catherine Elisabeth (née en 1764), Jean-Claude-Daniel (né en 1765).

 

Jean-Pierre-Jérémie sera Pasteur luthérien.

 

Il est baptisé à Königsberg - Temple de l'église française, le 26 octobre 1766, à l'âge de un an.

 

Son père Daniel meurt le 27 mars 1804, Jean-Pierre-Jérémie est âgé de 38 ans.

 

Note : Il a été baptisé le dimanche 26 octobre 1766 par son père, le pasteur Daniel Fort, dans le temple de l'église française de Königsberg. Il a été présenté au baptême par MM Pierre Fraissinet et Pierre-Jérémie Courtan, anciens et par Mmes Madeleine Housselle, née Sirvent, et Jeanne Lorentz, née Courtan, ses marraines.

Sächisisches Staatsarchiv Liepzig

 

Nous ne pouvons résister à l'envie de reproduire l'acte 1180 qui fait suite à celui concernant la naissance de Pierre-Jérémie : "Par un cas extraordinaire, Mr le Pasteur Fort a baptisé, mercredi 19 novembre 1766, vers le soir, dans l'auberge dite "Le Roi de Prusse", Françoise, fille illégitime de "Marie Sept-Sous", native de Berlin, et suivant la déclaration de celle-ci, peut-être de N. Taverne, chirurgien, pensionnaire à l'auberge.

 

 

 

1.5.7b.7

 

 

Jean-Charles-Henri FORT voit le jour le samedi 20 février 1768 à Königsberg.

Il est le fils légitime de Daniel FORT, Russe, âgé de 33 ans et de Jeanne-Amélie GUITARD, Française. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jeanne-Amélie (née en 1760), Marianne Albertine (née en 1761), Suzanne-Marianne (née en 1763), Suzanne-Catherine Elisabeth (née en 1764), Jean-Claude-Daniel (né en 1765), Jean-Pierre-Jérémie (né en 1765).

 

Il est baptisé à Königsberg - Temple de l'église française, le 28 février 1768, à l'âge de moins d'un an.

 

Son père Daniel meurt le 27 mars 1804, Jean-Charles-Henri est âgé de 36 ans.

 

Note : Il a été baptisé le dimanche 28 février 1768 dans l'église française de Königsberg par son père, le pasteur Daniel Fort.

Il a été présenté au baptême par M. Jean Laqueux, fabriquant à la ferme royale du tabac, représenté par M. Michel Laqueux, son frère et par M. Jean Dubois, courtier, ses parrains, et par Mme Henriette Eléonore Rapport, née Toussaint, et Melle Florentine-Charlotte Fraissinet, marraines.

Sächsisches Staatsarchiv Leipzig

 

Le 18 avril 1782 il entre au séminaire de Berlin. Ensuite, nous perdons sa trace.

 

 

 

1.5.7b.8

 

 

Sophie-Charlotte-Pauline FORT est née le lundi 7 mai 1770 à Königsberg.

Elle est la fille légitime de Daniel FORT, Russe, âgé de 35 ans et de Jeanne-Amélie GUITARD, Française. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Jeanne-Amélie (née en 1760), Marianne Albertine (née en 1761), Suzanne-Marianne (née en 1763), Suzanne-Catherine Elisabeth (née en 1764), Jean-Claude-Daniel (né en 1765), Jean-Pierre-Jérémie (né en 1765), Jean-Charles-Henri (né en 1768).

 

Elle est baptisée à Königsberg - Temple de l'église française, le 13 mai 1770, elle a moins d'un an.

 

Elle s'unit avec Auguste-Ferdinand ROSSOCHATZCKY, Secrétaire de justice des Cercles de Neidenbourg, Hohenstein et Soldau, le fils légitime de N... ROSSOCHATZCKY et de N... HELVIGX.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Leur mariage religieux est célébré  le jeudi 7 juin 1798 à Königsberg - Temple de l'église française.

 

Son père Daniel meurt le 27 mars 1804, Sophie-Charlotte-Pauline est âgée de 33 ans.

 

Note : Elle a été baptisée dans l'église française de Königsberg, par le pasteur Lafont, le dimanche 13 mai 1770.

Elle a eu pour parrains M. le Major Charles-Louis de Villemey et M. Paul Le Coq, directeur de la ferme royale de tabac et pour marraines, Mme Sophie Chrétienne La Caemmerer, née Le François, et Mme Chrétienne-Charlotte Motherby, née Toussaint.

Sächsisches Staatsarchiv Liepzig

 

Le jeudi 7 juin 1798 ont été mariés à l'église française de Königsberg en Prusse, par M. le pasteur Fort, Auguste-Ferdinand Rossochatzcky, secrétaire de justice des cercles de Neidenbourg, Hoenstein et Soldau, natif de Gerdaueni, fils du défunt Rossochatzcky, inspecteur des assises, et de sa femme, née Helvig, et Sophie-Charlotte-Pauline Fort, native de cette ville, fille du susdit pasteur Fort, et de sa femme Jeanne-Amélie Fort, née Guitard.

Le pasteur de Neidenbourg, Rosocha (probablement, rossochaTZCKY), a envoyé au pasteur Fort, un certificat faisant foi que les annonces du promis ont été publiées sans empêchement à Neidenbourg.

Sächsisches Staatsarchiv Leipzig.

 

 

 

1.5.7b.9

 

 

Jean-Chrétien-Frédéric FORT voit le jour le dimanche 12 novembre 1775 à Königsberg.

Il est le fils légitime de Daniel FORT, Russe, âgé de 41 ans et de Jeanne-Amélie GUITARD, Française. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jeanne-Amélie (née en 1760), Marianne Albertine (née en 1761), Suzanne-Marianne (née en 1763), Suzanne-Catherine Elisabeth (née en 1764), Jean-Claude-Daniel (né en 1765), Jean-Pierre-Jérémie (né en 1765), Jean-Charles-Henri (né en 1768), Sophie-Charlotte-Pauline (née en 1770).

 

Il est baptisé à Königsberg - Temple de l'église française, le 19 novembre 1775, à l'âge de moins d'un an.

 

Son père Daniel meurt le 27 mars 1804, Jean-Chrétien-Frédéric est âgé de 28 ans.

 

Note : Il a été baptisé le dimanche 19 novembre 1775 dans l'église française de Königsberg par le pasteur Lafont.

Il a été présenté par MM Jean-Chrétien Cruse, conseiller du commerce et Frédéric Toussaint, négociant, ses parrains, et par Mmes la Vve Elisabeth de Monssan, née de Gauvain, et Christine-Louise Lafont, née Fraissinet, ses marraines.

Sächsisches Staatsarchiv Leipzig.

 

 

 

Génération 6

1.5.7b.2.1 - Sosa : 16

 

 

Carl Ulrich Heinrich Ewald (A Bordeaux, Il Deviendra Charles). AUSCHITZKY voit le jour le mercredi 21 juin 1797 à Hasenpoth.

Il est le fils légitime de Friedrich Ulrich David AUSCHITZKY, Russe, âgé de 27 ans et de Marianne Albertine FORT, Prussienne, âgée de 35 ans.

 

Carl sera Russe.

 

Il est baptisé à Hasenpoth, le 26 juin 1797, à l'âge de moins d'un an.

 

Sa mère Marianne meurt le 1 février 1803, Carl est âgé de 5 ans.

 

Son père Friedrich meurt le 5 septembre 1809, Carl est âgé de 12 ans.

 

En 1812, il fait sa confirmation à Sackenhausen.

 

Il s'unit avec Rose Eugénie SOURGET, la fille légitime de Pierre SOURGET et de Jeanne-Thérèze BARADE.

Ce couple aura trois enfants :

-Jeanne Thérèse Eugénie née en 1829.

-Louis Auguste Pierre Charles né en 1833.

-Paul Pierre Henri né en 1834.

 

Leur mariage religieux est célébré  le dimanche 4 janvier 1829 à Bordeaux.

 

Le 7 décembre 1829 naît sa fille Jeanne. Carl est âgé de 32 ans.

 

Le 18 février 1833 naît son fils Louis. Carl est âgé de 35 ans.

 

Le 20 octobre 1834 naît son fils Paul. Carl est âgé de 37 ans.

 

Le 5 avril 1869 son fils Paul meurt, Carl est âgé de 71 ans.

 

Carl U. H. E. A. B. I. D. C. AUSCHITZKY est décédé le jeudi 6 novembre 1873, à l'âge de 76 ans, à Bordeaux.

 

 

1.5.7b.2.2

 

 

Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY est née le dimanche 27 mai 1798 à Hasenpoth.

Elle est la fille légitime de Friedrich Ulrich David AUSCHITZKY, Russe, âgé de 28 ans et de Marianne Albertine FORT, Prussienne, âgée de 36 ans. A sa naissance, elle a un frère Carl Ulrich Heinrich Ewald (A Bordeaux, Il Deviendra Charles). (né en 1797).

 

Elle est baptisée à Hasenpoth, le 31 mai 1798, elle a moins d'un an.

 

Sa mère Marianne meurt le 1 février 1803, Pauline est âgée de 4 ans.

 

Son père Friedrich meurt le 5 septembre 1809, Pauline est âgée de 11 ans.

 

Elle s'unit avec Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, le fils légitime de Taugott Friedrich KATTERFELD.

Ce couple aura douze enfants :

-Carl Johann Friedrich né en 1822.

-Karl-Traugott né en 1823.

-Annette Caroline Constance née en 1825.

-Traugott Carl Constantin né en 1826.

-Johann Karl August Ulrich Hermann né en 1827.

-Anna Charlotte Emma Henriette née en 1829.

-Karolina Konstance née en 1830.

-Charlotte Sophie Constanze née en 1832.

-Konstanze-Sophie née en 1833.

-Johann August Nicolaus né en 1835.

-Elisabeth Mathilde Charlotte Antonie née en 1837.

-Mathilde Charlotte Anthonie née en 1838.

 

 Ils se marient  le mardi 23 octobre 1821 à Hasenpoth.

 

Le 7 août 1822 naît son fils Carl. Pauline est âgée de 24 ans.

 

Le 30 octobre 1823 naît son fils Karl-Traugott. Pauline est âgée de 25 ans.

 

Le 6 janvier 1824 son fils Karl-Traugott meurt, Pauline est âgée de 25 ans.

 

Le 28 janvier 1825 naît sa fille Annette. Pauline est âgée de 26 ans.

 

Le 28 janvier 1825 sa fille Annette meurt, Pauline est âgée de 26 ans.

 

Le 15 août 1826 naît son fils Traugott. Pauline est âgée de 28 ans.

 

Le 22 novembre 1827 naît son fils Johann. Pauline est âgée de 29 ans.

 

Le 22 avril 1829 naît sa fille Anna. Pauline est âgée de 30 ans.

 

Le 18 octobre 1830 naît sa fille Karolina. Pauline est âgée de 32 ans.

 

Le 8 février 1832 naît sa fille Charlotte. Pauline est âgée de 33 ans.

 

Le 2 juin 1833 naît sa fille Konstanze-Sophie. Pauline est âgée de 35 ans.

 

Le 20 septembre 1835 naît son fils Johann. Pauline est âgée de 37 ans.

 

Le 10 juillet 1837 naît sa fille Elisabeth. Pauline est âgée de 39 ans.

 

Le 10 septembre 1838 naît sa fille Mathilde. Pauline est âgée de 40 ans.

 

Pauline J. C. AUSCHITZKY est décédée le jeudi 26 janvier 1843, à l'âge de 44 ans, à Neuhausen.

 

Elle est inhumée le 5 février 1843 à Neuhausen.

 

 

1.5.7b.2.3

 

 

August Ludwig Friedrich AUSCHITZKY voit le jour le mardi 14 mai 1799 à Hasenpoth.

Il est le fils légitime de Friedrich Ulrich David AUSCHITZKY, Russe, âgé de 29 ans et de Marianne Albertine FORT, Prussienne, âgée de 37 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Carl Ulrich Heinrich Ewald (A Bordeaux, Il Deviendra Charles). (né en 1797), Pauline Jeannette Catharina (née en 1798).

 

August sera Pasteur luthérien.

 

Sa mère Marianne meurt le 1 février 1803, August est âgé de 3 ans.

 

Son père Friedrich meurt le 5 septembre 1809, August est âgé de 10 ans.

 

August L. F. AUSCHITZKY est décédé le jeudi 19 décembre 1867, à l'âge de 68 ans, à Gramsden.

 

Note :

.

 

 

 

1.5.7b.2.4

 

 

Otto-Karl AUSCHITZKY voit le jour le samedi 5 juillet 1800 à Hasenpoth.

Il est le fils légitime de Friedrich Ulrich David AUSCHITZKY, Russe, âgé de 30 ans et de Marianne Albertine FORT, Prussienne, âgée de 38 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Carl Ulrich Heinrich Ewald (A Bordeaux, Il Deviendra Charles). (né en 1797), Pauline Jeannette Catharina (née en 1798), August Ludwig Friedrich (né en 1799).

 

Il est baptisé à Hasenpoth, le 14 juillet 1800, à l'âge de moins d'un an.

 

Sa mère Marianne meurt le 1 février 1803, Otto-Karl est âgé de 2 ans.

 

Son père Friedrich meurt le 5 septembre 1809, Otto-Karl est âgé de 9 ans.

 

 

1.5.7b.2.5

 

 

Dorothée Gottlieb Catherine Hedwing Zhanna AUSCHITZKY est née le vendredi 23 octobre 1801 à Hasenpoth.

Elle est la fille légitime de Friedrich Ulrich David AUSCHITZKY, Russe, âgé de 31 ans et de Marianne Albertine FORT, Prussienne, âgée de 40 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Carl Ulrich Heinrich Ewald (A Bordeaux, Il Deviendra Charles). (né en 1797), Pauline Jeannette Catharina (née en 1798), August Ludwig Friedrich (né en 1799), Otto-Karl (né en 1800).

 

Elle est baptisée à Hasenpoth, le 11 novembre 1801, elle a moins d'un an.

 

Sa mère Marianne meurt le 1 février 1803, Dorothée est âgée de un an.

 

Son père Friedrich meurt le 5 septembre 1809, Dorothée est âgée de 7 ans.

 

 

1.5.7b.2.6

 

 

Marianne Suzanne AUSCHITZKY est née le mardi 1 février 1803 à Hasenpoth.

Elle est la fille légitime de Friedrich Ulrich David AUSCHITZKY, Russe, âgé de 32 ans et de Marianne Albertine FORT, Prussienne, âgée de 41 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Carl Ulrich Heinrich Ewald (A Bordeaux, Il Deviendra Charles). (né en 1797), Pauline Jeannette Catharina (née en 1798), August Ludwig Friedrich (né en 1799), Otto-Karl (né en 1800), Dorothée Gottlieb Catherine Hedwing Zhanna (née en 1801).

 

Sa mère Marianne meurt le 1 février 1803, Marianne est âgée de moins d'un an.

 

Elle est baptisée à Hasenpoth, le 6 février 1803, elle a moins d'un an.

 

Son père Friedrich meurt le 5 septembre 1809, Marianne est âgée de 6 ans.

 

Note :

.

 

 

 

1.5.7b.5.1

 

 

Jean Charles Daniel FORT voit le jour le dimanche 19 juillet 1795 à Königsberg.

Il est le fils légitime de Jean-Claude-Daniel FORT, Secrétaire et justicier du Grand Hôpital de Konigsberg, âgé de 29 ans et d'Anne-Louise ALBRECHT.

 

Il est baptisé à Königsberg - Temple de l'église française, le 5 août 1795, à l'âge de moins d'un an.

 

Note : "Le mercredi 5 août (1795) a été baptisé dans l'église française de Königsberg, par le pasteur Daniel Fort, Jean-Charles-Daniel, né le dimanche 19 juillet, même année, de Jean-Claude-Daniel Fort, secrétaire et justicier du grand hôpital et sa femme Marie-Louise, née Albrecht l'un et l'autre natifs de Königsberg. Il a eu pour parrains, outre le directeur de justice et chef du collège du susdit hôpital, M. le baron Charles-Thierry de Groothuss, absent et son grand-père paternel, M. le pasteur Daniel Fort qui l'a baptisé, les assesseurs du susdit collège, MM Godefroy-Théodore Venediger, et Charles-Guillaume Kaulbars, et son oncle paternel Jean-Chrétien-Frédéric Fort, commis marchand ; et pour marraines, Mesdames la veuve Henriette Cabrit, née Robert, Marie-Elisabeth Dupuis, née Sell, épouse du chapelain de l'hôpital, Caroline-Amélie Becker, née Valentin, et Caroline-Dorothée Bischkoff, née Schmeltrer."

Sächsisches Staatsarchiv Leipzig.

 

 

 

Génération 7

 

 

1.5.7b.2.1.1

 

 

Jeanne Thérèse Eugénie AUSCHITZKY est née le lundi 7 décembre 1829 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Carl Ulrich Heinrich Ewald (A Bordeaux, Il Deviendra Charles). AUSCHITZKY, Russe, âgé de 32 ans et de Rose Eugénie SOURGET, âgée de 27 ans.

 

Elle s'unit avec Félix BONIFAS, négociant en gros, le fils légitime de Jean Jacques Paul, En Famille Casimir BONIFAS et de Marguerite AZÉMAR.

Ce couple aura deux enfants :

-Jeanne Eugénie née en 1854.

-Paul Charles Eugène né en 1856.

 

 Ils se marient  le mardi 3 janvier 1854 à Bordeaux - Eglise Notre-Dame.

 

Leur mariage religieux est célébré  le mercredi 4 janvier 1854 à Bordeaux.

 

Le 17 octobre 1854 naît sa fille Jeanne. Jeanne est âgée de 24 ans.

 

Le 25 octobre 1856 naît son fils Paul. Jeanne est âgée de 26 ans.

 

Le 22 janvier 1857 son époux Félix meurt, Jeanne est âgée de 27 ans.

 

Son père Carl meurt le 6 novembre 1873, Jeanne est âgée de 43 ans.

 

Sa mère Rose meurt le 16 novembre 1897, Jeanne est âgée de 67 ans.

 

Jeanne T. E. AUSCHITZKY est décédée le mercredi 23 octobre 1901, à l'âge de 71 ans, à Bordeaux.

 

Note : Edouard Pöhls est témoin à l'acte de naissance d'Eugénie. Négociant 19 quai des Chartrons, c'est le fils de Vincent, personnage de premier plan de la colonie des émigrés d'Allemagne et de la Baltique.

*

Tombée veuve à 27 ans, elle regagne Bordeaux. L'habitation de ses parents, 6 cours Tournon, est trop exigüe pour elle et ses enfants.

Le 5 mars 1857, elle signe l'acte d'achat d'une maison à trois étages, 17 rue Victoire Américaine, à l'angle de la rue Hustin. Comme le prix de 20.000 francs n'a pu, vraisemblablement, être tiré des fonds du ménage dans le négoce Bonifas, on peut penser que c'est l'aïeul Auschitzky qui facilita l'opération.

Comme il ne serait pas convenable qu'une aussi jeune femme habitat seule, Louis, son frère, vient loger chez elle. Mais en 1859 tout le monde s'installa 22 fossés du Chapeau-Rouge dans la maison qui abrite à l'entresol l'étude d'avoué acquise pas Louis.

En 1869, Eugénie habite à nouveau sa maison avec ses parents qu'elle va soigner jusqu'à leur mort, survenue en 1873 pour son père, en 1897 pour sa mère.

En 1875, Eugénie marie Jeanne, sa fille, avec Michel Alaux et en 1882, Paul avec Magdeleine Chenier-Ducharpreau.

Les Alaux vont vivre avec leurs mère et grand-mère. Ces dernières vont vieillir au milieu d'une vie intense de joyeux lurons. On ne s'ennuie pas chez les Alaux !

Le ménage de Paul vit chez les parents de sa femme, cours de Verdun, puis rue Ferrère. Avant de s'éteindre, Eugénie aura la joie de voir son fils installé au 78 quai des Chartrons.

Elle meurt après avoir consacrée sa vie entière à sa famille, ses parents, ses enfants et ses onze petits-enfants. Celle que ces derniers appelaient "Nifa" n'était plus, et on pouvait répéter leur jolie mot d'enfant : "Il n'y a plus de Nifa qu'au ciel !".

 

© François PAUCIS

.

 

 

 

1.5.7b.2.1.2 - Sosa : 8

 

 

Louis Auguste Pierre Charles AUSCHITZKY voit le jour le lundi 18 février 1833 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Carl Ulrich Heinrich Ewald (A Bordeaux, Il Deviendra Charles). AUSCHITZKY, Russe, âgé de 35 ans et de Rose Eugénie SOURGET, âgée de 30 ans. A sa naissance, il a une soeur Jeanne Thérèse Eugénie (née en 1829).

 

Louis sera Avoué près le tribunal de première instance de Bordeaux.

 

Il s'unit avec Marie Marthe Angèle SABATIER, la fille légitime d'Alexis SABATIER et de Marie Françoise Augustine, En Famille Hermance PIQUET.

Ce couple aura six enfants :

-Louis Charles Alexis Daniel né en 1864.

-Maurice né en 1865.

-Paul Marie Louis Marcel né en 1869.

-"Marcel" Eugène Marie Louis né en 1871.

-Marie Gabrielle Louise Angèle née en 1876.

-Louis Paul Abel né en 1882.

 

Leur mariage religieux est célébré  le samedi 7 février 1863 à Bordeaux.

 

Le 4 janvier 1864 naît son fils Louis. Louis est âgé de 30 ans.

 

Le 9 août 1865 naît son fils Maurice. Louis est âgé de 32 ans.

 

Le 9 août 1869 naît son fils Paul. Louis est âgé de 36 ans.

 

Le 28 juin 1871 naît son fils Marcel. Louis est âgé de 38 ans.

 

Son père Carl meurt le 6 novembre 1873, Louis est âgé de 40 ans.

 

Le 13 mai 1876 naît sa fille Marie. Louis est âgé de 43 ans.

 

Le 9 mars 1882 naît son fils Louis. Louis est âgé de 49 ans.

 

Le 15 août 1892 son épouse Marie meurt, Louis est âgé de 59 ans.

 

Sa mère Rose meurt le 16 novembre 1897, Louis est âgé de 64 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.3

 

 

Paul Pierre Henri AUSCHITZKY voit le jour le lundi 20 octobre 1834 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Carl Ulrich Heinrich Ewald (A Bordeaux, Il Deviendra Charles). AUSCHITZKY, Russe, âgé de 37 ans et de Rose Eugénie SOURGET, âgée de 32 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jeanne Thérèse Eugénie (née en 1829), Louis Auguste Pierre Charles (né en 1833).

 

Paul sera Négociant.

 

Il s'unit avec Jeanne, Marie-Louise MEAUDRE de LAPOUYADE, la fille légitime de Hector MEAUDRE de LAPOUYADE et de Jeanne Marie Thérèse Agathe Mathilde Bon PELAUQUE-BÉRAUT.

Ce couple aura deux enfants :

-Jean Charles Hector Paul né en 1867.

-Marguerite Eugénie née en 1868.

 

Leur mariage religieux est célébré  le lundi 27 août 1866 à Bordeaux.

 

Le 10 juin 1867 naît son fils Jean. Paul est âgé de 32 ans.

 

Le 16 décembre 1868 naît sa fille Marguerite. Paul est âgé de 34 ans.

 

Paul P. H. AUSCHITZKY est décédé le lundi 5 avril 1869, à l'âge de 34 ans, à Akyab.

 

 

1.5.7b.2.2.1

 

 

Carl Johann Friedrich KATTERFELD voit le jour le mercredi 7 août 1822 à Neuhausen.

Il est le fils légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 28 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 24 ans.

 

Il est baptisé à Neuhausen, le 25 août 1822, à l'âge de moins d'un an.

 

Sa mère Pauline meurt le 26 janvier 1843, Carl est âgé de 20 ans.

 

Son père Johann meurt le 12 juillet 1844, Carl est âgé de 21 ans.

 

Note : Les parrains sont :

- M. Carl Manteuffel, de Zilden. Grand-père maternel.

- Le comte Graf Johann Lambsdorff, de Laiden.

- Le pasteur Traugott Friedrich Katterfeld. Grand-père paternel.

- La comtesse von Lambsdorff, de Laiden. Belle-soeur de Pauline Auschitzky (elle est née Manteuffel).

- M. von Behr, de Virginal.

- Le pasteur Wolter, d'Hasenpoth.

- Le candidat Bockhorn.

- M. Hfrath Katterfeld, dont la femme est née Gattin.

- Le docteur Hermann Katterfeld.

- Le candidat August Auschitzky.

- Les deux grands-mères : Konstanze-Regina Katterfeld et Lotte (Charlotte-Benigna) Auschitzky.

Historisches Staatsarchiv Lettlands. Fund 235. Cote1. Dossier 213. Page 153

Livres d'église de Neuhausen. Registre des baptêmes.

 

 

 

1.5.7b.2.2.2

 

 

Karl-Traugott KATTERFELD voit le jour le jeudi 30 octobre 1823 à Neuhausen.

Il est le fils légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 29 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 25 ans. A sa naissance, il a un frère Carl Johann Friedrich (né en 1822).

 

Karl-Traugott KATTERFELD est décédé le mardi 6 janvier 1824, à l'âge de moins d'un an, à Neuhausen.

 

Note : informations relevées dans le Fund 235. Cote 1. Dossier 213. Page 158.

Historisches Staatsarchiv Lettland.

 

 

 

1.5.7b.2.2.3

 

 

Annette Caroline Constance KATTERFELD est née le vendredi 28 janvier 1825 à Neuhausen.

Elle est la fille légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 30 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 26 ans. A sa naissance, elle a un frère Carl Johann Friedrich (né en 1822).

 

Annette sera enseignante à Saint Pétersbourg.

 

Annette C. C. KATTERFELD est décédée le vendredi 28 janvier 1825, à l'âge de moins d'un an, à Neuhausen.

 

Annette C. C. KATTERFELD est décédée le mardi 1 janvier 1901, à l'âge de 75 ans, à Doble.

 

Note : Parrains :

- Konstance-Regina Katterfeld. Femme du pasteur (grand-mère paternelle).

- M. Carl von Manteuffel-Szoge, de Ziden (grand-père paternel).

Historisches Staatsarchiv Lettlands. Fund 235. Cote 1. Dossier 213. Page 161

Livres d'église de Neuhausen. Registre des baptêmes.

*

Elle est morte au domaine de Feldheim, près de Doble, acheté de ses économies, avec ses soeurs.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4

 

 

Traugott Carl Constantin KATTERFELD voit le jour le mardi 15 août 1826 à Neuhausen.

Il est le fils légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 32 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 28 ans. A sa naissance, il a un frère Carl Johann Friedrich (né en 1822).

 

Il est baptisé à Neuhausen, le 22 août 1826, à l'âge de moins d'un an.

 

Sa mère Pauline meurt le 26 janvier 1843, Traugott est âgé de 16 ans.

 

Son père Johann meurt le 12 juillet 1844, Traugott est âgé de 17 ans.

 

Il s'unit avec Emilie Henriette KRÜGER.

Ce couple aura huit enfants :

-Henrich Hermann Johann né en 1865.

-Wilhelm né en 1869.

-Nicolaï Manfred né en 1873.

-Johanna.

-Paula.

-Emilie.

-Caroline.

-Oskar.

 

 Ils se marient  le dimanche 26 janvier 1862 à Neuhausen.

 

Le 20 août 1865 naît son fils Henrich. Traugott est âgé de 39 ans.

 

Le 4 juin 1869 naît son fils Wilhelm. Traugott est âgé de 42 ans.

 

Le 5 avril 1873 naît son fils Nicolaï. Traugott est âgé de 46 ans.

 

Traugott C. C. KATTERFELD est décédé le mardi 9 mai 1876, à l'âge de 49 ans, à Neuhausen.

 

Note : Parrains :

- Les grands-parents

- Traugott Katterfeld (le plus vieux),pasteur du lieuxN

- Mme Majorin Suld.

- Mme Hofrätin Katterfeld.

Historisches Staatsarchiv Lettlands. Fund 235. Cote 1. Dossier 213. Page 166

Livres d'église de Neuhausen. Registre des baptêmes.

 

En 1844-45, il avait étudié à Dorbat la philosophie, puis à Pétersbourg. Magister-phil. de l'Université Kasan où il enseigne ; en 1845, il part pour Jaroslav comme professeur de lycée. Il maîtrise si bien les langues anciennes qu'il écrit de nombreuses oeuvres dans ce langues. Bon connaisseur du sanscrit, il entretient des relations étroites avec les intellectuels russes, Katkow et Gontjew.

 

Il décède d'une maladie du foie.

.

 

 

 

1.5.7b.2.2.5

 

 

Johann Karl August Ulrich Hermann KATTERFELD voit le jour le jeudi 22 novembre 1827 à Neuhausen.

Il est le fils légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 33 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 29 ans. A sa naissance, il a plusieurs frères: Carl Johann Friedrich (né en 1822), Traugott Carl Constantin (né en 1826).

 

Il est baptisé à Neuhausen, le 30 décembre 1827, à l'âge de moins d'un an.

 

Sa mère Pauline meurt le 26 janvier 1843, Johann est âgé de 15 ans.

 

Son père Johann meurt le 12 juillet 1844, Johann est âgé de 16 ans.

 

Note : Parrains :

- La comtesse Jeanette von Lambsdorff, de Laiden (belle-soeur de Pauline Auschitzky).

- M. Carl von Manteuffel, de Zilden (grand-père maternel).

- Le pasteur August Auschitzky, de Lipaicken (frère de Pauline).

- Le pasteur Hermann Katterfeld, de Preeckuln.

"Cet enfant a été baptisé du nom d'Ulrich en honneur de son grand-père, côté maternel".

Historisches Staatsarchiv Lettlands. Fund 235. Cote 1. Dossier 213. Page 168

Livres d'église de Neuhausen. Registre des baptêmes.

 

 

 

1.5.7b.2.2.6

 

 

Anna Charlotte Emma Henriette KATTERFELD est née le mercredi 22 avril 1829 à Neuhausen.

Elle est la fille légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 34 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 30 ans. A sa naissance, elle a plusieurs frères: Carl Johann Friedrich (né en 1822), Traugott Carl Constantin (né en 1826), Johann Karl August Ulrich Hermann (né en 1827).

 

Elle est baptisée à Neuhausen, le 26 juin 1829, elle a moins d'un an.

 

Sa mère Pauline meurt le 26 janvier 1843, Anna est âgée de 13 ans.

 

Son père Johann meurt le 12 juillet 1844, Anna est âgée de 15 ans.

 

Note : Parrains :

- La comtesse Annette von Lambsdorff, de Laiden.

- Sa soeur, Annette-Caroline-Konstance.

- La comtesse (Konstance) von Lambsdorff, de Laiden.

- La comtesse von Simolin, de Perbohnen.

"Cette enfant a été baptisée de ces prénoms en l'honneur de ses tantes qui sont décédées l'une après l'autre. La soeur de ma femme Pauline Auschitzky ; ma belle-soeur ; la belle-soeur du frère de mon père et l'amie de ma femme, Mme Büttner, née Rahben".

 

Historisches Staatsarchiv Lettlands. Fund 235. Cote 1. Dossier 213. Page 172

Livres d'église de Neuhausen. Registre des baptêmes.

 

 

 

1.5.7b.2.2.7

 

 

Karolina Konstance KATTERFELD est née le lundi 18 octobre 1830 à Neuhausen.

Elle est la fille légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 36 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 32 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Carl Johann Friedrich (né en 1822), Traugott Carl Constantin (né en 1826), Johann Karl August Ulrich Hermann (né en 1827), Anna Charlotte Emma Henriette (née en 1829).

 

Elle est baptisée à Neuhausen, le 12 décembre 1830, elle a moins d'un an.

 

Sa mère Pauline meurt le 26 janvier 1843, Karolina est âgée de 12 ans.

 

Son père Johann meurt le 12 juillet 1844, Karolina est âgée de 13 ans.

 

Karolina K. KATTERFELD est décédée le lundi 27 novembre 1899, à l'âge de 69 ans, à Feldheim.

 

Note : Parrains :

- La comtesse* Karoline von Lambsdorff, de Laiden.

- La comtesse* Anette von Lambsdorff, de Laiden.

- La comtesse* Constance von Lambsdorff, de Laiden.

- La comtesse* Jeanette von Lambsdorff, de Laiden.

 

* dans cet acte"comtesse" est écrit en français.

 

 

 

1.5.7b.2.2.8

 

 

Charlotte Sophie Constanze KATTERFELD est née le mercredi 8 février 1832 à Neuhausen.

Elle est la fille légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 37 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 33 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Carl Johann Friedrich (né en 1822), Traugott Carl Constantin (né en 1826), Johann Karl August Ulrich Hermann (né en 1827), Anna Charlotte Emma Henriette (née en 1829), Karolina Konstance (née en 1830).

 

Elle est baptisée à Neuhausen, le 19 mai 1832, elle a moins d'un an.

 

Sa mère Pauline meurt le 26 janvier 1843, Charlotte est âgée de 10 ans.

 

Son père Johann meurt le 12 juillet 1844, Charlotte est âgée de 12 ans.

 

Note : Parrains :

- Mme Charlotte-Benigna Auschitzky, veuve du pasteur d'Hasenpoth, grand-mère.

- M. le pasteur Traugott Katterfeld, grand-père.

- Sophie Vollberg, soeur du père.

Historisches Staatsarchiv Lettlands.Fund 235. Dossier 213. Page 181.

Livres d'église de Neuhausen. Registre des baptêmes.

 

 

 

1.5.7b.2.2.9

 

 

Konstanze-Sophie KATTERFELD est née le dimanche 2 juin 1833 à Neuhausen.

Elle est la fille légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 38 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 35 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Carl Johann Friedrich (né en 1822), Traugott Carl Constantin (né en 1826), Johann Karl August Ulrich Hermann (né en 1827), Anna Charlotte Emma Henriette (née en 1829), Karolina Konstance (née en 1830), Charlotte Sophie Constanze (née en 1832).

 

Elle est baptisée à Neuhausen, le 2 juin 1833, elle a moins d'un an.

 

Sa mère Pauline meurt le 26 janvier 1843, Konstanze-Sophie est âgée de 9 ans.

 

Son père Johann meurt le 12 juillet 1844, Konstanze-Sophie est âgée de 11 ans.

 

Konstanze-Sophie KATTERFELD est décédée le mardi 29 mars 1892, à l'âge de 58 ans, à Treekuln.

 

Note : Parrains :

- La comtesse Konstance von Lambsdorff, de Laiden.

- Sophie, femme de N. Volberg, soeur du frère.

- La comtesse von Lambsdorff.

- Le comte Gustav von Lambsdorff.

- Le pasteur Katterfeld (il s'agit d'Hermann), de Preekuln et de Gattin.

- Le pasteur Auschitzky (il s'agit d'August), de Lipaicken.

- Le conseiller Katterfeld, de Possen.

Historisches Saatsarchiv Lettlands. Fund 235. Cote 1. Dossier 213. Page 185.

Livres d'église de Neuhausen. Registre des baptêmes.

 

 

 

1.5.7b.2.2.10

 

 

Johann August Nicolaus KATTERFELD voit le jour le dimanche 20 septembre 1835 à Neuhausen.

Il est le fils légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 41 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 37 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Carl Johann Friedrich (né en 1822), Traugott Carl Constantin (né en 1826), Johann Karl August Ulrich Hermann (né en 1827), Anna Charlotte Emma Henriette (née en 1829), Karolina Konstance (née en 1830), Charlotte Sophie Constanze (née en 1832), Konstanze-Sophie (née en 1833).

 

Il est baptisé à Neuhausen, le 18 octobre 1835, à l'âge de moins d'un an.

 

Sa mère Pauline meurt le 26 janvier 1843, Johann est âgé de 7 ans.

 

Son père Johann meurt le 12 juillet 1844, Johann est âgé de 8 ans.

 

Note : Parrains :

- Le pasteur August Auschitzky de Lipaicken, frère de la mère. Il tenait l'enfant pendant le baptême.

- Le pasteur Hermann Katterfeld, de Preekuln et de Gemahlin, avec sa femme.

- Le comte (Gustav) von Lambsdorff, chambellan et chevalier, seigneur de Laiden.

- Le baron Nicolaus von Korff*, seigneur de Padern.

HistorischesStaatsarchiv Lettlands. Fund 235. Cote 6.Dossier 1052.Page 10

Livres d'église de Neuhausen. Registre des baptêmes.

 

 

* Homme d'Etat russe, né à Mittau. Il avait épousé la comtesse Catherine Skavronska, cousine de l'Impératrice Elisabeth. Cette princesse le chargea d'aller chercher, en Holstein, son neuveu, le duc Karl-Pierre-Ulrich, qui épousa Catherine et devint plus tard tsar sous le nom de Pierre III. Nicolas Korff gagna les bonnes grâces du duc qui le combla de faveurs. C'était un homme plein d'honneur et d'humilité. "Pierre III, ayant voulu voir Ivan IV, dit le Prince A. Galizain, se transporta un jour déguisé à Schlusselburg, avec Korff et deux autres courtisans. l'infortuné prince se plaignit à lui des mauvais traitements qu'il essuyait et le supplia à genoux de lui donner pour geôlier le premier officier auquel il avait été confié pendant deux ans. - Comment se nommer-t-il ? lui demanda l'Empereur - Korff, répondit le jeune prisonnier, ne se rappelant plus les traits de son surveillant. Présent à cette scène, Forff, ne put maîtriser une émotion que partagea Pierre III". Il a publié un Essai statistique sur la monarchie prussienne et laissé plusieurs ouvrages manuscrits, entre autres, une Histoire contemporaine un dix volumes.

 

 

 

1.5.7b.2.2.11

 

 

Elisabeth Mathilde Charlotte Antonie KATTERFELD est née le lundi 10 juillet 1837 à Neuhausen.

Elle est la fille légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 43 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 39 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Carl Johann Friedrich (né en 1822), Traugott Carl Constantin (né en 1826), Johann Karl August Ulrich Hermann (né en 1827), Anna Charlotte Emma Henriette (née en 1829), Karolina Konstance (née en 1830), Charlotte Sophie Constanze (née en 1832), Konstanze-Sophie (née en 1833), Johann August Nicolaus (né en 1835).

 

Elle est baptisée à Neuhausen, le 13 août 1837, elle a moins d'un an.

 

Sa mère Pauline meurt le 26 janvier 1843, Elisabeth est âgée de 5 ans.

 

Son père Johann meurt le 12 juillet 1844, Elisabeth est âgée de 7 ans.

 

Note : Parrains :

- Elisabeth Katterfeld, femme du prédicateur de Durben.

- Mathilde Katterfeld, femme du commandant Katterfeld.

- Charlotte (Benigna) Auschitzky, veuve du pasteur Auschitzky, d'Hasenpoth.

Historisches Staatsarchiv Lettlands. Fund 235. Cote 6. Dossier 1052. Page 20

Livres d'église de Neuhausen. Registre des baptêmes.

 

 

 

1.5.7b.2.2.12

 

 

Mathilde Charlotte Anthonie KATTERFELD est née le lundi 10 septembre 1838 à Neuhausen.

Elle est la fille légitime de Johann Friedrich KATTERFELD, pasteur luthérien, âgé de 44 ans et de Pauline Jeannette Catharina AUSCHITZKY, âgée de 40 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Carl Johann Friedrich (né en 1822), Traugott Carl Constantin (né en 1826), Johann Karl August Ulrich Hermann (né en 1827), Anna Charlotte Emma Henriette (née en 1829), Karolina Konstance (née en 1830), Charlotte Sophie Constanze (née en 1832), Konstanze-Sophie (née en 1833), Johann August Nicolaus (né en 1835), Elisabeth Mathilde Charlotte Antonie (née en 1837).

 

Elle est baptisée à Neuhausen, le 2 novembre 1838, elle a moins d'un an.

 

Sa mère Pauline meurt le 26 janvier 1843, Mathilde est âgée de 4 ans.

 

Son père Johann meurt le 12 juillet 1844, Mathilde est âgée de 5 ans.

 

Mathilde C. A. KATTERFELD est décédée le mardi 10 février 1920, à l'âge de 81 ans, à Feldheim.

 

Note : Parrains :

- Anton Bockhorn, prédicateur d'Esden.

- August Auschitzky, prédicateur de Gramsden.

- ... (illisible).

Historisches Staatsarchiv Lettlands. Fund 235. Cote 6. Dossier 1052. Page 24

Livres d'église de Neuhausen. Registre des baptêmes.

*

Elle a été pendant de nombreuses années, supérieure et co-fondatrice de l'Etablissement Tabot, près de Mittau. Peut-être une école... ou un asile d'aliénés (terme trop général nous dit notre traductrice, pour une bonne interprétation).

 

 

 

Génération 8

 

 

1.5.7b.2.1.1.1

 

 

Jeanne Eugénie BONIFAS est née le mardi 17 octobre 1854 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Félix BONIFAS, négociant en gros, âgé de 28 ans et de Jeanne Thérèse Eugénie AUSCHITZKY, âgée de 24 ans.

 

Son père Félix meurt le 22 janvier 1857, Jeanne est âgée de 2 ans.

 

Elle s'unit avec Jean Michel ALAUX, Architecte, le fils légitime de Jean-Paul Louis Gustave ALAUX et de Jenny GUÉ.

Ce couple aura sept enfants :

-Jean-Paul né en 1876.

-Marie Jenny "Charlotte" née en 1877.

-François né en 1878.

-Marguerite née en 1881.

-Jenny née en 1883.

-Magdeleine née en 1886.

-Charles né en 1889.

 

Leur mariage religieux est célébré  le jeudi 28 janvier 1875 à Bordeaux.

 

Le 12 mars 1876 naît son fils Jean-Paul. Jeanne est âgée de 21 ans.

 

Le 11 mai 1877 naît sa fille Marie. Jeanne est âgée de 22 ans.

 

Le 16 octobre 1878 naît son fils François. Jeanne est âgée de 23 ans.

 

Le 12 septembre 1881 naît sa fille Marguerite. Jeanne est âgée de 26 ans.

 

Le 25 mai 1883 naît sa fille Jenny. Jeanne est âgée de 28 ans.

 

En octobre 1886 naît sa fille Magdeleine. Jeanne est âgée de 31 ans.

 

Le 20 mai 1889 naît son fils Charles. Jeanne est âgée de 34 ans.

 

Le 9 octobre 1895 sa fille Marie meurt, Jeanne est âgée de 40 ans.

 

Sa mère Jeanne meurt le 23 octobre 1901, Jeanne est âgée de 47 ans.

 

Jeanne E. BONIFAS est décédée le mercredi 5 février 1908, à l'âge de 53 ans, à Arcachon.

 

Note : Jeanne, à 20 ans, épouse Michel Alaux. Le mariage civil est célébré par Adrien Sourget, adjoint au maire de Bordeaux ; lié avec les familles Gué et Alaux ; parent de sa grand-mère Auschitzky, née Sourget.

Elle a pour témoins Alexandre Droz, son oncle et Emile Gross, le mari de sa cousine germaine.

 

Elle aura sept enfants, tous pleins de charme, affectueux comme pas un, serviables à souhait, débordant de vie, de torrents de vie. Et il est difficile d'imaginer la vie de leurs grand-mère et arrière-grand-mère au milieu de cette bande.

Elles ont souvent entendu les cris des passants... lorsque les Alaux se promenaient sur les corniches de la façade et les dalles de la toiture. Elles ont frémi en voyant Michel, gendre de l'une et mari de la petite-fille de l'autre, faire le saut périlleux au-dessus d'une chaise de la salle à manger avec beaucoup d'aisance : auriez-vous pu penser que ces enfants eussent été acrobates si leur père ne l'avait été ?

Pour admirer la forme, la souplesse, la force des Alaux, il suffisait de monter dans le grenier transformé en salle de gymnastique. Leur oncle Guillaume avait dû aussi leur donner quelques leçons. Ils excellaient aux agrès, exécutaient des numéros de trapèze. Mais en plus, ils étaient jongleurs.

Les Alaux ? de vrais bateleurs.

La musique était en eux. Charles fut un virtuose du violon, mais l'ensemble jouait de tous les instruments. A toute heure, des concerts s'improvisaient.

Quand au dessin et à la peinture, tous les enfants de Michel et de jeanne dessinaient et peignaient à ravir, dignes de la prestigieuse lignée des Alaux dont ils étaient issus.

Que de dons avaient les Alaux ! Les Alaux, c'étaient le charme, le joie de vivre, l'art à l'état pur, évidemment. C'était aussi la fantaisie. Des personnages hors du commun, une famille hors du commun.

Jeanne - Mzadame Alaux - couvait son monde avec amour. Dotée d'un très heureux caractère et d'un tempéramment d'une douceur angélique, elle gardait toujours le plus grand calme. Aux passants effrayés en voyant ces grands enfants accrochés à la façde, elle les rassurait en souriant : "Ils se tuent ainsi tous les jours".

Et l'arrière-grand-mère s'était, elle aussi, mise à l'heure Alaux. S'était méritoire à son âge. Eugénie avait eu la même faculté d'adaptation, mais avait, en sus, le souci de veiller sur sa propre mère.

Incontestablement les dames Auschitzky, la mère née Sourget, la fille, épouse Bonifas, et la petite-fille, femme de Michel Alaux, avaient toutes trois été douées par le ciel d'une faculté d'adaptation merveilleuse.

 

.

 

 

 

1.5.7b.2.1.1.2

 

 

Paul Charles Eugène BONIFAS voit le jour le samedi 25 octobre 1856 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Félix BONIFAS, négociant en gros, âgé de 30 ans et de Jeanne Thérèse Eugénie AUSCHITZKY, âgée de 26 ans. A sa naissance, il a une soeur Jeanne Eugénie (née en 1854).

 

Son père Félix meurt le 22 janvier 1857, Paul est âgé de moins d'un an.

 

Il s'unit avec Magdeleine CHÉNIER-DUCHARPREAU, la fille légitime d'Adrien Nicolas CHÉNIER et de Marie BOUYER.

Ce couple aura quatre enfants :

-Gaston né en 1883.

-Geneviève née en 1887.

-Marie-Thérèse.

-Yvonne.

 

 Ils se marient  en avril 1882.

 

Le 23 mars 1883 naît son fils Gaston. Paul est âgé de 26 ans.

 

Le 29 octobre 1887 naît sa fille Geneviève. Paul est âgé de 31 ans.

 

Sa mère Jeanne meurt le 23 octobre 1901, Paul est âgé de 44 ans.

 

Paul C. E. BONIFAS est décédé le dimanche 16 mars 1924, à l'âge de 67 ans, à Bordeaux.

 

Note : Le sérieux des études d'abord. Paul entre pensionnaire dès la 6ème au lycée de Talence (Gde) où son grand-père, Charles Auschitzky, a une maison de campagne.

Il se lancera très vite dans le commerce. Il n'a pas 25 ans quand il constitue avec Henri Durand, une société en nom pour la distribution en exclusivité du champagne Théodore Roëderer.

Il se marie en 1882. Le jeune ménage vit à Bordeaux 55 cours du Jardin-Public (aujourd'hui, cours de Verdun), avec les beaux-parents.

L'homme déborde d'amour et de tendresse. Entre lui et ses enfants c'est la passion. Si l'un d'eux avait mal, avait besoin de réconfort, il était toujours présent, doué de gestes maternels. Gai, d'un caractère égal, il adore la plaisanterie, le bon mot, cultive le calembour, le contraire d'un guindé. Chez lui on rit franchement, mais sans jamais un mot déplacé. L'éthique du parfait honnête homme. Courtois et très convivial, Paul a le don de la communication. Il a l'art d'aimer et de se faire aimer dans tous les milieux.

C'est un homme cultivé, nourri de bonnes lectures, disposant d'une riche bibliothèque. Il fait partie de sociétés savantes et il se passionne pour les colonies, leur développement, en particulier pour le Maroc. Il est membre fondateur de l'Office du Maroc à Bordeaux. La Société Géographique Commerciale le nomme vice-président. Il oeuvre pour le renom de Bordeaux aux expositions d'Hanoï, Saint Louis (1904), Liège (1905), Milan (1906), Londres (1908), Bruxelles (1910). Il milite dans quantité d'associations à but social et d'entraide, en particulier à celles touchant le personnel du port.

Pendant la Première Guerre, il multiplie les rapports aux ministères de l'Agriculture, du Ravitaillement, des Finances et de la Guerre. Paul correspond avec son cousin Ernest (fils du pasteur François) alors auditeur au Conseil d'Etat, chef du cabinet civil de Painlevé, ministre de la Guerre.

Sur le plan professionnel, il a réussi très bien. Compétent, dynamique, inventif, il est d'une honnêteté totale, sans faille. Le sérieux de la culture germanique de son grand-père, le respect de la parole donnée, héritage des pasteurs. Sa grande force morale lui donne dans les affaires une certaine crédibilité... et il a du crédit et en sus, un "savoir-faire" héritage de la Hanse ? En 1907, il est trésorier du Congrès des Vins et Spiritueux de Bordeaux.

Maintenant, en plus des champagnes Roëderer (Théodore, Louis), il commercialise les cognac Hennessy, puis Martell, les liqueurs Bols, les kumels de deux maisons de Riga (... evidemment!) et une troisième située à Berlin, des cherrys et des whiskies, du marasquin, du vermouth, des bitters de Trinidad. Et aussi du rhum. Toute une palette de vins de dessert, des vins de Bourgogne, du Rhin, de Saumur, des vins de Bordeaux mis en bouteilles dans ses chais et vendus sous ses étiquettes.

Toute cette activité lui a valu d'être Conseiller du Commerce Extérieur de la France, la fonction qui lui était le plus cher.

 

Chevalier de la Légion d'honneur, Officier des Palmes académiques.

 

 

 

1.5.7b.2.1.2.1

 

 

Louis Charles Alexis Daniel AUSCHITZKY voit le jour le lundi 4 janvier 1864 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Louis Auguste Pierre Charles AUSCHITZKY, Avoué près le tribunal de première instance de Bordeaux, âgé de 30 ans et de Marie Marthe Angèle SABATIER, âgée de 18 ans.

 

Louis sera Ecrivain et journaliste.

 

Il est baptisé, le 5 janvier 1864, à l'âge de moins d'un an.

 

Il s'unit avec Marie Blanche Eugénie Marguerite PERSONNAT, la fille légitime d'Etienne Eugène Camille PERSONNAT et de Louise Aspasie Joséphine BRUÈRE.

Ce couple aura deux enfants :

-Louis Antoine Pierre né en 1896.

-Armand Jacques né en 1910.

 

 Ils se marient  le mardi 17 février 1891 à Paris.

 

Sa mère Marie meurt le 15 août 1892, Louis est âgé de 28 ans.

 

Le 17 mars 1896 naît son fils Louis. Louis est âgé de 32 ans.

 

Le 22 février 1910 naît son fils Armand. Louis est âgé de 46 ans.

 

Le 28 mars 1929 son épouse Marie meurt, Louis est âgé de 65 ans.

 

Louis C. A. D. AUSCHITZKY est décédé le mardi 14 décembre 1937, à l'âge de 73 ans, à Arcachon.

 

 

1.5.7b.2.1.2.2 - Sosa : 4

 

 

Maurice AUSCHITZKY voit le jour le mercredi 9 août 1865 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Louis Auguste Pierre Charles AUSCHITZKY, Avoué près le tribunal de première instance de Bordeaux, âgé de 32 ans et de Marie Marthe Angèle SABATIER, âgée de 20 ans. A sa naissance, il a un frère Louis Charles Alexis Daniel (né en 1864).

 

Maurice sera Courtier en vins.

 

Sa mère Marie meurt le 15 août 1892, Maurice est âgé de 27 ans.

 

Le 22 février 1897 naît son fils Frank. Maurice est âgé de 31 ans.

 

Le 14 juillet 1898 naît sa fille Marthe. Maurice est âgé de 32 ans.

 

Il s'unit avec Léontine FLINOY, la fille légitime de François-Léopold FLINOY et de Marie Léontine, Surnommée Anna LALANNE.

Ce couple aura deux enfants :

-Frank Marie François né en 1897.

-Marthe, dite Martha née en 1898.

 

Maurice AUSCHITZKY est décédé le jeudi 5 décembre 1940, à l'âge de 75 ans, à Bordeaux.

 

 

1.5.7b.2.1.2.3

 

 

Paul Marie Louis Marcel AUSCHITZKY voit le jour le lundi 9 août 1869 à Talence.

Il est le fils légitime de Louis Auguste Pierre Charles AUSCHITZKY, Avoué près le tribunal de première instance de Bordeaux, âgé de 36 ans et de Marie Marthe Angèle SABATIER, âgée de 24 ans. A sa naissance, il a plusieurs frères: Louis Charles Alexis Daniel (né en 1864), Maurice (né en 1865).

 

Sa mère Marie meurt le 15 août 1892, Paul est âgé de 23 ans.

 

Il s'unit avec Pauline Marie-Laure Camille BERTRAND, la fille légitime d'André Edmond Paul BERTRAND et de Victoire Emma Lucy MODAVE.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Paul et Pauline divorcent le 13 septembre 1921 à Paris.

 

Il s'unit avec Marguerite Louise JAYEZ, la fille légitime de Florimond Philippe Louis JAYEZ et de Flore HÉLOIR.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 Ils se marient  le jeudi 15 septembre 1921 à Paris.

 

Paul et Marguerite divorcent le 22 novembre 1923 à Paris.

 

 Ils se marient  le jeudi 22 novembre 1923 à Paris.

 

Paul M. L. M. AUSCHITZKY est décédé le samedi 1 novembre 1941, à l'âge de 72 ans, à La Tresne.

 

 

1.5.7b.2.1.2.4

 

 

"Marcel" Eugène Marie Louis AUSCHITZKY voit le jour le mercredi 28 juin 1871 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Louis Auguste Pierre Charles AUSCHITZKY, Avoué près le tribunal de première instance de Bordeaux, âgé de 38 ans et de Marie Marthe Angèle SABATIER, âgée de 26 ans. A sa naissance, il a plusieurs frères: Louis Charles Alexis Daniel (né en 1864), Maurice (né en 1865), Paul Marie Louis Marcel (né en 1869).

 

Sa mère Marie meurt le 15 août 1892, Marcel est âgé de 21 ans.

 

Le 12 août 1900 naît son fils Gontran. Marcel est âgé de 29 ans.

 

Il s'unit avec Marie-Cécile SOUBIROS.

Ce couple aura un enfant :

-"Gontran" Roger Marie Louis né en 1900.

 

 

1.5.7b.2.1.2.5

 

 

Marie Gabrielle Louise Angèle AUSCHITZKY est née le samedi 13 mai 1876 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Louis Auguste Pierre Charles AUSCHITZKY, Avoué près le tribunal de première instance de Bordeaux, âgé de 43 ans et de Marie Marthe Angèle SABATIER, âgée de 31 ans. A sa naissance, elle a plusieurs frères: Louis Charles Alexis Daniel (né en 1864), Maurice (né en 1865), Paul Marie Louis Marcel (né en 1869), "Marcel" Eugène Marie Louis (né en 1871).

 

Sa mère Marie meurt le 15 août 1892, Marie est âgée de 16 ans.

 

Le 10 octobre 1903 naît sa fille Hélène. Marie est âgée de 27 ans.

 

Le 24 mars 1906 naît son fils Marie. Marie est âgée de 29 ans.

 

Le 17 septembre 1940 sa fille Hélène meurt, Marie est âgée de 64 ans.

 

Le 11 décembre 1945 son époux Christophe meurt, Marie est âgée de 69 ans.

 

Elle s'unit avec Christophe Jules Hermann BOUÉ, Courtier en vins, le fils légitime de Christian Jules BOUÉ et de Marie Hélène Noémie CIVRAC.

Ce couple aura deux enfants :

-Hélène Thérèse Marie Angèle, En Famille Mimine née en 1903.

-Marie Joseph Pierre Jacques né en 1906.

 

Marie G. L. A. AUSCHITZKY est décédée le samedi 22 juillet 1967, à l'âge de 91 ans, à Bordeaux.

 

 

1.5.7b.2.1.2.6

 

 

Louis Paul Abel AUSCHITZKY voit le jour le jeudi 9 mars 1882 à Arcachon.

Il est le fils légitime de Louis Auguste Pierre Charles AUSCHITZKY, Avoué près le tribunal de première instance de Bordeaux, âgé de 49 ans et de Marie Marthe Angèle SABATIER, âgée de 37 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Louis Charles Alexis Daniel (né en 1864), Maurice (né en 1865), Paul Marie Louis Marcel (né en 1869), "Marcel" Eugène Marie Louis (né en 1871), Marie Gabrielle Louise Angèle (née en 1876).

 

Louis sera Bâtonnier de l'Ordre, Avocat à Bordeaux.

 

Sa mère Marie meurt le 15 août 1892, Louis est âgé de 10 ans.

 

Il s'unit avec Suzanne Anne Marie ALAUZE, la fille légitime de Jacques Henri ALAUZE et de Magdeleine Laure Edma DUCASSE.

Ce couple aura deux enfants :

-Marie Marthe Magdeleine Simone née en 1907.

-Jacques Marie Guy Abel né en 1909.

 

 Ils se marient  le samedi 12 janvier 1907 à Bordeaux.

 

Le 25 octobre 1907 naît sa fille Marie. Louis est âgé de 25 ans.

 

Le 10 octobre 1909 naît son fils Jacques. Louis est âgé de 27 ans.

 

Louis P. A. AUSCHITZKY est décédé le mardi 30 juillet 1940, à l'âge de 58 ans, à Bordeaux.

 

 Ils se marient  le mardi 30 juillet 1940 à Bordeaux.

 

 

1.5.7b.2.1.3.1

 

 

Jean Charles Hector Paul AUSCHITZKY voit le jour le lundi 10 juin 1867 à Akyab.

Il est le fils légitime de Paul Pierre Henri AUSCHITZKY, Négociant, âgé de 32 ans et de Jeanne, Marie-Louise MEAUDRE de LAPOUYADE, âgée de 20 ans.

 

Jean sera Représentant de commerce.

 

Son père Paul meurt le 5 avril 1869, Jean est âgé de un an.

 

Il s'unit avec Jeanne Marie Julie Caroline MIQUEL, la fille légitime d'Etienne Félix, En Famille Théophile MIQUEL et de Marie-Louise de SAINT-ANGEL.

Ce couple aura trois enfants :

-Max né en 1899.

-Richard né en 1900.

-Marie Nina, dite Ninette née en 1901.

 

 Ils se marient  le mardi 4 octobre 1898 à Bordeaux.

 

Le 23 août 1899 naît son fils Max. Jean est âgé de 32 ans.

 

Le 21 août 1900 naît son fils Richard. Jean est âgé de 33 ans.

 

Le 17 octobre 1901 naît sa fille Marie. Jean est âgé de 34 ans.

 

Jean C. H. P. AUSCHITZKY est décédé le dimanche 22 mars 1936, à l'âge de 68 ans, à Bordeaux.

 

Note : Le contrat de mariage a été passé devant Me Chambarrière, notaire à Bordeaux, le 19 septembre 1898.

 

 

 

1.5.7b.2.1.3.2

 

 

Marguerite Eugénie AUSCHITZKY est née le mercredi 16 décembre 1868 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Paul Pierre Henri AUSCHITZKY, Négociant, âgé de 34 ans et de Jeanne, Marie-Louise MEAUDRE de LAPOUYADE, âgée de 21 ans. A sa naissance, elle a un frère Jean Charles Hector Paul (né en 1867).

 

Son père Paul meurt le 5 avril 1869, Marguerite est âgée de moins d'un an.

 

Elle s'unit avec Jean MÉRILLON, Négociant en vins, le fils légitime de Jean, Alias Jean Auguste Mérillon MENGINOU et de Jeanne Louise, En Famille Ninette PELAUQUE-BÉRAUT.

Ce couple aura six enfants :

-Robert né en 1887.

-Jean-Marie Gérard né en 1888.

-Marc Robert Auguste né en 1890.

-Henri né en 1892.

-Nadia née en 1897.

-Claude Geneviève née en 1912.

 

 Ils se marient  en mars 1886 à Bordeaux.

 

Le 16 février 1887 naît son fils Robert. Marguerite est âgée de 18 ans.

 

Le 20 juillet 1888 naît son fils Jean-Marie. Marguerite est âgée de 19 ans.

 

Le 5 juin 1890 naît son fils Marc. Marguerite est âgée de 21 ans.

 

Le 5 octobre 1892 naît son fils Henri. Marguerite est âgée de 23 ans.

 

Le 5 octobre 1897 naît sa fille Nadia. Marguerite est âgée de 28 ans.

 

Le 1 novembre 1912 naît sa fille Claude. Marguerite est âgée de 43 ans.

 

Le 10 octobre 1915 son fils Henri meurt, Marguerite est âgée de 46 ans.

 

Le 22 août 1924 son époux Jean meurt, Marguerite est âgée de 55 ans.

 

Marguerite E. AUSCHITZKY est décédée le mercredi 9 mars 1932, à l'âge de 63 ans, à Bordeaux.

 

Note : Après le décès de son mari, Marguerite quitte Bordeaux et vient s'installer à Paris, rue de l'Alboni, dans le 16ème arrondissement, avec sa dernière fille, Claude née en 1912. Elle y retrouve sa belle-soeur Cécile Mérillon, sa fille aînée Nadia qui a épousé en 1919 son cousin germain Jean-Pierre Mérillon, un de ses fils, Marc, marié à Germaine Maugenest, enfin sa nièce Ginette Mérillon mariée à Jean carnot.

 

© Henri MERILLON.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.1

 

 

Henrich Hermann Johann KATTERFELD voit le jour le dimanche 20 août 1865 à Javoslav.

Il est le fils légitime de Traugott Carl Constantin KATTERFELD, âgé de 39 ans et d'Emilie Henriette KRÜGER.

 

Henrich sera Ingénieur.

 

Son père Traugott meurt le 9 mai 1876, Henrich est âgé de 10 ans.

 

Il s'unit avec Lydia VASSILIEV.

Ce couple aura deux enfants :

-Véra.

-Margareth.

 

Note : Etudes primaires au lycée de Javoslav (Médaille d'Or), puis il étudie les mathématiques à Pétersbourg. Ingénieur hydraulique dans le Caucase, puis administrateur ferroviaire à Pétersbourg. Durant la guerre de 14-18, il est le représentant du ministère des voies de communication auprès du prince d'Odenburg, chef supérieur du service d'évacuation et sanitaires de l'armée russe.

En 1918, il part à Riga. En 1921 à Berlin. En 1924 à Paris, où il travaille chez "Schneider et Creusot".

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.2

 

 

Wilhelm KATTERFELD voit le jour le vendredi 4 juin 1869 à Javoslav.

Il est le fils légitime de Traugott Carl Constantin KATTERFELD, âgé de 42 ans et d'Emilie Henriette KRÜGER. A sa naissance, il a un frère Henrich Hermann Johann (né en 1865).

 

Son père Traugott meurt le 9 mai 1876, Wilhelm est âgé de 6 ans.

 

Il s'unit avec Sinaida ORLOW.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Wilhelm KATTERFELD est décédé le samedi 8 novembre 1919, à l'âge de 50 ans, à Saint-Pétersbourg.

 

Note : Il étudie l'histoire et la philosophie à Pétersbourg. Professeur d'histoire au lycée de Pétersbourg, puis directeur du lycée privé Baginsky. Mais il est monarchiste, il doit quitter son nouveau poste de directeur du lycée de Savatov.

Ayant une excellente maîtrise de six langues vivantes, il devient correspondant commercial à Pétersbourg.

Il est jeté par les Bolchéviques dans la prison de Peter-Paul où il meurt du typhus exanthématique.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.3

 

 

Nicolaï Manfred KATTERFELD voit le jour le samedi 5 avril 1873 à Javoslav.

Il est le fils légitime de Traugott Carl Constantin KATTERFELD, âgé de 46 ans et d'Emilie Henriette KRÜGER. A sa naissance, il a plusieurs frères: Henrich Hermann Johann (né en 1865), Wilhelm (né en 1869).

 

Nicolaï sera chef d'entreprise.

 

Son père Traugott meurt le 9 mai 1876, Nicolaï est âgé de 3 ans.

 

Il s'unit avec Sophie von REICHARDT.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Note : Va au lycée de Javoslav. Puis durant deux ans, il étudie les mathématiques à l'université de Pétersbourg. Ingénieur, il est envoyé en 1900, par le ministère des voies de communication, en Allemagne, Hollande, France et Angleterre, par périodes de six mois afin de compléter sa formation. Il dirige "Bunge & Palaskovky", une grosse entreprise de construction.

de 1908 à 1913, il est le chef d'une entreprise privée dans le Caucase occidental. La malaria l'oblige alors à s'installer dans le nord. Il va à Riga.

En 1919, il perd sa fortune à cause des Bolchéviques et vit depuis 1921 en Lituanie.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.4

 

 

Johanna KATTERFELD est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Traugott Carl Constantin KATTERFELD et d'Emilie Henriette KRÜGER.

 

Johanna sera enseignante à Riga.

 

 

1.5.7b.2.2.4.5

 

 

Paula KATTERFELD est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Traugott Carl Constantin KATTERFELD et d'Emilie Henriette KRÜGER.

 

Note : Elle habite Riga.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.6

 

 

Emilie KATTERFELD est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Traugott Carl Constantin KATTERFELD et d'Emilie Henriette KRÜGER.

 

Note : Elle habite Riga.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.7

 

 

Caroline KATTERFELD est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Traugott Carl Constantin KATTERFELD et d'Emilie Henriette KRÜGER.

 

Note : Elle habite Riga.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.8

 

 

Oskar KATTERFELD voit le jour à une date inconnue.

Il est le fils légitime de Traugott Carl Constantin KATTERFELD et d'Emilie Henriette KRÜGER.

 

Oskar sera ingénieur.

 

Il s'unit avec Agraphena JELESIN.

Ce couple aura cinq enfants :

-Nicolaï.

-Wladimir.

-Paul.

-Véra.

-Michael.

 

Note : Après des études au lycée de Javoslav, il est nommé précepteur en Courlande. Puis fonctionnaire de bureau de Poste à Pétersbourg. Il étudie l'électronique. Ingénieur en 1900.

 

 

 

Génération 9

 

 

1.5.7b.2.1.1.1.1

 

 

Jean-Paul ALAUX voit le jour le dimanche 12 mars 1876 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Jean Michel ALAUX, Architecte, âgé de 25 ans et de Jeanne Eugénie BONIFAS, âgée de 21 ans.

 

Jean-Paul sera Architecte, écrivain, aquarelliste.

 

Sa mère Jeanne meurt le 5 février 1908, Jean-Paul est âgé de 31 ans.

 

Il s'unit avec Agnès MOORE.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 Ils se marient  en 1910.

 

Son père Jean meurt en 1935, Jean-Paul est âgé de 58 ans.

 

Jean-Paul ALAUX est décédé en 1955, à l'âge de 78 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.1.2

 

 

Marie Jenny "Charlotte" ALAUX est née le vendredi 11 mai 1877 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Jean Michel ALAUX, Architecte, âgé de 26 ans et de Jeanne Eugénie BONIFAS, âgée de 22 ans. A sa naissance, elle a un frère Jean-Paul (né en 1876).

 

Marie J. C. ALAUX est décédée le mercredi 9 octobre 1895, à l'âge de 18 ans, à Bordeaux.

 

Note : Elle meurt de tuberculose.

Sans descendance.

 

 

 

1.5.7b.2.1.1.1.3

 

 

François ALAUX voit le jour le mercredi 16 octobre 1878 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Jean Michel ALAUX, Architecte, âgé de 27 ans et de Jeanne Eugénie BONIFAS, âgée de 23 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jean-Paul (né en 1876), Marie Jenny "Charlotte" (née en 1877).

 

François sera Peintre.

 

Sa mère Jeanne meurt le 5 février 1908, François est âgé de 29 ans.

 

Il s'unit avec Marie-Louise de LANNOY.

Ce couple aura un enfant :

-Jean-Pierre né en 1925.

 

 Ils se marient  en 1922 à La Ciotat.

 

Le 14 novembre 1925 naît son fils Jean-Pierre. François est âgé de 47 ans.

 

Son père Jean meurt en 1935, François est âgé de 56 ans.

 

En 1937 son épouse Marie-Louise meurt, François est âgé de 58 ans.

 

François ALAUX est décédé le vendredi 18 avril 1952, à l'âge de 73 ans, à Bordeaux.

 

 

1.5.7b.2.1.1.1.4

 

 

Marguerite ALAUX est née le lundi 12 septembre 1881 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Jean Michel ALAUX, Architecte, âgé de 30 ans et de Jeanne Eugénie BONIFAS, âgée de 26 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Jean-Paul (né en 1876), Marie Jenny "Charlotte" (née en 1877), François (né en 1878).

 

Sa mère Jeanne meurt le 5 février 1908, Marguerite est âgée de 26 ans.

 

Marguerite ALAUX est décédée le lundi 27 septembre 1915, à l'âge de 34 ans, à Arcachon.

 

Note : Elle meurt de la tuberculose.

Sans descendance.

 

 

 

1.5.7b.2.1.1.1.5

 

 

Jenny ALAUX est née le vendredi 25 mai 1883 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Jean Michel ALAUX, Architecte, âgé de 32 ans et de Jeanne Eugénie BONIFAS, âgée de 28 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Jean-Paul (né en 1876), Marie Jenny "Charlotte" (née en 1877), François (né en 1878), Marguerite (née en 1881).

 

Sa mère Jeanne meurt le 5 février 1908, Jenny est âgée de 24 ans.

 

Elle s'unit avec Pierre NOËL, le fils légitime et de N... WETTERWALD.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 Ils se marient  en 1909.

 

Jenny ALAUX est décédée le jeudi 1 juillet 1915, à l'âge de 32 ans, à Arcachon.

 

Note : Elle meurt de tuberculose.

 

 

 

1.5.7b.2.1.1.1.6

 

 

Magdeleine ALAUX est née en octobre 1886 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Jean Michel ALAUX, Architecte, âgé de 35 ans et de Jeanne Eugénie BONIFAS, âgée de 31 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Jean-Paul (né en 1876), Marie Jenny "Charlotte" (née en 1877), François (né en 1878), Marguerite (née en 1881), Jenny (née en 1883).

 

Sa mère Jeanne meurt le 5 février 1908, Magdeleine est âgée de 21 ans.

 

Magdeleine ALAUX est décédée le mardi 29 octobre 1918, à l'âge de 32 ans, à Leysin.

 

Note : Infirmière de guerre.

Elle meurt, atteinte par la tuberculose.

Sans descendance.

 

 

 

1.5.7b.2.1.1.1.7

 

 

Charles ALAUX voit le jour le lundi 20 mai 1889 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Jean Michel ALAUX, Architecte, âgé de 38 ans et de Jeanne Eugénie BONIFAS, âgée de 34 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jean-Paul (né en 1876), Marie Jenny "Charlotte" (née en 1877), François (né en 1878), Marguerite (née en 1881), Jenny (née en 1883), Magdeleine (née en 1886).

 

Charles sera Musicien, violoncelliste.

 

Sa mère Jeanne meurt le 5 février 1908, Charles est âgé de 18 ans.

 

Charles ALAUX est décédé le mardi 3 décembre 1918, à l'âge de 29 ans, à Bordeaux.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.1

 

 

Gaston BONIFAS voit le jour le vendredi 23 mars 1883 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Paul Charles Eugène BONIFAS, âgé de 26 ans et de Magdeleine CHÉNIER-DUCHARPREAU, âgée de 21 ans.

 

Le 5 février 1908 son épouse Jeanne meurt, Gaston est âgé de 24 ans.

 

Il s'unit avec Jeanne BENQUET.

Ce couple aura un enfant :

-Simone née en 1913.

 

Leur mariage religieux est célébré  le lundi 1 août 1910 à Agen.

 

Le 22 mars 1913 naît sa fille Simone. Gaston est âgé de 29 ans.

 

Son père Paul meurt le 16 mars 1924, Gaston est âgé de 40 ans.

 

Sa mère Magdeleine meurt le 10 janvier 1952, Gaston est âgé de 68 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2

 

 

Geneviève BONIFAS est née le samedi 29 octobre 1887 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Paul Charles Eugène BONIFAS, âgé de 31 ans et de Magdeleine CHÉNIER-DUCHARPREAU, âgée de 25 ans. A sa naissance, elle a un frère Gaston (né en 1883).

 

Elle est baptisée à Bordeaux, le 31 octobre 1887, elle a moins d'un an.

 

Elle s'unit avec Xavier FERRIÈRE, Courtier maritime, le fils légitime de Paul André FERRIÈRE et de Camille MOLLER.

Ce couple aura quatre enfants :

-Jacques né en 1909.

-Marie Camille Madeleine Paule Odette née en 1910.

-Guy né en 1913.

-Anne-Marie née en 1916.

 

Leur mariage religieux est célébré  le lundi 20 avril 1908 à Bordeaux.

 

 Ils se marient  le jeudi 30 avril 1908.

 

Le 8 février 1909 naît son fils Jacques. Geneviève est âgée de 21 ans.

 

Le 10 septembre 1910 naît sa fille Marie. Geneviève est âgée de 22 ans.

 

Le 9 août 1913 naît son fils Guy. Geneviève est âgée de 25 ans.

 

Le 2 février 1916 naît sa fille Anne-Marie. Geneviève est âgée de 28 ans.

 

Le 31 décembre 1916 son époux Xavier meurt, Geneviève est âgée de 29 ans.

 

Son père Paul meurt le 16 mars 1924, Geneviève est âgée de 36 ans.

 

Sa mère Magdeleine meurt le 10 janvier 1952, Geneviève est âgée de 64 ans.

 

Le 30 décembre 1968 son fils Jacques meurt, Geneviève est âgée de 81 ans.

 

Geneviève BONIFAS est décédée le mercredi 10 mai 1972, à l'âge de 84 ans, à Bordeaux.

 

Note : Geneviève Ferrière, veuve à 27 ans, consacra toute son existence à ses quatre enfants qu'elle a fort bien élevés. Elle garda toujours un contact étroit avec la famille Ferrière.

Guy FERRIERE.

 

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.3

 

 

Marie-Thérèse BONIFAS est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Paul Charles Eugène BONIFAS et de Magdeleine CHÉNIER-DUCHARPREAU.

 

Elle s'unit avec "Antoine" Paul Jean TRABUT-CUSSAC, Agent de représentation industrielle, le fils légitime de Jean Paul TRABUT-CUSSAC et d'Emilie LOUMEAU.

Ce couple aura un enfant :

-Jean-Paul né en 1924.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.4

 

 

Yvonne BONIFAS est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Paul Charles Eugène BONIFAS et de Magdeleine CHÉNIER-DUCHARPREAU.

 

Elle s'unit avec Joseph PAUCIS, notaire à Agen.

Ce couple aura trois enfants :

-Madeleine née en 1924.

-Anne-Marie.

-François.

 

 

1.5.7b.2.1.2.1.1

 

 

Louis Antoine Pierre AUSCHITZKY voit le jour le mardi 17 mars 1896 à Paris.

Il est le fils légitime de Louis Charles Alexis Daniel AUSCHITZKY, Ecrivain et journaliste, âgé de 32 ans et de Marie Blanche Eugénie Marguerite PERSONNAT, âgée de 33 ans.

 

Louis sera rentier.

 

Sa mère Marie meurt le 28 mars 1929, Louis est âgé de 33 ans.

 

Il s'unit avec Marguerite Fernande SIMON, la fille légitime d'Edouard Georges Auguste SIMON et d'Alice Cécile Jeanne Marie LÉPINE.

Ce couple aura un enfant :

-Claude Jean Pierre né en 1932.

 

 Ils se marient  le jeudi 5 mars 1931 à Arcachon.

 

Le 29 juin 1932 naît son fils Claude. Louis est âgé de 36 ans.

 

Son père Louis meurt le 14 décembre 1937, Louis est âgé de 41 ans.

 

Louis A. P. AUSCHITZKY est décédé le mardi 14 avril 1981, à l'âge de 85 ans, à Arcachon.

 

Note : Il a servi de modèle, comme son frère, pour l'un des enfants de coeur figurant sur les fresques de l'église Notre-Dame d'Arcachon. Fresques peintes par son oncle Gustave Alaux.

 

© H.A.

 

 

 

1.5.7b.2.1.2.1.2

 

 

Armand Jacques AUSCHITZKY voit le jour le mardi 22 février 1910 à Arcachon.

Il est le fils légitime de Louis Charles Alexis Daniel AUSCHITZKY, Ecrivain et journaliste, âgé de 46 ans et de Marie Blanche Eugénie Marguerite PERSONNAT, âgée de 47 ans. A sa naissance, il a un frère Louis Antoine Pierre (né en 1896).

 

Armand sera Sans profession.

 

Sa mère Marie meurt le 28 mars 1929, Armand est âgé de 19 ans.

 

Il s'unit avec Marcelle Marie AUGÉ, la fille légitime de Jean Joseph Fernand AUGÉ et de Marie Mathilde GARANGER.

Ce couple aura un enfant :

-Serge né en 1937.

 

 Ils se marient  le lundi 29 avril 1935 à Arcachon.

 

Le 5 janvier 1937 naît son fils Serge. Armand est âgé de 26 ans.

 

Son père Louis meurt le 14 décembre 1937, Armand est âgé de 27 ans.

 

Armand J. AUSCHITZKY est décédé le mercredi 9 mai 1979, à l'âge de 69 ans, à Cazaux.

 

Note : Il a servi de modèle pour l'un des enfants de coeur figurant sur les fresques de l'église Notre-Dame d'Arcachon (fresques peintes par son oncle Gustave Alaux).

 

© H.A.

 

 

 

1.5.7b.2.1.2.2.1 - Sosa : 2

 

 

Frank Marie François AUSCHITZKY voit le jour le lundi 22 février 1897 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Maurice AUSCHITZKY, Courtier en vins, âgé de 31 ans et de Léontine FLINOY, âgée de 25 ans.

 

Frank sera Courtier en vins.

 

Il s'unit avec Marie-Thérèse Françoise Madeleine DANGLADE, la fille légitime de Jean-Baptiste Joseph René DANGLADE et de Marie-Thérèse Catherine Eugénie AYGUESPARSSE.

Ce couple aura quatre enfants :

-Hubert né en 1929.

-Michelle née en 1930.

-Christian né en 1932.

-Maurice, Pierre, Georges, Marie né en 1941.

 

Leur mariage religieux est célébré  le mercredi 1 août 1928 à Libourne.

 

Le 9 août 1929 naît son fils Hubert. Frank est âgé de 32 ans.

 

En 1930 naît sa fille Michelle. Frank est âgé de 32 ans.

 

Le 30 janvier 1932 naît son fils Christian. Frank est âgé de 34 ans.

 

Son père Maurice meurt le 5 décembre 1940, Frank est âgé de 43 ans.

 

Le 19 décembre 1941 naît son fils Maurice. Frank est âgé de 44 ans.

 

Sa mère Léontine meurt le 14 décembre 1948, Frank est âgé de 51 ans.

 

Frank M. F. AUSCHITZKY est décédé le mercredi 13 juillet 1955, à l'âge de 58 ans, à Sèvres.

 

Note :

 

.

 

 

 

1.5.7b.2.1.2.2.2

 

 

Marthe, dite Martha AUSCHITZKY est née le jeudi 14 juillet 1898 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Maurice AUSCHITZKY, Courtier en vins, âgé de 32 ans et de Léontine FLINOY, âgée de 27 ans. A sa naissance, elle a un frère Frank Marie François (né en 1897).

 

Le 13 juin 1923 naît son fils Jean. Marthe est âgée de 24 ans.

 

En 1928 naît sa fille Annick. Marthe est âgée de 29 ans.

 

Elle s'unit avec Yves Marie Jean Constant PERRUSSEL, Avocat.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 Ils se marient  le samedi 29 janvier 1938 à Tunis.

 

Son père Maurice meurt le 5 décembre 1940, Marthe est âgée de 42 ans.

 

Sa mère Léontine meurt le 14 décembre 1948, Marthe est âgée de 50 ans.

 

Le 20 mars 1968 son époux Roger meurt, Marthe est âgée de 69 ans.

 

Elle s'unit avec Roger Benoît Marie Joseph COURTOIS, Colonel.

Ce couple aura deux enfants :

-Jean né en 1923.

-Annick née en 1928.

 

Marthe D. M. AUSCHITZKY est décédée le mercredi 7 janvier 1987, à l'âge de 88 ans, à Boulogne-Billancourt.

 

 

1.5.7b.2.1.2.4.1

 

 

"Gontran" Roger Marie Louis AUSCHITZKY voit le jour le dimanche 12 août 1900 à Bordeaux - Caudéran.

Il est le fils légitime de "Marcel" Eugène Marie Louis AUSCHITZKY, âgé de 29 ans et de Marie-Cécile SOUBIROS.

 

Il s'unit avec Paulette Yvonne COURRIER.

Ce couple aura deux enfants :

-Mireille Rose née en 1929.

-Yvette.

 

Il épouse en secondes noces, le samedi 17 septembre 1938 au Pecq, Blanche Virginie Séraphine LEFRANÇOIS.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

"Gontran" et Blanche divorcent le 16 mars 1946 à Paris.

 

Il épouse en troisièmes noces, le lundi 22 septembre 1975 à Menton, Marcelle Jeanne Victorine ROBERT.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 

1.5.7b.2.1.2.5.1

 

 

Hélène Thérèse Marie Angèle, en famille Mimine, BOUÉ est née le samedi 10 octobre 1903 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Christophe Jules Hermann BOUÉ, Courtier en vins, âgé de 28 ans et de Marie Gabrielle Louise Angèle AUSCHITZKY, âgée de 27 ans.

 

Hélène sera Professeur de piano.

 

Hélène T. M. A. E. F. M. BOUÉ est décédée le mardi 17 septembre 1940, à l'âge de 36 ans, à Bordeaux.

 

 

1.5.7b.2.1.2.5.2

 

 

Marie Joseph Pierre Jacques BOUÉ voit le jour le samedi 24 mars 1906 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Christophe Jules Hermann BOUÉ, Courtier en vins, âgé de 30 ans et de Marie Gabrielle Louise Angèle AUSCHITZKY, âgée de 29 ans. A sa naissance, il a une soeur Hélène Thérèse Marie Angèle, En Famille Mimine (née en 1903).

 

Marie sera Ingénieur.

 

En 1937 naît son fils Bernard. Marie est âgé de 30 ans.

 

Le 18 mai 1942 naît sa fille Marie-Claude. Marie est âgé de 36 ans.

 

Son père Christophe meurt le 11 décembre 1945, Marie est âgé de 39 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 22 juillet 1967, Marie est âgé de 61 ans.

 

Il s'unit avec Suzanne Jeanne Camille, dite Suzon GOUAIS-LANOS-ASTIER, la fille légitime d'André Louis Albert GOUAIS-LANOS et de Jeanne Marie Zéla BRUNET.

Ce couple aura trois enfants :

-Bernard né en 1937.

-Marie-Claude Jane née en 1942.

-Michelle.

 

 

1.5.7b.2.1.2.6.1

 

 

Marie Marthe Magdeleine Simone AUSCHITZKY est née le vendredi 25 octobre 1907.

Elle est la fille légitime de Louis Paul Abel AUSCHITZKY, Bâtonnier de l'Ordre, Avocat à Bordeaux, âgé de 25 ans et de Suzanne Anne Marie ALAUZE, âgée de 22 ans.

 

Elle s'unit avec Marie Joseph de PEYRELONGUE, le fils légitime de Martial Hermann Alfred PEYRELONGUE et de Marie Caroline Jeanne MORTON.

Ce couple aura quatre enfants :

-Guy Abel Hermann né en 1937.

-Hervé Joseph né en 1938.

-Jean Abel Max Marie né en 1940.

-Béatrice née en 1943.

 

 Ils se marient  le lundi 9 décembre 1935 à Bordeaux.

 

En 1937 naît son fils Guy. Marie est âgée de 29 ans.

 

Le 6 avril 1938 naît son fils Hervé. Marie est âgée de 30 ans.

 

En 1940 naît son fils Jean. Marie est âgée de 32 ans.

 

Son père Louis meurt le 30 juillet 1940, Marie est âgée de 32 ans.

 

Le 4 avril 1943 naît sa fille Béatrice. Marie est âgée de 35 ans.

 

Sa mère Suzanne meurt le 26 février 1979, Marie est âgée de 71 ans.

 

Le 5 janvier 1992 son époux Marie meurt, Marie est âgée de 84 ans.

 

Marie M. M. S. AUSCHITZKY est décédée le samedi 30 novembre 1996, à l'âge de 89 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.2.6.2

 

 

Jacques Marie Guy Abel AUSCHITZKY voit le jour le dimanche 10 octobre 1909 à Eysines.

Il est le fils légitime de Louis Paul Abel AUSCHITZKY, Bâtonnier de l'Ordre, Avocat à Bordeaux, âgé de 27 ans et de Suzanne Anne Marie ALAUZE, âgée de 24 ans. A sa naissance, il a une soeur Marie Marthe Magdeleine Simone (née en 1907).

 

Jacques sera Avocat à Bordeaux.

 

Il s'unit avec Marie Madeleine Chantal PEYRELONGUE, la fille légitime de Louis Marie Philippe PEYRELONGUE et d'Antoinette Marguerite Marie GAUTHIER.

Ce couple aura quatre enfants :

-Nadia née en 1936.

-Viviane née en 1938.

-Louis Abel Guy né en 1942.

-Brigitte née en 1947.

 

 Ils se marient  le samedi 15 juin 1935 à Bordeaux.

 

Le 11 mars 1936 naît sa fille Nadia. Jacques est âgé de 26 ans.

 

Le 18 décembre 1938 naît sa fille Viviane. Jacques est âgé de 29 ans.

 

Son père Louis meurt le 30 juillet 1940, Jacques est âgé de 30 ans.

 

Le 26 août 1942 naît son fils Louis. Jacques est âgé de 32 ans.

 

Le 30 décembre 1947 naît sa fille Brigitte. Jacques est âgé de 38 ans.

 

Sa mère Suzanne meurt le 26 février 1979, Jacques est âgé de 69 ans.

 

Jacques M. G. A. AUSCHITZKY est décédé le jeudi 27 octobre 1988, à l'âge de 79 ans, à Bordeaux.

 

 

1.5.7b.2.1.3.1.1

 

 

Max AUSCHITZKY voit le jour le mercredi 23 août 1899 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Jean Charles Hector Paul AUSCHITZKY, Représentant de commerce, âgé de 32 ans et de Jeanne Marie Julie Caroline MIQUEL, âgée de 28 ans.

 

Max sera Assureur conseil.

 

Il s'unit avec Germaine Marie RÉGIS, la fille légitime de Guillaume Jean-Baptiste RÉGIS et de Juliette Marie Jeanne COYOLA.

Ce couple aura deux enfants :

-Françoise née en 1930.

-Francine née en 1932.

 

 Ils se marient  le samedi 22 juin 1929 à Bordeaux.

 

En 1930 naît sa fille Françoise. Max est âgé de 30 ans.

 

En 1931 sa fille Françoise meurt, Max est âgé de 31 ans.

 

Le 26 novembre 1932 naît sa fille Francine. Max est âgé de 33 ans.

 

Le 26 novembre 1932 son épouse Germaine meurt, Max est âgé de 33 ans.

 

Son père Jean meurt le 22 mars 1936, Max est âgé de 36 ans.

 

Sa mère Jeanne meurt le 28 août 1937, Max est âgé de 38 ans.

 

Max AUSCHITZKY est décédé le vendredi 7 avril 1989, à l'âge de 89 ans, à Bordeaux.

 

Note : Président du Comité des Assureurs maritimes.

 

 

 

1.5.7b.2.1.3.1.2

 

 

Richard AUSCHITZKY voit le jour le mardi 21 août 1900 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Jean Charles Hector Paul AUSCHITZKY, Représentant de commerce, âgé de 33 ans et de Jeanne Marie Julie Caroline MIQUEL, âgée de 29 ans. A sa naissance, il a un frère Max (né en 1899).

 

Richard sera Chef d'entreprise.

 

Il s'unit avec Jeanne Reine ÉLIÈS, la fille légitime de Pierre ÉLIÈS et de Lucie GUYAU.

Ce couple aura un enfant :

-Jean né en 1946.

 

 Ils se marient  le lundi 17 mai 1926 à Bordeaux.

 

Son père Jean meurt le 22 mars 1936, Richard est âgé de 35 ans.

 

Sa mère Jeanne meurt le 28 août 1937, Richard est âgé de 37 ans.

 

Le 28 août 1946 naît son fils Jean. Richard est âgé de 46 ans.

 

Note : Un contrat de mariage a été passé le 14 mai 1926 devant Me Fialon, notaire à Bordeaux.

 

 

 

1.5.7b.2.1.3.1.3

 

 

Marie Nina, dite Ninette AUSCHITZKY est née le jeudi 17 octobre 1901 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Jean Charles Hector Paul AUSCHITZKY, Représentant de commerce, âgé de 34 ans et de Jeanne Marie Julie Caroline MIQUEL, âgée de 30 ans. A sa naissance, elle a plusieurs frères: Max (né en 1899), Richard (né en 1900).

 

Son père Jean meurt le 22 mars 1936, Marie est âgée de 34 ans.

 

Sa mère Jeanne meurt le 28 août 1937, Marie est âgée de 35 ans.

 

Marie N. D. N. AUSCHITZKY est décédée le mercredi 20 février 1985, à l'âge de 83 ans, à Bordeaux.

 

Note : Elle vivait chez son frère Max, veuf avec une enfant (Francine), dont elle tenait la maison.

Elle est décédée sans alliance.

 

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.1

 

 

Robert MÉRILLON voit le jour le mercredi 16 février 1887 au Bouscat.

Il est le fils légitime de Jean MÉRILLON, Négociant en vins, âgé de 35 ans et de Marguerite Eugénie AUSCHITZKY, âgée de 18 ans.

 

Robert sera Ministre plénipotentière.

 

Il s'unit avec Anne Marie Marguerite DUBOURG, la fille légitime de Jean Gaston DUBOURG et de Marie Cora Antoinette Françoise DUCASSE.

Ce couple aura trois enfants :

-Denise née en 1922.

-Jean-Marie né en 1926.

-Henri né en 1931.

 

 Ils se marient  le lundi 23 mai 1921 au Bouscat.

 

Le 21 juillet 1922 naît sa fille Denise. Robert est âgé de 35 ans.

 

Son père Jean meurt le 22 août 1924, Robert est âgé de 37 ans.

 

Le 12 février 1926 naît son fils Jean-Marie. Robert est âgé de 38 ans.

 

Le 2 mai 1931 naît son fils Henri. Robert est âgé de 44 ans.

 

Sa mère Marguerite meurt le 9 mars 1932, Robert est âgé de 45 ans.

 

Robert MÉRILLON est décédé le mercredi 30 décembre 1987, à l'âge de 100 ans, à Bayonne.

 

Note : Licencié en droit. Diplômé de l'Ecole des Sciences politiques. Elève breveté de l'Ecole des langues orientales vivantes. Elève consul au Cabinet du Ministre, 24 avril 1913. A la disposition du Commissaire résidant général au Maroc, 24 mai 1913. Cité à l'Ordre de la 66ème Division, 19 août 1915. Consul suppléant de 1ère classe, 21 février 1917. Rédacteur à la sous-division des Relations commerciales, 1er novembre 1919. Consul de 2ème classe, 8 janvier 1921. Hors cadre, à la disposition de la Résidence Générale au Maroc, 18 juillet 1924. Consul de 1ère classe et maintenu hors cadre, 31 décembre 1926. Consul général et maintenu hors cadre, 26 décembre 1931. Secrétaire général du Protectorat marocain, 31 décembre 1931. Remplacé dans le cadre et à Milan, 17 juillet 1936.

Annuaire diplomatique et consulaire. Paris 1939.

*

En mission à la Croix Rouge française entre août 1940 et 1944, promu Ministre Plénipotentiaire le 6 août 1940, M. Mérillon a été admis à faire valoir ses droits à la retraite à compter du 1er mai 1945.

Monique Constant, Conservateur en Chef, Chef de la division historique. Archives du ministère des Affaires Etrangères.

 

Officier de la Légion d'honneur, Croix de guerre.

 

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.2

 

 

Jean-Marie Gérard MÉRILLON voit le jour le vendredi 20 juillet 1888 au Bouscat.

Il est le fils légitime de Jean MÉRILLON, Négociant en vins, âgé de 36 ans et de Marguerite Eugénie AUSCHITZKY, âgée de 19 ans. A sa naissance, il a un frère Robert (né en 1887).

 

Jean-Marie sera Contrôleur des domaines du gouvernement chérifien.

 

Son père Jean meurt le 22 août 1924, Jean-Marie est âgé de 36 ans.

 

Sa mère Marguerite meurt le 9 mars 1932, Jean-Marie est âgé de 43 ans.

 

Jean-Marie G. MÉRILLON est décédé le vendredi 29 mars 1974, à l'âge de 85 ans, à Paris.

 

Note : Il décède à Paris, sans postérité, dans l'incendie de l'hôtel Arona.

 

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.3

 

 

Marc Robert Auguste MÉRILLON voit le jour le jeudi 5 juin 1890 au Bouscat.

Il est le fils légitime de Jean MÉRILLON, Négociant en vins, âgé de 38 ans et de Marguerite Eugénie AUSCHITZKY, âgée de 21 ans. A sa naissance, il a plusieurs frères: Robert (né en 1887), Jean-Marie Gérard (né en 1888).

 

Marc sera Administrateur de sociétés.

 

Il s'unit avec Germaine MAUGENEST, la fille légitime de Pierre Louis MAUGENEST et d'Angélique Ernestine CHAMPAGNE.

Ce couple aura un enfant :

-Françoise née en 1921.

 

 Ils se marient  le mercredi 17 mars 1920 à Paris.

 

Le 12 août 1921 naît sa fille Françoise. Marc est âgé de 31 ans.

 

Son père Jean meurt le 22 août 1924, Marc est âgé de 34 ans.

 

Sa mère Marguerite meurt le 9 mars 1932, Marc est âgé de 41 ans.

 

Le 6 février 1973 son épouse Germaine meurt, Marc est âgé de 82 ans.

 

Marc R. A. MÉRILLON est décédé le mercredi 27 août 1975, à l'âge de 85 ans, à Saint-Jean-de-Luz.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.4

 

 

Henri MÉRILLON voit le jour le mercredi 5 octobre 1892.

Il est le fils légitime de Jean MÉRILLON, Négociant en vins, âgé de 41 ans et de Marguerite Eugénie AUSCHITZKY, âgée de 23 ans. A sa naissance, il a plusieurs frères: Robert (né en 1887), Jean-Marie Gérard (né en 1888), Marc Robert Auguste (né en 1890).

 

Henri sera Officier aviateur.

 

Henri MÉRILLON est décédé le dimanche 10 octobre 1915, à l'âge de 23 ans.

 

Note : Il est mort au champ d'honneur.

Sans postérité.

 

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.5

 

 

Nadia MÉRILLON est née le mardi 5 octobre 1897 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Jean MÉRILLON, Négociant en vins, âgé de 46 ans et de Marguerite Eugénie AUSCHITZKY, âgée de 28 ans. A sa naissance, elle a plusieurs frères: Robert (né en 1887), Jean-Marie Gérard (né en 1888), Marc Robert Auguste (né en 1890), Henri (né en 1892).

 

Elle s'unit avec Pierre-Henri Marie Jean MÉRILLON, Auditeur à la Cour des Comptes, le fils légitime de Daniel MÉRILLON et de Cécile MAREILS de BUSSAC.

Ce couple aura deux enfants :

-Catherine née en 1920.

-Jean-François né en 1924.

 

 Ils se marient  le lundi 9 juin 1919 à Ciboure.

 

Le 9 juillet 1920 naît sa fille Catherine. Nadia est âgée de 22 ans.

 

Le 3 février 1924 naît son fils Jean-François. Nadia est âgée de 26 ans.

 

Son père Jean meurt le 22 août 1924, Nadia est âgée de 26 ans.

 

Sa mère Marguerite meurt le 9 mars 1932, Nadia est âgée de 34 ans.

 

Le 14 juin 1963 son époux Pierre-Henri meurt, Nadia est âgée de 65 ans.

 

Nadia MÉRILLON est décédée le vendredi 7 octobre 1988, à l'âge de 91 ans, à Bayonne.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.6

 

 

Claude Geneviève MÉRILLON est née le vendredi 1 novembre 1912 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Jean MÉRILLON, Négociant en vins, âgé de 61 ans et de Marguerite Eugénie AUSCHITZKY, âgée de 43 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Robert (né en 1887), Jean-Marie Gérard (né en 1888), Marc Robert Auguste (né en 1890), Henri (né en 1892), Nadia (née en 1897).

 

Son père Jean meurt le 22 août 1924, Claude est âgée de 11 ans.

 

Sa mère Marguerite meurt le 9 mars 1932, Claude est âgée de 19 ans.

 

Elle s'unit avec Bernard Marie Pierre HENRY, Assureur.

Ce couple aura cinq enfants :

-Patrick né en 1936.

-Christian né en 1939.

-Caroline née en 1941.

-Gérald né en 1945.

-Sophie née en 1952.

 

 Ils se marient  le lundi 2 septembre 1935.

 

Le 23 juin 1936 naît son fils Patrick. Claude est âgée de 23 ans.

 

Le 26 décembre 1939 naît son fils Christian. Claude est âgée de 27 ans.

 

Le 1 mai 1941 naît sa fille Caroline. Claude est âgée de 28 ans.

 

Le 28 octobre 1945 naît son fils Gérald. Claude est âgée de 32 ans.

 

Le 4 avril 1952 naît sa fille Sophie. Claude est âgée de 39 ans.

 

Le 20 mai 1983 son époux Bernard meurt, Claude est âgée de 70 ans.

 

 

1.5.7b.2.2.4.1.1

 

 

Véra KATTERFELD est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Henrich Hermann Johann KATTERFELD, Ingénieur et de Lydia VASSILIEV.

 

Note : Baptisée orthodoxe.

Elle épouse en 1916 un capitaine de marine et vit à Paris.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.1.2

 

 

Margareth KATTERFELD est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Henrich Hermann Johann KATTERFELD, Ingénieur et de Lydia VASSILIEV.

 

Note : A été baptisée orthodoxe.

Elle épouse un lieutenant de hussards.

.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.8.1

 

 

Nicolaï KATTERFELD voit le jour à une date inconnue.

Il est le fils légitime d'Oskar KATTERFELD, ingénieur et d'Agraphena JELESIN.

 

Nicolaï sera préparateur au jardin bothanique de Pétersbourg.

 

Note : Il a été baptisé orthodoxe grec.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.8.2

 

 

Wladimir KATTERFELD voit le jour à une date inconnue.

Il est le fils légitime d'Oskar KATTERFELD, ingénieur et d'Agraphena JELESIN.

 

Note : A été baptisé orthodoxe grec.

Il meurt à 18 ans dans l'armée russe.

.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.8.3

 

 

Paul KATTERFELD voit le jour à une date inconnue.

Il est le fils légitime d'Oskar KATTERFELD, ingénieur et d'Agraphena JELESIN.

 

Paul sera étudiant en agronomie.

 

Note : Il a été baptisé orthodoxe grec.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.8.4

 

 

Véra KATTERFELD est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime d'Oskar KATTERFELD, ingénieur et d'Agraphena JELESIN.

 

Note : A été baptisée orthodoxe grec.

Il a suivi une formation en horticulture et vit à Arustadt/Thuringe.

 

 

 

1.5.7b.2.2.4.8.5

 

 

Michael KATTERFELD voit le jour à une date inconnue.

Il est le fils légitime d'Oskar KATTERFELD, ingénieur et d'Agraphena JELESIN.

 

Note : A été baptisé orthodoxe grec.

Il a fait quatre classes à l'école soviétique des ouvriers et vit avec son père.

 

 

 

Génération 10

 

 

1.5.7b.2.1.1.1.3.1

 

 

Jean-Pierre ALAUX voit le jour le samedi 14 novembre 1925 à La Ciotat.

Il est le fils légitime de François ALAUX, Peintre, âgé de 47 ans et de Marie-Louise de LANNOY, âgée de 28 ans.

 

Jean-Pierre sera Peintre.

 

Sa mère Marie-Louise meurt en 1937, Jean-Pierre est âgé de 11 ans.

 

Son père François meurt le 18 avril 1952, Jean-Pierre est âgé de 26 ans.

 

Le 19 juin 1952 naît sa fille Sophie. Jean-Pierre est âgé de 26 ans.

 

Le 13 juillet 1956 naît son fils Jean-Christophe. Jean-Pierre est âgé de 30 ans.

 

Le 5 septembre 2004 son épouse Giselle meurt, Jean-Pierre est âgé de 78 ans.

 

Il s'unit avec Giselle MORPUGO.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Il s'unit avec Jeanne LAFFONT.

Ce couple aura deux enfants :

-Sophie née en 1952.

-Jean-Christophe né en 1956.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.1.1

 

 

Simone BONIFAS est née le samedi 22 mars 1913 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Gaston BONIFAS, âgé de 29 ans et de Jeanne BENQUET.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.1

 

 

Jacques FERRIÈRE voit le jour le lundi 8 février 1909 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Xavier FERRIÈRE, Courtier maritime, âgé de 23 ans et de Geneviève BONIFAS, âgée de 21 ans.

 

Son père Xavier meurt le 31 décembre 1916, Jacques est âgé de 7 ans.

 

Il s'unit avec Christiane DESPAX, la fille légitime d'Auguste DESPAX.

Ce couple aura trois enfants :

-Edith née en 1943.

-Xavier né en 1944.

-Véronique née en 1946.

 

Leur mariage religieux est célébré  en 1942.

 

Le 26 février 1943 naît sa fille Edith. Jacques est âgé de 34 ans.

 

Le 12 avril 1944 naît son fils Xavier. Jacques est âgé de 35 ans.

 

Le 29 décembre 1946 naît sa fille Véronique. Jacques est âgé de 37 ans.

 

Jacques FERRIÈRE est décédé le lundi 30 décembre 1968, à l'âge de 59 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.2

 

 

Marie Camille Madeleine Paule Odette FERRIÈRE est née le samedi 10 septembre 1910 à Lormont.

Elle est la fille légitime de Xavier FERRIÈRE, Courtier maritime, âgé de 25 ans et de Geneviève BONIFAS, âgée de 22 ans. A sa naissance, elle a un frère Jacques (né en 1909).

 

Son père Xavier meurt le 31 décembre 1916, Marie est âgée de 6 ans.

 

Elle s'unit avec Jacques Jean FIEUX, - Publiciste, le fils légitime de Jean Marie Joseph Georges FIEUX et de Germaine Marie Joseph MAURIAC.

Ce couple aura cinq enfants :

-Solange née en 1932.

-Gérard Henri Marie Joseph né en 1934.

-Bernadette née en 1937.

-Chantal née en 1941.

-Marie-Noëlle née en 1948.

 

 Ils se marient  le mardi 3 février 1931 à Bordeaux - FRA.

 

Le 20 août 1932 naît sa fille Solange. Marie est âgée de 21 ans.

 

Le 22 avril 1934 naît son fils Gérard. Marie est âgée de 23 ans.

 

Le 23 décembre 1937 naît sa fille Bernadette. Marie est âgée de 27 ans.

 

Le 10 septembre 1941 naît sa fille Chantal. Marie est âgée de 31 ans.

 

Le 4 décembre 1948 naît sa fille Marie-Noëlle. Marie est âgée de 38 ans.

 

Sa mère Geneviève meurt le 10 mai 1972, Marie est âgée de 61 ans.

 

Le 3 octobre 1979 son époux Jacques meurt, Marie est âgée de 69 ans.

 

 Ils se marient  à une date inconnue.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.3

 

 

Guy FERRIÈRE voit le jour le samedi 9 août 1913.

Il est le fils légitime de Xavier FERRIÈRE, Courtier maritime, âgé de 28 ans et de Geneviève BONIFAS, âgée de 25 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jacques (né en 1909), Marie Camille Madeleine Paule Odette (née en 1910).

 

Son père Xavier meurt le 31 décembre 1916, Guy est âgé de 3 ans.

 

Il s'unit avec Jacqueline ARNAUD.

Ce couple aura deux enfants :

-Eric né en 1953.

-Brigitte née en 1954.

 

 Ils se marient  le lundi 9 avril 1951 à Bordeaux.

 

Le 20 juillet 1953 naît son fils Eric. Guy est âgé de 39 ans.

 

Le 1 août 1954 naît sa fille Brigitte. Guy est âgé de 40 ans.

 

Sa mère Geneviève meurt le 10 mai 1972, Guy est âgé de 58 ans.

 

Note : Chevalier du Mérite Maritime.

 

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.4

 

 

Anne-Marie FERRIÈRE est née le mercredi 2 février 1916.

Elle est la fille légitime de Xavier FERRIÈRE, Courtier maritime, âgé de 30 ans et de Geneviève BONIFAS, âgée de 28 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Jacques (né en 1909), Marie Camille Madeleine Paule Odette (née en 1910), Guy (né en 1913).

 

Son père Xavier meurt le 31 décembre 1916, Anne-Marie est âgée de moins d'un an.

 

Sa mère Geneviève meurt le 10 mai 1972, Anne-Marie est âgée de 56 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.3.1

 

 

Jean-Paul TRABUT-CUSSAC voit le jour le lundi 28 janvier 1924 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de "Antoine" Paul Jean TRABUT-CUSSAC, Agent de représentation industrielle, âgé de 28 ans et de Marie-Thérèse BONIFAS.

 

Jean-Paul sera Archiviste-paléographe.

 

En 1952 naît son fils Ayquelm. Jean-Paul est âgé de 27 ans.

 

Il s'unit avec Annette MINVIELLE, la fille légitime d'André MINVIELLE et de Marthe SEIGNOURET.

Ce couple aura trois enfants :

-Ayquelm né en 1952.

-Marie-France.

-Hugues.

 

Jean-Paul TRABUT-CUSSAC est décédé le dimanche 12 janvier 1969, à l'âge de 44 ans, à Bordeaux.

 

Note : L''Ecole des chartes nous a communiqué la notice qui lui a été consacrée dans la revue : "La Bibliothèque de l'Ecole des Chartes" (T. 128 (1970).

 

"Comment évoquer la fin tragique de Jean-Paul Trabut-Cussac sans éprouver une douloureuse tristesse et même un sentiment de révolte face à l'absurde violence qui a abattu, dans sa quarante-cinquième année, un homme et un savant d'une telle qualité ? Sauvagement frappé à la tête par un moniteur d'auto-école de Madrid, le 30 mai 1966, notre malheureux confrère allait, avec une incroyable robustesse, lutter contre la mort pendant près de trente-deux mois pour finalement s'éteindre à Bordeaux, le 12 janvier 1969.

Grand, sportif, avec son sourire cordial, son patriotisme un peu pointilleux de Français ayant beaucoup travaillé à l'étranger, sa promptitude à s'enflammer pour les bonnes causes et à s'indigner du mal, il forçait irrésistiblement la sympathie par sa générosité chaleureuse, son solide amour de la vérité et de la vie. Ses intimes lui connaissaient pourtant, depuis des années, une grave préoccupation, mais ils savaient aussi avec quelle lucide patience et quelle affectueuse intelligence, il avait le courage d'y faire face. Eloigné de Paris, il vouait à l'Ecole des chartes une sorte de culte dont témoigne la rigueur intellectuelle et morale, ennemie de compromissions, que l'on retrouve profondément marquée dans sa carrière comme dans son oeuvre.

Né à Bordeaux le 28 janvier 1924, Jean-Paul Trabut-Cussac y fait de brillantes études secondaires, puis il y prépare une licence de lettres classiques ; mais brusquement, il se tourne vers l'histoire et, après avoir participé, comme engagé volontaire, à la fin de la seconde guerre mondiale, il entre à l'Ecole des chartes en 1945. Il en sort quatrième, en 1949, avec une thèse sur L'administration anglaise en Gascogne sous Henri III et Edouard Ier, de 1252 à 1307, qui lui vaut, tout à la fois, le prix Auguste Molinier et le prix de la ville de Bordeaux.

A la faveur d'une bourse des relations culturelles décrochée de haute lutte, alors qu'il était encore élève à l'Ecole des chartes, il a découvert, avec émerveillement, la prodigieuse richesse du Public Record Office de Londres. C'est donc en Angleterre qu'il commence sa carrière professionnelle, comme bibliothécaire en chef de l'Institut français du Royaume-Uni à Londres. Il y accumule les matériaux d'une monumentale thèse de doctorat à laquelle il travaillera encore plus activement, de 1955 à 1959, comme stagiaire puis comme attaché de recherche au Centre national de la Recherche scientifique.

En 1959, Yves Renouard cherche un animateur de valeur pour la bibliothèque de la Casa Velazquez nouvellement reconstruite à Madrid ; c'est à Trabut-Cussac qu'il pense naturellement ; les hispanistes français savent tous, maintenant, quel magnifique centre de recherche a été organisé grâce à lui.

L'Espagne inspire à notre confrère deux savantes études : l'une sur les prieurés espagnols de l'abbaye de la Sauve-Majeure, l'autre sur Don Enrique de Castille en Angleterre (1256-1259), cette dernière publiée dans les Mélanges de la Casa de Velasquez, t. II (1966), p. 51-58.

Mais bien plus qu'à l'Espagne, c'est à l'Angleterre et surtout à la Gascogne que, scientifiquement et sentimentalement, il restait attaché.

Toute son oeuvre s'est développée, au cours des années, selon les orientations esquissées par sa thèse d'Ecole des chartes. Une biographie a peu près complète de ses quelques trente-deux publications a récemment paru dans les Annales du Midi, t. LXXXI (1969) n° 92, p. 241-243, avec une émouvante notice nécrologique due à M. Charles Higounet. On y retrouve les sujets pour lesquels il s'est passionné : commerce du vin au Moyen Age, controverse sur les bastides et les intentions de leurs fondateurs, histoire de Libourne, de Penne-d'Agenais et de Bordeaux, notamment une belle contribution au Bordeaux sous les rois d'Angleterre dirigée par Y. Renouard et publiée en 1965.

Dans la ligne de l'enseignement dispensé à l'Ecole des chartes, Jean-Paul Trabut-Cussac avait une particulière prédilection pour les problèmes de diplomatique et d'archivistique. Qu'il suffise d'évoquer son ouvrage de 212 pages intitulé Le "Livre des hommages d'Aquitaine". Restitution du second "Livre noir" de la connétablie de Bordeaux (Bordeaux, Delmas 1959) ou encore ses articles Itinéraire d'Edouard Ier en France 1286-1289, dans Bulletin of the Institute of historical research, t. XXV (1952), p. 160-203. - Les cartulaires gascons d'Edouard II, d'Edouard III et de Charles VII, dans Bibliothèque de l'Ecole des chartes, t. CXI (1953), p. 65-106. - Un rôle de lettres patentes émanées du prince Edouard pendant son premier séjour en Gascogne (mai-octobre 1254), dans Recueil de travaux offert à M. Clovis Brunel (Paris, 1955), p. 599-615 - La charte anglaise des coutumes de Villeneuve-sur-Lot, suivie d'un essai de restitution du "Livre de bazane noire", dans Villeneuve-sur-Lot et l'Agenais (Agen, 1962), p. 151-176. - Actes gascons dispersés émanant d'Edouard Ier d'Angleterre pendant son séjour en France. 1286-1289, dans Bulletin philosophique et historique du Comité des travaux historiques (1962), p. 63-139.

Notre confrère était donc tout désigné pour assumer, à la mort d'Yves Renouard, la responsabilité de la publication des Rôles gascons. Associé, d'autre part, à la refonte et à l'élargissement des Sources de l'histoire de France d'Auguste Molinier, Trabut-Cussac a, l'un des premiers, mis au point sa contribution. En attendant leur publication définitive dans le tome correspondant du "Nouveau Molinier", ses Sources anglaises de l'histoire de France constituent d'ores et déjà, en 140 pages ronéotypées, un guide très précieux notamment en ce qui concerne les fonds d'archives et les collections de documents.

Pourtant l'oeuvre maîtresse de Trabut-Cussac devait être sa thèse principale de doctorat d'Etat : l'administration anglaise en Aquitaine de 1254 à 1307. Elle comportait trois grandes subdivisions : l'histoire du duché, l'administration anglaise, les administrés. Le troisième volet de ce triptyque manquera, malheureusement à jamais. Les deux premières parties n'en constituent pas moins un ensemble équilibré dont la dactylographie est parfaitement au point pour l'impression ; grâce au concours financier du C.N.R.S, elles paraîtront prochainement, sous la forme d'un épais volume, dans la collection des Mémoires et documents publiés par la Société de l'Ecole des chartes.

Face à la cruelle absurdité d'une prometteuse destinée si tragiquement interrompue, il est consolant de penser que tant d'admirable travail ne sera pas perdu et que, à travers la dense érudition de cette belle thèse bientôt publiée, une sorte de dialogue, malgré tout, continuera."

Guy BEAUJOUAN

.

 

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.4.1

 

 

Madeleine PAUCIS est née le vendredi 5 décembre 1924.

Elle est la fille légitime de Joseph PAUCIS, notaire à Agen et d'Yvonne BONIFAS.

 

Elle s'unit avec Pierre AMIET, sylviculteur, le fils légitime de Paul AMIET et de Marguerite FOURNIÉ.

Ce couple aura quatre enfants :

-Bruno né en 1950.

-Anne-Marie née en 1952.

-Daniel né en 1953.

-Claire née en 1955.

 

 Ils se marient  le lundi 3 octobre 1949.

 

Le 23 septembre 1950 naît son fils Bruno. Madeleine est âgée de 25 ans.

 

Le 5 octobre 1952 naît sa fille Anne-Marie. Madeleine est âgée de 27 ans.

 

Le 25 octobre 1953 naît son fils Daniel. Madeleine est âgée de 28 ans.

 

Le 22 avril 1955 naît sa fille Claire. Madeleine est âgée de 30 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.4.2

 

 

Anne-Marie PAUCIS est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Joseph PAUCIS, notaire à Agen et d'Yvonne BONIFAS.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.4.3

 

 

François PAUCIS voit le jour à une date inconnue.

Il est le fils légitime de Joseph PAUCIS, notaire à Agen et d'Yvonne BONIFAS.

 

François sera président de la chambre des notaires d'Agen.

 

Il aura quatre enfants dont la mère n'est pas connue :

-Cécile.

-Béatrice.

-Emmanuel.

-Xavier.

 

 

1.5.7b.2.1.2.1.1.1

 

 

Claude Jean Pierre AUSCHITZKY voit le jour le mercredi 29 juin 1932 à Arcachon.

Il est le fils légitime de Louis Antoine Pierre AUSCHITZKY, rentier, âgé de 36 ans et de Marguerite Fernande SIMON, âgée de 29 ans.

 

Son père Louis meurt le 14 avril 1981, Claude est âgé de 48 ans.

 

Note : Célibataire. Sans postérité.

 

 

 

1.5.7b.2.1.2.1.2.1

 

 

Serge AUSCHITZKY voit le jour le mardi 5 janvier 1937 à Arcachon.

Il est le fils légitime d'Armand Jacques AUSCHITZKY, Sans profession, âgé de 26 ans et de Marcelle Marie AUGÉ, âgée de 36 ans.

 

Serge sera Photographe indépendant.

 

Il s'unit avec Danielle Priscillia Marie-Dargence, En Famille Patricia ROUSSET.

Ce couple aura un enfant :

-Karine Natacha Marie-Dargence née en 1964.

 

 Ils se marient  le samedi 20 avril 1963 à Alpes-d'Huez.

 

Le 10 juillet 1964 naît sa fille Karine. Serge est âgé de 27 ans.

 

Son père Armand meurt le 9 mai 1979, Serge est âgé de 42 ans.

 

Sa mère Marcelle meurt le 8 juin 1988, Serge est âgé de 51 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.2.2.1.1 - Sosa : 1

 

 

Hubert AUSCHITZKY voit le jour le vendredi 9 août 1929 à Saint-Germain-la-Rivière.

Il est le fils légitime de Frank Marie François AUSCHITZKY, Courtier en vins, âgé de 32 ans et de Marie-Thérèse Françoise Madeleine DANGLADE, âgée de 26 ans.

 

Hubert sera Administrateur directeur-général de compagnie d'assurances.

 

Son père Frank meurt le 13 juillet 1955, Hubert est âgé de 25 ans.

 

Il s'unit avec Catherine, dite Maïten BRUSAUT, la fille légitime de Pierre BRUSAUT et de Jacqueline HURÉ.

Ce couple aura deux enfants :

-Bertrand Marie François né en 1965.

-Delphine Marie-Noëlle Emilie née en 1967.

 

 Ils se marient  le lundi 28 décembre 1964 à Paris.

 

Le 20 octobre 1965 naît son fils Bertrand. Hubert est âgé de 36 ans.

 

Le 26 avril 1967 naît sa fille Delphine. Hubert est âgé de 37 ans.

 

Sa mère Marie-Thérèse meurt le 21 juillet 1981, Hubert est âgé de 51 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.2.2.1.2

 

 

Michelle AUSCHITZKY est née en 1930 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Frank Marie François AUSCHITZKY, Courtier en vins, âgé de 32 ans et de Marie-Thérèse Françoise Madeleine DANGLADE, âgée de 27 ans. A sa naissance, elle a un frère Hubert (né en 1929).

 

Elle s'unit avec Serge MIRIEU de LABARRE, directeur général de la Banque Populaire pour le Sud-Ouest, le fils légitime de Jean MIRIEU de LABARRE et de Mary MOTELAY.

Ce couple aura quatre enfants :

-Loïc Marie Joseph Hubert né en 1954.

-Bruno né en 1955.

-Maryelle née en 1957.

-Laurence née en 1962.

 

Leur mariage religieux est célébré  en 1953 à Bordeaux.

 

Le 3 septembre 1954 naît son fils Loïc. Michelle est âgée de 24 ans.

 

Son père Frank meurt le 13 juillet 1955, Michelle est âgée de 25 ans.

 

Le 4 septembre 1955 naît son fils Bruno. Michelle est âgée de 25 ans.

 

Le 13 août 1957 naît sa fille Maryelle. Michelle est âgée de 27 ans.

 

Le 24 janvier 1962 naît sa fille Laurence. Michelle est âgée de 32 ans.

 

Sa mère Marie-Thérèse meurt le 21 juillet 1981, Michelle est âgée de 51 ans.

 

Michelle AUSCHITZKY est décédée en 1983, à l'âge de 53 ans, à Bordeaux.

 

 

1.5.7b.2.1.2.2.1.3

 

 

Christian AUSCHITZKY voit le jour le samedi 30 janvier 1932 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Frank Marie François AUSCHITZKY, Courtier en vins, âgé de 34 ans et de Marie-Thérèse Françoise Madeleine DANGLADE, âgée de 29 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Hubert (né en 1929), Michelle (née en 1930).

 

Christian sera président de société.

 

Son père Frank meurt le 13 juillet 1955, Christian est âgé de 23 ans.

 

Il s'unit avec Marie-Noëlle TURBET DELOF, la fille légitime de Paul Léon TURBET DELOF et d'Amélie Hélène Michelle IMBERTI.

Ce couple aura quatre enfants :

-Marie-Pia née en 1961.

-Caroline née en 1962.

-Eric né en 1964.

-Pascale née en 1968.

 

Leur mariage religieux est célébré  le jeudi 21 avril 1960 à Casablanca.

 

Le 24 mai 1961 naît sa fille Marie-Pia. Christian est âgé de 29 ans.

 

Le 15 novembre 1962 naît sa fille Caroline. Christian est âgé de 30 ans.

 

Le 4 juin 1964 naît son fils Eric. Christian est âgé de 32 ans.

 

Le 16 avril 1968 naît sa fille Pascale. Christian est âgé de 36 ans.

 

Sa mère Marie-Thérèse meurt le 21 juillet 1981, Christian est âgé de 49 ans.

 

Christian AUSCHITZKY est décédé le mercredi 17 août 2005, à l'âge de 73 ans, à Libourne.

 

Il est inhumé le 22 août 2005 à Libourne.

 

Note :

.

 

 

 

1.5.7b.2.1.2.2.1.4

 

 

Maurice, Pierre, Georges, Marie AUSCHITZKY voit le jour le vendredi 19 décembre 1941 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Frank Marie François AUSCHITZKY, Courtier en vins, âgé de 44 ans et de Marie-Thérèse Françoise Madeleine DANGLADE, âgée de 39 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Hubert (né en 1929), Michelle (née en 1930), Christian (né en 1932).

 

Maurice sera directeur de société.

 

Son père Frank meurt le 13 juillet 1955, Maurice est âgé de 13 ans.

 

Il s'unit avec Geneviève Marie LAMARQUE, Professeur de philosophie, la fille légitime de Pierre Louis Henri LAMARQUE et de Simone Marie Jeanne DALLIÈS-LABOURDETTE.

Ce couple aura deux enfants :

-Nathalie née en 1970.

-Olivier né en 1974.

 

Leur mariage religieux est célébré  le vendredi 26 septembre 1969 à Paris.

 

Le 5 juillet 1970 naît sa fille Nathalie. Maurice est âgé de 28 ans.

 

Le 29 septembre 1974 naît son fils Olivier. Maurice est âgé de 32 ans.

 

Sa mère Marie-Thérèse meurt le 21 juillet 1981, Maurice est âgé de 39 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.2.2.2.1b

 

 

Jean COURTOIS voit le jour le mercredi 13 juin 1923 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Roger Benoît Marie Joseph COURTOIS, Colonel, âgé de 27 ans et de Marthe, dite Martha AUSCHITZKY, âgée de 24 ans.

 

Jean sera Administrateur de biens.

 

Il s'unit avec Yvonne Andrée NICOLO.

Ce couple aura deux enfants :

-Nadia née en 1949.

-Olivier Charles Maurice né en 1959.

 

Leur mariage religieux est célébré  le jeudi 29 janvier 1948 à Tunis.

 

Le 18 février 1949 naît sa fille Nadia. Jean est âgé de 25 ans.

 

Le 16 mai 1959 naît son fils Olivier. Jean est âgé de 35 ans.

 

Son père Roger meurt le 20 mars 1968, Jean est âgé de 44 ans.

 

Sa mère Marthe meurt le 7 janvier 1987, Jean est âgé de 63 ans.

 

Note : Officier de la Légion d'honneur, Médaille militaire, Silver cros.

 

 

 

1.5.7b.2.1.2.2.2.2b

 

 

Annick COURTOIS est née en 1928.

Elle est la fille légitime de Roger Benoît Marie Joseph COURTOIS, Colonel, âgé de 32 ans et de Marthe, dite Martha AUSCHITZKY, âgée de 29 ans. A sa naissance, elle a un frère Jean (né en 1923).

 

Son père Roger meurt le 20 mars 1968, Annick est âgée de 40 ans.

 

Sa mère Marthe meurt le 7 janvier 1987, Annick est âgée de 59 ans.

 

Elle s'unit avec Alain CHEVALIER de LAUZIÈRES, Colonel.

Ce couple aura un enfant :

-Dominique.

 

 

1.5.7b.2.1.2.4.1.1c

 

 

Mireille Rose AUSCHITZKY est née en 1929 à Paris.

Elle est la fille légitime de "Gontran" Roger Marie Louis AUSCHITZKY, âgé de 28 ans et de Paulette Yvonne COURRIER.

 

 Ils se marient  à une date inconnue à Saint-Palais-sur-Mer.

 

Elle s'unit avec Noël BROTREAUD.

Ce couple aura deux enfants :

-Michel.

-Chantal.

 

 

1.5.7b.2.1.2.4.1.2c

 

 

Yvette AUSCHITZKY est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de "Gontran" Roger Marie Louis AUSCHITZKY et de Paulette Yvonne COURRIER.

 

Elle s'unit avec Robert ARNOUD.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

Elle s'unit avec Joseph PERENNES.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 

1.5.7b.2.1.2.5.2.1

 

 

Bernard BOUÉ voit le jour en 1937.

Il est le fils légitime de Marie Joseph Pierre Jacques BOUÉ, Ingénieur, âgé de 30 ans et de Suzanne Jeanne Camille, dite Suzon GOUAIS-LANOS-ASTIER, âgée de 29 ans.

 

Il s'unit avec Monique AUDY.

Ce couple aura trois enfants :

-Marie-Pia née en 1963.

-Fabienne née en 1964.

-Cédric né en 1969.

 

 Ils se marient  en 1961.

 

En 1963 naît sa fille Marie-Pia. Bernard est âgé de 26 ans.

 

En 1964 naît sa fille Fabienne. Bernard est âgé de 27 ans.

 

En 1969 naît son fils Cédric. Bernard est âgé de 32 ans.

 

Sa mère Suzanne meurt le 23 mai 2008, Bernard est âgé de 71 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.2.5.2.2

 

 

Marie-Claude Jane BOUÉ est née le lundi 18 mai 1942 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Marie Joseph Pierre Jacques BOUÉ, Ingénieur, âgé de 36 ans et de Suzanne Jeanne Camille, dite Suzon GOUAIS-LANOS-ASTIER, âgée de 34 ans. A sa naissance, elle a un frère Bernard (né en 1937).

 

Elle s'unit avec Alain Etienne Marie Patrick de FONROCQUE-MERCIÉ, le fils légitime de Charles Henry Félix de FONROCQUE-MERCIÉ et d'Andrée BARBE.

Ce couple aura trois enfants :

-Natacha Andrée Marie Suzanne née en 1966.

-Diane Laurence Marie née en 1967.

-Armaud Jacques Henri Marie né en 1969.

 

 Ils se marient  le vendredi 3 septembre 1965 à Bordeaux.

 

Le 24 mars 1966 naît sa fille Natacha. Marie-Claude est âgée de 23 ans.

 

Le 21 avril 1967 naît sa fille Diane. Marie-Claude est âgée de 24 ans.

 

Le 24 septembre 1969 naît son fils Armaud. Marie-Claude est âgée de 27 ans.

 

Sa mère Suzanne meurt le 23 mai 2008, Marie-Claude est âgée de 66 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.2.5.2.3

 

 

Michelle BOUÉ est née à une date inconnue.

Elle est la fille légitime de Marie Joseph Pierre Jacques BOUÉ, Ingénieur et de Suzanne Jeanne Camille, dite Suzon GOUAIS-LANOS-ASTIER.

 

Elle s'unit avec François LAJUS.

Ce couple aura trois enfants :

-Sandrine née en 1959.

-Nancy née en 1962.

-Yan né en 1972.

 

 

1.5.7b.2.1.2.6.1.1

 

 

Guy Abel Hermann de PEYRELONGUE voit le jour en 1937 à Paris.

Il est le fils légitime de Marie Joseph de PEYRELONGUE, âgé de 34 ans et de Marie Marthe Magdeleine Simone AUSCHITZKY, âgée de 29 ans.

 

Le 16 avril 1973 naît sa fille Florence. Guy est âgé de 36 ans.

 

Son père Marie meurt le 5 janvier 1992, Guy est âgé de 55 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 30 novembre 1996, Guy est âgé de 59 ans.

 

Le 14 janvier 2005 son épouse Lucie meurt, Guy est âgé de 68 ans.

 

Il s'unit avec Lucie Marie Edwige de MONTGOLFIER, la fille légitime d'Albert de MONTGOLFIER et d'Edwige CRONSTEDT.

Ce couple aura un enfant :

-Florence née en 1973.

 

Note : Guy de Peyrelongue, président de l'Oréal U.S.A. est à l'origine de la cession de la société CosMedic Concepts avec l'Oréal.

Situé à Phoenix Arizona, BioMedic fondé en 1990 par Cristina et David Watson, est spécialisé dans les produits de soin d'accompagnement des actes de dermatologie et de chirurgie plastique.

Aux U.S.A, BioMedic dont la gamme comprend 60 produits, est présent dans 1500 cabinets médicaux. La marque est par ailleurs distribuée dans 25 pays.

La société a réalisé en 2001 un chiffre d'affaires d'environ 14 millions d'euros, dont 17% hors Etats Unis.

Guy, ajoute : "Cette acquisition renforcera le portefeuille produits de l'Oréal dans le domaine de la dermo-cosmétique et accélèrera notre développement sur ce marché en croissance rapide.".

 

 

 

1.5.7b.2.1.2.6.1.2

 

 

Hervé Joseph de PEYRELONGUE voit le jour le mercredi 6 avril 1938 à Arcachon.

Il est le fils légitime de Marie Joseph de PEYRELONGUE, âgé de 35 ans et de Marie Marthe Magdeleine Simone AUSCHITZKY, âgée de 30 ans. A sa naissance, il a un frère Guy Abel Hermann (né en 1937).

 

Il s'unit avec Enriqueta Diener Y ARRIGUNAGA.

Ce couple aura trois enfants :

-Luis né en 1966.

-Carlos né en 1968.

-Veronica née en 1973.

 

 Ils se marient  le dimanche 9 mai 1965 à Mexico.

 

Le 3 février 1966 naît son fils Luis. Hervé est âgé de 27 ans.

 

Le 29 août 1968 naît son fils Carlos. Hervé est âgé de 30 ans.

 

Le 4 juillet 1973 naît sa fille Veronica. Hervé est âgé de 35 ans.

 

Son père Marie meurt le 5 janvier 1992, Hervé est âgé de 53 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 30 novembre 1996, Hervé est âgé de 58 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.2.6.1.3

 

 

Jean Abel Max Marie de PEYRELONGUE voit le jour en 1940 à Arcachon.

Il est le fils légitime de Marie Joseph de PEYRELONGUE, âgé de 37 ans et de Marie Marthe Magdeleine Simone AUSCHITZKY, âgée de 32 ans. A sa naissance, il a plusieurs frères: Guy Abel Hermann (né en 1937), Hervé Joseph (né en 1938).

 

Il s'unit avec Roswitha Violet Luise Maria FRANK-FAHLE.

Ce couple aura six enfants :

-Séverine née en 1969.

-Jean Harald né en 1970.

-Frédéric né en 1972.

-Jeanne née en 1974.

-Alice née en 1974.

-Hugues né en 1977.

 

 Ils se marient  le mardi 17 décembre 1968 à Oberursel.

 

Le 23 mars 1969 naît sa fille Séverine. Jean est âgé de 29 ans.

 

Le 2 juin 1970 naît son fils Jean. Jean est âgé de 30 ans.

 

Le 27 décembre 1972 naît son fils Frédéric. Jean est âgé de 32 ans.

 

Le 1 février 1974 naît sa fille Jeanne. Jean est âgé de 34 ans.

 

Le 1 février 1974 naît sa fille Alice. Jean est âgé de 34 ans.

 

Le 2 septembre 1977 naît son fils Hugues. Jean est âgé de 37 ans.

 

Son père Marie meurt le 5 janvier 1992, Jean est âgé de 52 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 30 novembre 1996, Jean est âgé de 56 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.2.6.1.4

 

 

Béatrice de PEYRELONGUE est née le dimanche 4 avril 1943 à Eysines.

Elle est la fille légitime de Marie Joseph de PEYRELONGUE, âgé de 40 ans et de Marie Marthe Magdeleine Simone AUSCHITZKY, âgée de 35 ans. A sa naissance, elle a plusieurs frères: Guy Abel Hermann (né en 1937), Hervé Joseph (né en 1938), Jean Abel Max Marie (né en 1940).

 

En 1966 naît sa fille Sophie. Béatrice est âgée de 22 ans.

 

Le 31 janvier 1969 naît sa fille Valentine. Béatrice est âgée de 25 ans.

 

En 1970 naît sa fille Virginie. Béatrice est âgée de 26 ans.

 

En 1973 naît son fils Charles-Henri. Béatrice est âgée de 29 ans.

 

Avant 1984 son époux Patrick meurt, Béatrice est âgée de moins de 40 ans.

 

Son père Marie meurt le 5 janvier 1992, Béatrice est âgée de 48 ans.

 

Sa mère Marie meurt le 30 novembre 1996, Béatrice est âgée de 53 ans.

 

 Ils se marient  à une date inconnue.

 

Elle s'unit avec Patrick DÉON, le fils légitime de Gilbert DÉON et d'Alberte Janine MANUEL.

Ce couple aura quatre enfants :

-Sophie née en 1966.

-Valentine née en 1969.

-Virginie née en 1970.

-Charles-Henri né en 1973.

 

 

1.5.7b.2.1.2.6.2.1

 

 

Nadia AUSCHITZKY est née le mercredi 11 mars 1936.

Elle est la fille légitime de Jacques Marie Guy Abel AUSCHITZKY, Avocat à Bordeaux, âgé de 26 ans et de Marie Madeleine Chantal PEYRELONGUE, âgée de 21 ans.

 

Le 26 juillet 1955 naît sa fille Caroline. Nadia est âgée de 19 ans.

 

Le 28 octobre 1957 naît son fils Claude. Nadia est âgée de 21 ans.

 

Le 18 mai 1961 naît sa fille Annick. Nadia est âgée de 25 ans.

 

En 1969 naît sa fille Nathalie. Nadia est âgée de 32 ans.

 

Son père Jacques meurt le 27 octobre 1988, Nadia est âgée de 52 ans.

 

Elle s'unit avec François BRUGEROLLE.

Ce couple aura quatre enfants :

-Caroline née en 1955.

-Claude né en 1957.

-Annick née en 1961.

-Nathalie née en 1969.

 

 

1.5.7b.2.1.2.6.2.2

 

 

Viviane AUSCHITZKY est née le dimanche 18 décembre 1938.

Elle est la fille légitime de Jacques Marie Guy Abel AUSCHITZKY, Avocat à Bordeaux, âgé de 29 ans et de Marie Madeleine Chantal PEYRELONGUE, âgée de 24 ans. A sa naissance, elle a une soeur Nadia (née en 1936).

 

Le 4 septembre 1960 naît son fils Marie. Viviane est âgée de 21 ans.

 

Le 27 mars 1964 naît sa fille Stéphanie. Viviane est âgée de 25 ans.

 

Son père Jacques meurt le 27 octobre 1988, Viviane est âgée de 49 ans.

 

Elle s'unit avec Jean Pierre MALLET, le fils légitime de Paul MALLET et de N... LAFOND-ORÉ.

Ce couple aura deux enfants :

-Marie Thierry né en 1960.

-Stéphanie née en 1964.

 

 

1.5.7b.2.1.2.6.2.3

 

 

Louis Abel Guy AUSCHITZKY voit le jour le mercredi 26 août 1942 à Eysines.

Il est le fils légitime de Jacques Marie Guy Abel AUSCHITZKY, Avocat à Bordeaux, âgé de 32 ans et de Marie Madeleine Chantal PEYRELONGUE, âgée de 27 ans. A sa naissance, il a plusieurs soeurs : Nadia (née en 1936), Viviane (née en 1938).

 

Le 25 avril 1980 naît sa fille Anne-Claire. Louis est âgé de 37 ans.

 

Le 21 mai 1982 naît son fils Florian. Louis est âgé de 39 ans.

 

Son père Jacques meurt le 27 octobre 1988, Louis est âgé de 46 ans.

 

A une date inconnue, Louis et Agnès adoptent un enfant.

 

Il s'unit avec Agnès Thérèse Marie LEBRUN, Journaliste écrivain, la fille légitime d'Auguste LEBRUN et de N... DUVAL-ARNOULS.

Ce couple aura trois enfants :

-Anne-Claire Marie née en 1980.

-Florian Marc Antoine né en 1982.

-Emilie Pascale Marie.

 

Note : Louis Auschitzky fit ses études secondaires au Lycée Montesquieu et ses classes préparatoires à Montaigne, à Bordeaux. Il obtint en 1966 le diplôme d'ingénieur de l'Institut Industriel du Nord de la France (Lille).

Après cinq années passées au sein de la société de services en informatique Sema, il entre dans une filiale du groupe Thomson. Celle-ci l'envoi, en 1978, à Aix-en-Provence afin d'animer les développements informatiques effectués par son centre d'études de Provence. Puis, en 1984, elle lui confie la charge de conduire le développement et l'installation du système informatique de gestion du nouvel aérodrome de fret international aérien de Moscou. En 1986, souhaitant entrer chez un grand utilisateur de l'informatique, il postule auprès de la Compagnie des Assurances Générales de France (AGF) qui le charge alors de promouvoir les moyens d'assurer la qualité et la sécurité de son informatique.

 

© L.A.

 

 

 

1.5.7b.2.1.2.6.2.4

 

 

Brigitte AUSCHITZKY est née le mardi 30 décembre 1947.

Elle est la fille légitime de Jacques Marie Guy Abel AUSCHITZKY, Avocat à Bordeaux, âgé de 38 ans et de Marie Madeleine Chantal PEYRELONGUE, âgée de 33 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Nadia (née en 1936), Viviane (née en 1938), Louis Abel Guy (né en 1942).

 

Le 9 août 1970 naît sa fille Nadia. Brigitte est âgée de 22 ans.

 

Le 10 mars 1972 naît sa fille Delphine. Brigitte est âgée de 24 ans.

 

Le 12 octobre 1977 naît son fils Aymeric. Brigitte est âgée de 29 ans.

 

Son père Jacques meurt le 27 octobre 1988, Brigitte est âgée de 40 ans.

 

Elle s'unit avec Bernard de JACOBET de NOMBEL d'IZARN DEVILLEFORT, le fils légitime de Jean de JACOBET de NOMBEL d'IZARN DEVILLEFORT et de Brigitte de ROFFIGNAC.

Ce couple aura trois enfants :

-Nadia née en 1970.

-Delphine née en 1972.

-Aymeric né en 1977.

 

 

1.5.7b.2.1.3.1.1.1

 

 

Françoise AUSCHITZKY est née en 1930.

Elle est la fille légitime de Max AUSCHITZKY, Assureur conseil, âgé de 30 ans et de Germaine Marie RÉGIS, âgée de 24 ans.

 

Françoise AUSCHITZKY est décédée en 1931, à l'âge de un an.

 

 

1.5.7b.2.1.3.1.1.2

 

 

Francine AUSCHITZKY est née le samedi 26 novembre 1932.

Elle est la fille légitime de Max AUSCHITZKY, Assureur conseil, âgé de 33 ans et de Germaine Marie RÉGIS, âgée de 27 ans.

 

Sa mère Germaine meurt le 26 novembre 1932, Francine est âgée de moins d'un an.

 

Elle s'unit avec Jacques DOUTRELOUX.

Ce couple aura quatre enfants :

-Antoine né en 1955.

-Catherine née en 1956.

-Laurent né en 1960.

-Marie née en 1963.

 

 Ils se marient  le jeudi 25 novembre 1954 à Bordeaux.

 

Le 14 novembre 1955 naît son fils Antoine. Francine est âgée de 22 ans.

 

Le 31 décembre 1956 naît sa fille Catherine. Francine est âgée de 24 ans.

 

Le 22 janvier 1960 naît son fils Laurent. Francine est âgée de 27 ans.

 

Le 3 novembre 1963 naît sa fille Marie. Francine est âgée de 30 ans.

 

Son père Max meurt le 7 avril 1989, Francine est âgée de 56 ans.

 

Francine et Jacques divorcent à une date inconnue.

 

 

1.5.7b.2.1.3.1.2.1

 

 

Jean AUSCHITZKY voit le jour le mercredi 28 août 1946 à Talence.

Il est le fils légitime de Richard AUSCHITZKY, Chef d'entreprise, âgé de 46 ans et de Jeanne Reine ÉLIÈS, âgée de 43 ans.

 

Jean sera chef d'entreprise.

 

Il s'unit avec Marie-Pierre MANGIN, la fille légitime d'Eugène MANGIN et de Françoise LABORDE.

Ce couple aura trois enfants :

-Sonia née en 1972.

-Nicolas né en 1973.

-Axel né en 1978.

 

 Ils se marient  le vendredi 3 septembre 1971.

 

Le 28 juillet 1972 naît sa fille Sonia. Jean est âgé de 25 ans.

 

Le 20 juillet 1973 naît son fils Nicolas. Jean est âgé de 26 ans.

 

Le 30 mai 1978 naît son fils Axel. Jean est âgé de 31 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.1.1

 

 

Denise MÉRILLON est née le vendredi 21 juillet 1922 à Paris.

Elle est la fille légitime de Robert MÉRILLON, Ministre plénipotentière, âgé de 35 ans et d'Anne Marie Marguerite DUBOURG, âgée de 22 ans.

 

Elle s'unit avec Roger BOLZE, publicitaire.

Ce couple aura deux enfants :

-Hervé né en 1948.

-Eric né en 1950.

 

 Ils se marient  le vendredi 11 juillet 1947.

 

Denise MÉRILLON est décédée à une date inconnue.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.1.2

 

 

Jean-Marie MÉRILLON voit le jour le vendredi 12 février 1926 à Tanger.

Il est le fils légitime de Robert MÉRILLON, Ministre plénipotentière, âgé de 38 ans et d'Anne Marie Marguerite DUBOURG, âgée de 25 ans.

 

Jean-Marie sera Ambassadeur de France.

 

Il s'unit avec Jacqueline PLASSCHAERT.

Ce couple aura un enfant :

-Pierre né en 1968.

 

 Ils se marient  le mercredi 11 octobre 1961 à Rome.

 

En 1968 naît son fils Pierre. Jean-Marie est âgé de 41 ans.

 

Son père Robert meurt le 30 décembre 1987, Jean-Marie est âgé de 61 ans.

 

Sa mère Anne meurt en 1992, Jean-Marie est âgé de 65 ans.

 

Note : éléments biographiques

Etudes : Lycée Gouraud à Rabat ; Cours Hattemer à Milan ; Lycée Janson-de-Sailly à Paris.

Lauréat du Concours Général ; Diplômé de l'Ecole Libre des Sciences Politiques ; Ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration.

 

Appelé au Ministère des Affaires Etrangères où il effectuera de 1952 à 1991 la totalité de sa carrière.

1952-1957. Sert à la Direction des Affaires Politiques au cabinet du Secrétaire d'Etat et au cabinet du Ministre. Participe aux grandes rencontres internationales de l'époque : Conférence des Quatre à Berlin en 1954 ; Copnférence de Genève sur l'Extrème Orient (Indochine), de 1954 ; Conférence des Quatre à Genève en 1955, Chefs de Gouvernement puis Ministres des Affaires Etrangères (Bidault, Mendès-France, Dulles, Eden, Bogomolov, Molotov, Chou en-lai, Phan Van Dông).

1957-1963. Premier Secrétaire à l'ambassade de France à Rome (Quirinal) ; Membre de le délégation française aux Réunions d'Evian sur l'Algérie.

1963-1968. Sous-directeur des Affaires Africaines au Ministère des Affaires Etrangères.

1968-1973. Ambassadeur à Amman, Jordanie (affaire des fedayins, bataille d'Amman en 1970).

1973-1975. Ambassadeur en République du Viêt Nam (chute de Saïgon en avril 1975).

1975-1977. Ambassadeur en Grèce (Retour de la démocratie, soutien à M. Caramanlis), négociations pour l'entrée de la Grèce dans l'Union Européenne ; conflit gréco-turc.

1977-19779. Directeur des Affaires politiques au Ministère des Affaires étrangères.

1979-1982. Ambassadeur à Alger. (L'après Boumédienne, Chadli, normalisation des relations franco-algériennes).

1982-1986. Ambassadeur représentant permanent de la France à l'OTAN (affaire des euromissiles).

1986-1989. Ambassadeur à Berne (l'exotisme de la stabilité et de la prospérité).

1989-1991. Ambassadeur à Moscou. L'époque Gorbatchev ; fin de l'URSS ; chute du mur, entrée de la nouvelle Russie dans le Concert des Nations.

 

Elevé à la dignité d'Ambassadeur de France en 1991.

 

Décorations : Officier de la Légion d'honneur, officier de l'ordre national du Mérite, grand-croix de l'ordre de l'Indépendance jordanienne, grand-croix du Phénix de Grèce, grand-croix de l'ordre de l'Etoile d'Ivoire, grand-croix de la Couronne de Belgique.

 

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.1.3

 

 

Henri MÉRILLON voit le jour le samedi 2 mai 1931 à Rabat.

Il est le fils légitime de Robert MÉRILLON, Ministre plénipotentière, âgé de 44 ans et d'Anne Marie Marguerite DUBOURG, âgée de 31 ans. A sa naissance, il a un frère Jean-Marie (né en 1926).

 

Henri sera Ancien chef de l'hopital de Bayonne.

 

Il s'unit avec Brigitte LEMOINE.

Ce couple aura trois enfants :

-Philippe né en 1961.

-Catherine née en 1964.

-Cécile née en 1973.

 

Leur mariage religieux est célébré  le mardi 17 mars 1959 à Paris - 15ème arrondissement.

 

Le 10 juillet 1961 naît son fils Philippe. Henri est âgé de 30 ans.

 

Le 19 mars 1964 naît sa fille Catherine. Henri est âgé de 32 ans.

 

Le 25 octobre 1973 naît sa fille Cécile. Henri est âgé de 42 ans.

 

Son père Robert meurt le 30 décembre 1987, Henri est âgé de 56 ans.

 

Sa mère Anne meurt en 1992, Henri est âgé de 60 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.3.1

 

 

Françoise MÉRILLON est née le vendredi 12 août 1921 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Marc Robert Auguste MÉRILLON, Administrateur de sociétés, âgé de 31 ans et de Germaine MAUGENEST, âgée de 26 ans.

 

Elle s'unit avec Jacques Marie de CHAMPS de SAINT-LÉGER, le fils légitime de Guillaume, Vicomte de CHAMPS de SAINT-LÉGER et de Chantal de VAULX.

Ce couple aura deux enfants :

-Sylvie Marie-Thérèse née en 1949.

-Régine Marie Madeleine née en 1950.

 

 Ils se marient  le samedi 19 juillet 1947 à Verrières-les-Buissons.

 

Le 11 janvier 1949 naît sa fille Sylvie. Françoise est âgée de 27 ans.

 

Le 30 mars 1950 naît sa fille Régine. Françoise est âgée de 28 ans.

 

Sa mère Germaine meurt le 6 février 1973, Françoise est âgée de 51 ans.

 

Son père Marc meurt le 27 août 1975, Françoise est âgée de 54 ans.

 

Le 16 mars 1988 son époux Jacques meurt, Françoise est âgée de 66 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.5.1

 

 

Catherine MÉRILLON est née le vendredi 9 juillet 1920 à Ciboure.

Elle est la fille légitime de Pierre-Henri Marie Jean MÉRILLON, Auditeur à la Cour des Comptes, âgé de 25 ans et de Nadia MÉRILLON, âgée de 22 ans.

 

Elle s'unit avec Yvon CHANCERELLE.

Ce couple aura sept enfants :

-Odile née en 1943.

-Brigitte née en 1944.

-Bernard né en 1947.

-Rémi né en 1948.

-Cécile née en 1949.

-Yvon-Daniel né en 1953.

-Monique née en 1960.

 

Leur mariage religieux est célébré  le lundi 22 juin 1942 à Ciboure.

 

Le 11 mai 1943 naît sa fille Odile. Catherine est âgée de 22 ans.

 

Le 12 septembre 1944 naît sa fille Brigitte. Catherine est âgée de 24 ans.

 

Le 19 janvier 1947 naît son fils Bernard. Catherine est âgée de 26 ans.

 

Le 25 mai 1948 naît son fils Rémi. Catherine est âgée de 27 ans.

 

Le 5 septembre 1949 naît sa fille Cécile. Catherine est âgée de 29 ans.

 

Le 30 mai 1953 naît son fils Yvon-Daniel. Catherine est âgée de 32 ans.

 

Le 28 août 1960 naît sa fille Monique. Catherine est âgée de 40 ans.

 

Son père Pierre-Henri meurt le 14 juin 1963, Catherine est âgée de 42 ans.

 

Sa mère Nadia meurt le 7 octobre 1988, Catherine est âgée de 68 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.5.2

 

 

Jean-François MÉRILLON voit le jour le dimanche 3 février 1924 à Paris.

Il est le fils légitime de Pierre-Henri Marie Jean MÉRILLON, Auditeur à la Cour des Comptes, âgé de 29 ans et de Nadia MÉRILLON, âgée de 26 ans. A sa naissance, il a une soeur Catherine (née en 1920).

 

Il s'unit avec Germaine HERVÉ.

Ce couple aura deux enfants :

-Jacques né en 1952.

-Sophie née en 1955.

 

 Ils se marient  le samedi 31 mars 1951 à Saint-Servan.

 

Le 25 février 1952 naît son fils Jacques. Jean-François est âgé de 28 ans.

 

Le 23 mai 1955 naît sa fille Sophie. Jean-François est âgé de 31 ans.

 

Il s'unit avec Mauricette LAJUS.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 Ils se marient  le lundi 1 juin 1959 à Paris.

 

Son père Pierre-Henri meurt le 14 juin 1963, Jean-François est âgé de 39 ans.

 

Sa mère Nadia meurt le 7 octobre 1988, Jean-François est âgé de 64 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.6.1

 

 

Patrick HENRY voit le jour le mardi 23 juin 1936 à Paris.

Il est le fils légitime de Bernard Marie Pierre HENRY, Assureur, âgé de 26 ans et de Claude Geneviève MÉRILLON, âgée de 23 ans.

 

Il s'unit avec Véronique LAURIAU-CHERNOVITZ.

Ce couple aura trois enfants :

-Delphine née en 1963.

-Stanislas né en 1965.

-Angélique née en 1969.

 

 Ils se marient  le samedi 13 octobre 1962 à Saint-Léonard-en-Bauce.

 

Le 12 décembre 1963 naît sa fille Delphine. Patrick est âgé de 27 ans.

 

Le 4 mai 1965 naît son fils Stanislas. Patrick est âgé de 28 ans.

 

Le 26 janvier 1969 naît sa fille Angélique. Patrick est âgé de 32 ans.

 

Son père Bernard meurt le 20 mai 1983, Patrick est âgé de 46 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.6.2

 

 

Christian HENRY voit le jour le mardi 26 décembre 1939 à Orléans.

Il est le fils légitime de Bernard Marie Pierre HENRY, Assureur, âgé de 29 ans et de Claude Geneviève MÉRILLON, âgée de 27 ans. A sa naissance, il a un frère Patrick (né en 1936).

 

Il s'unit avec Francine GALTIER, la fille légitime d'Adrien GALTIER et de Maud MOTTEZ.

Ce couple aura trois enfants :

-Cyril né en 1965.

-Fabrice né en 1967.

-Rodolphe né en 1973.

 

 Ils se marient  le lundi 27 avril 1964 à Paris.

 

Le 6 avril 1965 naît son fils Cyril. Christian est âgé de 25 ans.

 

Le 14 juin 1967 naît son fils Fabrice. Christian est âgé de 27 ans.

 

Le 6 avril 1973 naît son fils Rodolphe. Christian est âgé de 33 ans.

 

Son père Bernard meurt le 20 mai 1983, Christian est âgé de 43 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.6.3

 

 

Caroline HENRY est née le jeudi 1 mai 1941 à Paris.

Elle est la fille légitime de Bernard Marie Pierre HENRY, Assureur, âgé de 31 ans et de Claude Geneviève MÉRILLON, âgée de 28 ans. A sa naissance, elle a plusieurs frères: Patrick (né en 1936), Christian (né en 1939).

 

Elle s'unit avec Pierre QUEMIN.

Ce couple aura deux enfants :

-Sidonie née en 1965.

-Adélaïde née en 1968.

 

Leur mariage religieux est célébré  le vendredi 14 juin 1963 à Ciboure.

 

Le 27 juin 1965 naît sa fille Sidonie. Caroline est âgée de 24 ans.

 

Le 16 mai 1968 naît sa fille Adélaïde. Caroline est âgée de 27 ans.

 

Son père Bernard meurt le 20 mai 1983, Caroline est âgée de 42 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.6.4

 

 

Gérald HENRY voit le jour le dimanche 28 octobre 1945 à Paris.

Il est le fils légitime de Bernard Marie Pierre HENRY, Assureur, âgé de 35 ans et de Claude Geneviève MÉRILLON, âgée de 32 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Patrick (né en 1936), Christian (né en 1939), Caroline (née en 1941).

 

Il s'unit avec Maria Carmen DIAZ DEL CAMPO.

Ce couple aura trois enfants :

-Miguel né en 1970.

-Capucine née en 1970.

-Daphnée née en 1973.

 

 Ils se marient  le samedi 16 août 1969 à Madrid.

 

Le 26 janvier 1970 naît son fils Miguel. Gérald est âgé de 24 ans.

 

Le 19 décembre 1970 naît sa fille Capucine. Gérald est âgé de 25 ans.

 

Le 18 avril 1971 sa fille Capucine meurt, Gérald est âgé de 25 ans.

 

Le 15 avril 1973 naît sa fille Daphnée. Gérald est âgé de 27 ans.

 

Son père Bernard meurt le 20 mai 1983, Gérald est âgé de 37 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.3.2.6.5

 

 

Sophie HENRY est née le vendredi 4 avril 1952 à Paris.

Elle est la fille légitime de Bernard Marie Pierre HENRY, Assureur, âgé de 42 ans et de Claude Geneviève MÉRILLON, âgée de 39 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Patrick (né en 1936), Christian (né en 1939), Caroline (née en 1941), Gérald (né en 1945).

 

Elle s'unit avec Antoine LÉVEILLÉ-NIZEROLLE.

Ce couple aura trois enfants :

-Charlotte née en 1981.

-Grégory né en 1983.

-Alexandra née en 1985.

 

Leur mariage religieux est célébré  le samedi 20 décembre 1980 à Paris.

 

Le 9 novembre 1981 naît sa fille Charlotte. Sophie est âgée de 29 ans.

 

Le 7 avril 1983 naît son fils Grégory. Sophie est âgée de 31 ans.

 

Son père Bernard meurt le 20 mai 1983, Sophie est âgée de 31 ans.

 

Le 1 mars 1985 naît sa fille Alexandra. Sophie est âgée de 32 ans.

 

 

Génération 11

 

 

1.5.7b.2.1.1.1.3.1.1b

 

 

Sophie ALAUX est née le jeudi 19 juin 1952.

Elle est la fille légitime de Jean-Pierre ALAUX, Peintre, âgé de 26 ans et de Jeanne LAFFONT.

 

Sophie sera Peintre.

 

 

1.5.7b.2.1.1.1.3.1.2b

 

 

Jean-Christophe ALAUX voit le jour le vendredi 13 juillet 1956 à Paris.

Il est le fils légitime de Jean-Pierre ALAUX, Peintre, âgé de 30 ans et de Jeanne LAFFONT. A sa naissance, il a une soeur Sophie (née en 1952).

 

Jean-Christophe sera Architecte.

 

Il s'unit avec Christine PAGÈS.

Ce couple aura deux enfants :

-Julien.

-Antoine.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.1.1

 

 

Edith FERRIÈRE est née le vendredi 26 février 1943.

Elle est la fille légitime de Jacques FERRIÈRE, âgé de 34 ans et de Christiane DESPAX.

 

Elle s'unit avec José SERRANO.

Ce couple aura deux enfants :

-Olivier né en 1962.

-Virginie.

 

Leur mariage religieux est célébré  le mardi 6 mars 1962.

 

Le 19 décembre 1962 naît son fils Olivier. Edith est âgée de 19 ans.

 

Son père Jacques meurt le 30 décembre 1968, Edith est âgée de 25 ans.

 

Elle s'unit avec Jean-Claude BESNARD.

Ce couple aura deux enfants :

-Aymeric né en 1974.

-Eglantine née en 1976.

 

Leur mariage religieux est célébré  le vendredi 5 octobre 1973.

 

 Ils se marient  le vendredi 5 octobre 1973.

 

Le 12 juillet 1974 naît son fils Aymeric. Edith est âgée de 31 ans.

 

Le 25 juin 1976 naît sa fille Eglantine. Edith est âgée de 33 ans.

 

Elle s'unit avec Edmond CONILH de BEYSSAC.

Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple.

 

 Ils se marient  le lundi 14 février 1983.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.1.2

 

 

Xavier FERRIÈRE voit le jour le mercredi 12 avril 1944.

Il est le fils légitime de Jacques FERRIÈRE, âgé de 35 ans et de Christiane DESPAX. A sa naissance, il a une soeur Edith (née en 1943).

 

Son père Jacques meurt le 30 décembre 1968, Xavier est âgé de 24 ans.

 

Il s'unit avec Nicole GARBAN, la fille légitime d'André GARBAN et de Édith PEYRELONGUE.

Ce couple aura cinq enfants :

-Gaëlle née en 1974.

-Patricia née en 1976.

-Yann né en 1978.

-Cédric né en 1981.

-Vanessa née en 1983.

 

Leur mariage religieux est célébré  en juin 1972.

 

Le 18 août 1974 naît sa fille Gaëlle. Xavier est âgé de 30 ans.

 

Le 23 juin 1976 naît sa fille Patricia. Xavier est âgé de 32 ans.

 

Le 27 février 1978 naît son fils Yann. Xavier est âgé de 33 ans.

 

Le 13 février 1981 naît son fils Cédric. Xavier est âgé de 36 ans.

 

Le 29 avril 1983 naît sa fille Vanessa. Xavier est âgé de 39 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.1.3

 

 

Véronique FERRIÈRE est née le dimanche 29 décembre 1946.

Elle est la fille légitime de Jacques FERRIÈRE, âgé de 37 ans et de Christiane DESPAX. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Edith (née en 1943), Xavier (né en 1944).

 

Son père Jacques meurt le 30 décembre 1968, Véronique est âgée de 22 ans.

 

Elle s'unit avec Philippe CONQUERET.

Ce couple aura deux enfants :

-Loetitia née en 1972.

-Alexis né en 1976.

 

Leur mariage religieux est célébré  en 1969.

 

Le 13 mars 1972 naît sa fille Loetitia. Véronique est âgée de 25 ans.

 

Le 23 avril 1976 naît son fils Alexis. Véronique est âgée de 29 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.2.1

 

 

Solange FIEUX est née le samedi 20 août 1932.

Elle est la fille légitime de Jacques Jean FIEUX, - Publiciste, âgé de 24 ans et de Marie Camille Madeleine Paule Odette FERRIÈRE, âgée de 21 ans.

 

Elle s'unit avec Olivier AUDREN de KERDREL.

Ce couple aura quatre enfants :

-Christophe né en 1960.

-Gilles né en 1964.

-Hugues né en 1966.

-Marie née en 1971.

 

 Ils se marient  le samedi 12 juillet 1958.

 

Le 6 janvier 1960 naît son fils Christophe. Solange est âgée de 27 ans.

 

Le 19 novembre 1964 naît son fils Gilles. Solange est âgée de 32 ans.

 

Le 18 mai 1966 naît son fils Hugues. Solange est âgée de 33 ans.

 

Le 22 août 1971 naît sa fille Marie. Solange est âgée de 39 ans.

 

Son père Jacques meurt le 3 octobre 1979, Solange est âgée de 47 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.2.2

 

 

Gérard Henri Marie Joseph FIEUX voit le jour le dimanche 22 avril 1934 à Bordeaux - FRA.

Il est le fils légitime de Jacques Jean FIEUX, - Publiciste, âgé de 26 ans et de Marie Camille Madeleine Paule Odette FERRIÈRE, âgée de 23 ans. A sa naissance, il a une soeur Solange (née en 1932).

 

Gérard sera Journaliste.

 

Il s'unit avec Marie Louise Juliette CONILH de BEYSSAC.

Ce couple aura quatre enfants :

-Yannick Edmond Marie né en 1960.

-Vincent né en 1961.

-Xavier né en 1964.

-Valérie née en 1965.

 

 Ils se marient  le jeudi 2 avril 1959 à Langoiran - FRA.

 

Le 18 mars 1960 naît son fils Yannick. Gérard est âgé de 25 ans.

 

Le 26 mai 1961 naît son fils Vincent. Gérard est âgé de 27 ans.

 

Le 2 janvier 1964 naît son fils Xavier. Gérard est âgé de 29 ans.

 

Le 13 février 1965 naît sa fille Valérie. Gérard est âgé de 30 ans.

 

Son père Jacques meurt le 3 octobre 1979, Gérard est âgé de 45 ans.

 

 Ils se marient  à une date inconnue.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.2.3

 

 

Bernadette FIEUX est née le jeudi 23 décembre 1937 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Jacques Jean FIEUX, - Publiciste, âgé de 30 ans et de Marie Camille Madeleine Paule Odette FERRIÈRE, âgée de 27 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Solange (née en 1932), Gérard Henri Marie Joseph (né en 1934).

 

Elle s'unit avec Jean Claude BOIRAR, notaire, le fils légitime d'Emile BOIRAR et de Marie PARENT.

Ce couple aura deux enfants :

-Didier né en 1970.

-Lionel né en 1971.

 

Leur mariage religieux est célébré  le lundi 23 septembre 1963.

 

 Ils se marient  le mercredi 4 septembre 1968 à Bordeaux.

 

Le 3 juin 1970 naît son fils Didier. Bernadette est âgée de 32 ans.

 

Le 25 mai 1971 naît son fils Lionel. Bernadette est âgée de 33 ans.

 

Son père Jacques meurt le 3 octobre 1979, Bernadette est âgée de 41 ans.

 

Le 1 septembre 1991 son fils Lionel meurt, Bernadette est âgée de 53 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.2.4

 

 

Chantal FIEUX est née le mercredi 10 septembre 1941 à Bordeaux - FRA.

Elle est la fille légitime de Jacques Jean FIEUX, - Publiciste, âgé de 33 ans et de Marie Camille Madeleine Paule Odette FERRIÈRE, âgée de 31 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Solange (née en 1932), Gérard Henri Marie Joseph (né en 1934), Bernadette (née en 1937).

 

Elle s'unit avec Jean-Marie BOURGÈS, Propriétaire foncier, le fils légitime de Robert BOURGÈS et de Thi Té, Princesse Annamite HOANG.

Ce couple aura trois enfants :

-Hubert né en 1969.

-Gérard né en 1970.

-Florence née en 1972.

 

 Ils se marient  le mardi 12 septembre 1967 à Bordeaux.

 

Le 4 février 1969 naît son fils Hubert. Chantal est âgée de 27 ans.

 

Le 7 juin 1970 naît son fils Gérard. Chantal est âgée de 28 ans.

 

Le 3 février 1972 naît sa fille Florence. Chantal est âgée de 30 ans.

 

Son père Jacques meurt le 3 octobre 1979, Chantal est âgée de 38 ans.

 

 Ils se marient  en juillet 1995.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.2.5

 

 

Marie-Noëlle FIEUX est née le samedi 4 décembre 1948 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Jacques Jean FIEUX, - Publiciste, âgé de 40 ans et de Marie Camille Madeleine Paule Odette FERRIÈRE, âgée de 38 ans. A sa naissance, elle a pour frères et soeurs : Solange (née en 1932), Gérard Henri Marie Joseph (né en 1934), Bernadette (née en 1937), Chantal (née en 1941).

 

Elle s'unit avec Gérard LE PROUX de LA RIVIÈRE.

Ce couple aura deux enfants :

-Clémence née en 1974.

-Séverine née en 1977.

 

 Ils se marient  le samedi 27 novembre 1971.

 

Leur mariage religieux est célébré  le samedi 27 novembre 1971.

 

Le 29 août 1974 naît sa fille Clémence. Marie-Noëlle est âgée de 25 ans.

 

Le 12 février 1977 naît sa fille Séverine. Marie-Noëlle est âgée de 28 ans.

 

Son père Jacques meurt le 3 octobre 1979, Marie-Noëlle est âgée de 30 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.3.1

 

 

Eric FERRIÈRE voit le jour le lundi 20 juillet 1953 à Bordeaux.

Il est le fils légitime de Guy FERRIÈRE, âgé de 39 ans et de Jacqueline ARNAUD, âgée de 30 ans.

 

Il s'unit avec Béatrice BIZOT.

Ce couple aura un enfant :

-Astrid née en 1987.

 

Leur mariage religieux est célébré  le samedi 28 juin 1986.

 

 Ils se marient  le dimanche 29 juin 1986 à Bordeaux.

 

Le 14 novembre 1987 naît sa fille Astrid. Eric est âgé de 34 ans.

 

 

1.5.7b.2.1.1.2.2.3.2

 

 

Brigitte FERRIÈRE est née le dimanche 1 août 1954 à Bordeaux.

Elle est la fille légitime de Guy FERRIÈRE, âgé de 40 ans et de Jacqueline ARNAUD, âgée de 31 ans. A sa naissance, elle a un frère Eric (né en 1953).

 

Elle s'unit avec Thierry PIÉCHAUD, le fils légitime de Bernard PIÉCHAUD et de Claude GALLOY.

Ce couple aura cinq enfants :

-Stéphanie née en 1980.

-Mathilde née en 1982.

-Thomas né en 1985.

-Benoît né en 1989.

-François né en 1994.

 

Leur mariage religieux est célébré  le vendredi 7 septembre 1979.

 

Le 29 juin 1980 naît sa fille Stéphanie. Brigitte est âgée de 25 ans.

 

Le 2 février 1982 naît sa fille Mathilde. Brigitte est âgée de 27